Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Culture norvégienne

Culture norvégienne

Les norvégiens sont majoritairement issus de souche paysanne récente. Au cours des cinquante dernières années, les campagnes se sont dépeuplées au profit de villes et des agglomérations où vivent de nos jours la majorité de la population. Comparativement à de nombreux pays, la Norvège n'a pas vraiment de grandes agglomérations urbaines. Oslo, sa capitale a moins d'un demi-million d'habitants. Dans l'ouest du pays, Bergen, deuxième ville de Norvège, Les Sami, longtemps nommés Lapons, sont la population autochtone de la Norvège.

Les norvégiens sont fiers de leurs traditions. Le costume traditionnel “bunad” est toujours porté lors des occasions importantes. Le patrimoine artistique de la Norvège comprend: la culture côtière avec les constructions navales, la sculpture sur bois, la culture sami des lapons,la peinture décorative des roses, retrouvée aussi dans les motifs ornementaux, les traditions issues du folklore, les peintures rupestres qui remontent à la Préhistoire.

L'UNESCO reprend dans son patrimoine culturel 5 sites norvégiens:

  • l'archipel de Vega
  • les gravures rupestres d'Alta
  • l'Eglise en bois debout d'Urmes
  • le quai hanséatique de Bergen
  • la ville minière de Røros.

La Norvège compte deux langues écrites officielles: Le bokmal ou norvégien normalisé et le nynorsk ou néo-norvégien. En outre, les Sami ont leur langue propre et souvent les enfants ne parlent que leur langue maternelle, jusqu'au début de la scolarité. A cet âge, ils peuvent faire un choix entre le somé ou le norvégien, qui se ressemblent particulièrement; donc, la communication n'est pas entravée.

Depuis longtemps, les Norvégiens sont convaincus que la variété d’opinions dans la presse est une condition de la démocratie. Le gouvernement ne verse aucun subside aux journaux qui distribuent des dividendes aux actionnaires, mais les organes de faible diffusion — de deux mille à six mille exemplaires — sont aidés au même titre que ceux situés en tête de liste dans leur domaine.

http://natureculture.org/wiki/images/6/63/300px-Edward_Robert_Hughes_-_Midsummer_Eve_%281908c%29.jpg

Religion

La Constitution de la Norvège de 1814 a reconnu la religion évangélique luthérienne comme la religion officielle de l'État, et la liberté de culte a été reconnue officiellement en 1964. Les membres du clergé, nommés par le roi, sont salariés de l'État et des communes, tenues de construire et d'entretenir les temples. L'enseignement du christianisme réformé est obligatoire pour les élèves qui se réclament de la religion d'État. En 1992, près de 88 % des Norvégiens se déclaraient adeptes de l'Église officielle. Si la participation aux offices réguliers est faible, certaines cérémonies – baptêmes, mariages, enterrements – sont le plus souvent encore religieuses. La lecture est un des loisirs favoris des Norvégiens; il est vendu chaque année près de 10 livres par habitant: 4 036 titres ont été publiés en 1988, dont 2 266 en norvégien.

Égalité entre les sexes

La Norvège est l'un des pays où les questions " hommes - femmes " sont les plus équilibrées et les plus progressives du monde. Il en résulte - surtout chez les jeunes - un rejet de toute analyse de situation fondée sur le sexe. Prétendre que vous n'avez pas obtenu un poste (ou autre chose) parce que vous êtes une femme serait très mal vu.

Distinction de classes sociales

La Norvège est un pays sans classes. La plupart des gens font partie de la classe moyenne. Il y a très peu de personnes défavorisées et très peu de riches. La plupart des gens sont propriétaires de leur maison. La Norvège est relativement exempte de problèmes de classes (elle est plutôt calme à cet égard).

Ethnicité

La Norvège se trouve aux prises avec le multiculturalisme, et de son effet sur le " mode de vie norvégien ". Plus que l'écart entre les sexes, l'ethnicité pose un problème plus sérieux en termes de discrimination en milieu de travail. La majorité des Norvégiens ne sont pas habitués à côtoyer d'autres groupes ethniques.

L'égalité des sexes et la religion n'affecte pas le milieu de travail mais, pour les Norvégiens, il peut s'avérer difficile de travailler avec des étrangers.

Art

Art développé en Scandinavie entre le début du viiie siècle et le milieu du xiie siècle

Cette période correspond à la grande expansion outre-mer des peuples des rivages de la mer du Nord, les Vikings. On trouve des vestiges de leur activité en Norvège, en Suède, au Danemark, en Finlande, dans le nord de la France et surtout dans les îles Britanniques. Cependant notre connaissance de l'art viking est très lacunaire : en effet, les œuvres précédant le xie siècle ne nous sont parvenues qu'à travers de rares documents archéologiques. La sculpture sur bois exécutée avant le xiie siècle n'a presque pas survécu, excepté dans les tombes royales du Vestfold en Norvège. Les tentures, les étoffes et l'architecture préchrétienne ont aussi presque entièrement disparu. L'observation de l'existence de différents styles repose donc surtout sur l'orfèvrerie, les pierres runiques (blocs de calcaire gravés) et les stèles trouvées dans les lieux de sépulture. L'orfèvrerie, souvent en argent, parfois en or, comporte des médaillons, pendentifs, épingles et boucles aux motifs d'entrelacs complexes, ainsi que des colliers tressés de fils d'argent, techniquement très aboutis.

