Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
El Général, le rap contestataire musulman qui fait peur aux dictatures

El Général, le rap contestataire musulman qui fait peur aux dictatures

Si l'histoire du rap tunisien ne commence pas avec la révolution tunisienne, elle lui donne pourtant une visibilité non négligeable et, partant, une légitimité nouvelle. Y compris au niveau international puisque, depuis, le hip-hop se retrouve propulsé entre autres sur les scènes françaises ou belges. «Nous vivons dans la souffrance comme des chiens / la moitié du peuple vit dans l’humiliation et a goûté à la misère./ Président du pays, ton peuple est mort/ les gens se nourrissent dans les poubelles» : ses chansons continuent à dénoncer les conditions de vie difficiles de la société tunisienne, malgré cette liberté d'expression nouvellement acquise.

http://natureculture.org/wiki/images/b/be/Elgeneral.jpg

El Général (الجنرال), né Hamada Ben Amor (حمادة بن عمر) le 20 mars 1986 à Sfax, est un rappeur tunisien. Sa chanson Rais Lebled, sortie en décembre 2010, a été décrite par le magazine Time comme l’« hymne de la Révolution tunisienne et des protestataires de la place Tahrir au Caire ». Ce qui s'est passé en Tunisie ouvre les horizons. La leçon est prise en compte par les gens qui sont pour le progrès, mais aussi par les gens qui veulent garder leur situation et leur statut. El General fait partie de ces jeunes artistes qui montent et qui n’ont pas les réflexes d’autocensure de ses aînés. Je pense également qu’il est le pionnier d'une explosion de propositions artistiques qui vont pousser la culture urbaine vers des créations beaucoup plus authentiques. (Source).

 

Biographie et évolution musicale

Cadet d’une fratrie de quatre enfants, il vit à Sfax avec ses parents. Actif depuis 2008, Ben Amor écrit principalement des chansons de rap à caractère politique où le thème de la corruption occupe une place importante. En raison de la censure sous le régime du président Zine el-Abidine Ben Ali, il ne peut donner de concert, sortir des albums ou les voir diffuser sur les radios tunisiennes et se tourne donc vers les réseaux sociaux, notamment YouTube.

Sa chanson la plus connue, Rais Lebled, sortie en décembre 2010, cherche à attirer l'attention sur les mauvaises conditions de vie de la jeunesse tunisienne et accuse le président d’utiliser et d’encourager la corruption et de ne pas agir contre les problèmes autrement qu’avec des méthodes dignes d’un État policier. On peut définir le rap du Général Lebled comme un un rap contestataire musulman, à l'instar du hip-hop, dans des groupes marginaux américains qui véhicule une message de discrimination et qui vivent dans des ghettos urbains pauvres et dangereux. Général Lebled est le premier rappeur tunisien qui exprime une forme de résistance et apparaît comme le porte parole d'un mouvement de protestation.

Deux jours après que sa chanson, Tunes Lebled, soit publiée le 22 décembre 2010, il est arrêté par la police et conduit à Tunis pour être interrogé sur ses connections politiques, ce que Ben Amor qualifie de « torture morale ». Il est relâché trois jours plus tard sous la pression des manifestations et d'une pétition qui ont suivi l’immolation de Mohamed Bouazizi.

Le magazine Time le classe en 2011 parmi les 100 personnalités les plus influentes au monde. Il précède dans le classement le célèbre chanteur Sting, entre autres… Belle consécration pour ce jeune homme qui, il y a six mois, était à peine connu de quelques copains de quartier. Nous comprenons également la peur des dictatures (Maroc, Algérie, Syrie,...)  qui ne sont pas serein face à des artistes engagés de la sorte.

A l'occasion de la fin du Ramadan 2011, il est l'invité de Frédéric Mitterrand et sera la principale vedette du Grand Ramdam organisé à la Cité de la Musique à Paris. (source)

http://natureculture.org/wiki/images/2/26/El_general_rap_tunisien.jpg

Titres

  • Malesh? (Pourquoi ?)
  • Sidi Rais (Monsieur le Président)
  • Rais Lebled (Président de notre pays)
  • Tunes Lebled(Tunisie notre pays)