Littérature

Les chansons de geste médiévales de Norvège et d'Islande, les sagas, appartiennent au trésor des lettres mondiales. Une longue stérilité littéraire correspondant aux quatre siècles de la domination danoise ne fut guère rompue que par Ludvig Holberg (1684-1754), le Molière norvégien. La littérature authentiquement norvégienne n'apparut qu'au début du XIXe siècle avec le poète Henrik Wergeland (1808-1845). Après lui, Bjørnstjerne Bjørnson (1832-1910), poète et dramaturge, reçut le prix Nobel de littérature, tout comme Knut Hamsun en 1920 et Sigrid Undset en 1928. Si Henrik Ibsen (1828-1906) est incontestablement le plus grand dramaturge norvégien, il ne fut pas couronné par le Nobel.

Musique norvégienne

La musique norvégienne est intimement liée à la culture musicale des pays scandinaves, et notamment celle du Danemark qui dirigea le pays de 1380 à 1700, empêchant tout développement national propre, par les échanges entre Cours royales, puis avec celle de Suède, qui fut uni au pays de 1812 à 1905, et qui vit un déplacement fréquent de la Cour et de ses fastes, en Norvège, amorçant une vie musicale locale.

C'est donc dans les zones rurales et dans le folklore qu'il faut voir la source de la musique en Norvège puisque tous les compositeurs en ont intégré des éléments dans leurs œuvres. Ce métissage se retrouve également dans les musiques actuelles en plein essor dans le pays.

Cuisine norvégienne

La gastronome norvégienne est de renommée internationale: poissons crus ou cuits, le “lutefisk” vers Noël, le “rakfisk”, truite fermentée, le maquereau du côté Sud, les crabes, les boulettes de viande; de ragoût de mouton, les plats d’élan, cerf, renne, le fromage de chèvre, les variétés de bière très bonne mais chère. Il n'y a pas de vins norvégiens.

Le sport ou la “svelte attitude” …un élément fondamental de la culture, par tous les temps à toute heure, même les mères avec des poussettes trouvent le moyen de faire un footing, ou du vélo !!!

La nourriture norvégienne est substantielle. Mais même dans les petites localités on trouve des restaurants chinois ou italiens en plus des norvégiens. Les repas au restaurant sont très chers, ainsi la plupart des gens n'y mangent qu'à l'occasion.

Culture Sámi

Le peuple Sámi est réparti sur 4 pays. la Norvège, la Suède, la Finlande et la Russie. A défaut d'avoir un territoire délimité, ils ont une langue et culture commune. Tout au nord de la Norvège s'étend le Finnmarkoù vivent les Samis, anciennement appelés Lapons. Ils sont considérés comme étant le peuple indigène de la Norvège et leurs us et coutumes différent entièrement de ceux des Norvégiens.

Environ 30,000 Sami vivent en Norvège. La chasse, la pêche et l'élevage du renne ont été leur source de subsistance pendant plusieurs siècles. Tout au nord du pays, dans le département du Finnmark, on rencontre encore des Sami qui ont conservé ce mode de vie ancestral. Mais, pour la plupart, ils vivent et travaillent comme leurs compatriotes. En 1989, ils ont obtenu leur propre parlement, le Sameting, qui traite toutes les questions revêtant une importance particulière pour l'ethnie.

Les Samis peuvent se targuer d'une longue tradition comme gardiens et éleveurs de troupeaux de rennes et ils ont su préserver leur propre culture et leur identité ethnique en conservant entre autres leurs propres costumes. De nombreux Samis continuent à garder leur mode de vie nomade, comme par les siècles passés, vivant dans des tentes, lavvu , qu'ils déplacent au gré de la migration des troupeaux, toujours en quête de nouveaux pâturages. L'élevage des rennes est resté quasiment le même qu'autrefois même si les Samis ne renient pas certaines améliorations apportées par le monde moderne, tel que le scooter des neiges. S'occuper des rennes, lancer le lasso, chanter le joik , et marquer les rennes au fer rouge restent l'apanage des Samis et caractérisent leur mode de vie.

Karasjok et Kautokeino sont les deux villes Sámi les plus importantes. C'est là que l'on peut découvrir véritablement la culture des Samis, bien que leurs troupeaux de rennes s'étendent sur tout le territoire et descendent parfois dans le sud jusqu'au plateau de Røros.

La religion samie partage des éléments avec les autres religions des régions polaires, comme par exemple le culte des ours, les sacrifices, le chamanisme, etc. Les hommes et les femmes ont leurs propres dieux. Elle a été majoritaire jusqu'à l'époque médiévale, où le christianisme s'est imposé (à partir du xie siècle) pour devenir la religion majoritairement pratiquée vers la fin du xviiie siècle. Les animaux « blancs » y jouaient un rôle particulièrement important. Le noaide (chamane) possédait une forte influence sur le « sijdda » (village), en tant que conseiller, médecin et personnage religieux. Comme chez les autres populations circumpolaires, le chaman est un intermédiaire entre le monde des hommes et le monde surnaturel. C'est au cours de la transe extatique que le chaman entre en communication avec le monde spirituel peuplé de dieux et de créatures qu'il interroge en vue d'obtenir une information ou la satisfaction d'une requête.

Une des traditions samies particulièrement intéressante est le chant Joik (prononcé Yoïk). Les joiks se chantent traditionnellement a cappella, généralement lentement et du fond de la gorge, en faisant transparaître de la colère ou de la douleur. Les missionnaires les ont qualifiés de « chansons du Diable ». De nos jours, les joiks sont fréquemment accompagnés par des instruments.

Mode vestimentaire

Le bunad est le nom donné au costume national norvégien qui symbolise l'identité nationale et culturelle du pays. A ce titre, chaque région possède son bunad avec ses particularités. Ainsi, le bunad d'Oslo est très différent du bunad de la région de Bergen. Il existe ainsi des dizaines de variantes locales. Le bunad se compose en général de plusieurs éléments : broderies, bijoux, ceintures, sac, rubans, foulard, gilet...

Les costumes sont de préférence confectionnés à partir de matériaux naturels : lin ou coton pour le chemisier ; soie pour le foulard ; laine pour les jupes, gilets, vestes, pantalons et chaussettes ; lin ou soie pour les coiffes et tabliers. Les broderies représentent très souvent des motifs floraux et de couleurs vives. Les bijoux sont en général en argent et agrémentent la tenue. Il est de coutume de mettre au moins une broche pour tenir le chemisier ou la chemise et des boutons de manchettes. D'autres accessoires peuvent s'ajouter selon les régions : couronnes, ceinturons, boucles d'oreilles...

Les Norvégiens aiment porter ce costume national lors des grandes occasions : fêtes, cérémonies privées ou familiales. L'importance encore accordée à cet habit de fête est unique dans cette partie du monde. Pour vous donner une idée de l'attachement des Norvégiens à leurs costumes nationaux un chiffre : 60% des femmes en Norvège possèdent un bunad ! L'attachement au bunad se manifeste dans tout son faste lors de la fête nationale le 17 mai !

Styles de communication

La Norvège est culturellement homogène; il y a cependant une faible portion de la population qui appartient à d'autres groupes culturels et ethniques. Les Norvégiens tiennent beaucoup à leur espace et garderont une distance équivalente à la longueur d'un bras étendu jusqu'à la pointe des doigts. Cette distance peut même être plus grande si l'on parle à des étrangers. Il est préférable d'observer le comportement de l'interlocuteur et essayer de reconnaître la distance qui ne le mette pas mal à l'aise.

Le contact visuel est utilisé pour jauger la fiabilité d'une personne. Les Norvégiens ne vont pas nécessairement soutenir le contact visuel, mais c'est signe de malhonnêteté si une personne se refuse, ou est réticente, à établir le contact visuel.

Il est de coutume de se serrer la main, que ce soit entre personnes de même sexe ou de sexe opposé. Dans certaines situations, les hommes et les femmes s'embrassent sur les deux joues. En parlant, les hommes ne touchent généralement pas aux autres hommes, à moins de se très bien connaître et même alors, ce ne serait qu'occasionnel et pour insister sur quelque chose. Cette règle s'applique également aux contacts entre hommes et femmes et à ceux entre femmes, bien que pas tout à fait autant.

Il est probable que les amis se toucheront plus souvent et, même s'ils gardent souvent une distance semblable lorsqu'ils conversent, l'espace personnel n'est considéré ni privé, ni inviolable. Professionnellement le contact visuel est particulièrement important. La façon de se toucher entre personnes et la distance à conserver dépendent du degré d'intimité et du niveau de confort, mais dans le doute, il vaut mieux garder la distance normale.

Certains gestes sont qualifiés d'impolis (pointer l'index vers quelqu'un). Les Norvégiens cependant ne sont pas surpris lorsque des gens appartenant à d'autres cultures gesticulent plus qu'eux.

Broderie Hardanger

La broderie Hardanger est une broderie à points comptés et motifs découpés. Provenant de la région de Hardanger, elle n'est pas encore très connue en France, quelques associations de brodeuses permettent de garder cet art en vie. La Broderie Hardanger consiste à faire un tableau composé de plusieurs motifs (abécédaires, sampler, etc.) en utilisant différents points de broderie. La nouveauté au xviie siècle est d'ajourer la toile étamine ou mettre du relief aux motifs en multipliant les couches. Plusieurs brodeuses peuvent se rassembler pour faire une grande fresque à la manière du patchwork.

http://natureculture.org/wiki/images/c/cb/Wikinger.jpg