Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Culture en Colombie

Culture en Colombie

http://a10.idata.over-blog.com/1/50/59/42/chanteurs/chanteur-3/chanteurs4/Colombie/bg_6676045.jpg

La culture de la Colombie, comme partie de la culture sud-américaine, est  une culture diversifiée et très colorée. La culture de ce pays soutient les influences de plusieurs autres cultures. Indépendamment de racines indigènes,  elle a été influencée par d'autres comme la culture européenne et la culture africaine : Tous l'ont colorée magistralement !Dans le courant principal de cette culture, on retrouve les influences des cultures espagnoles (elle même influencée par les cultures arabes et berbères) mais aussi les cultures africaines. Les influences culturelles espagnoles, celle des colonisateurs, celle des autochtones et  la culture africaine issues de l'esclavage colonial.

L'habitude de consommation quotidienne reflète également les influences espagnoles et également les habitudes alimentaires.

Ce métissage complexe s’exprime non seulement dans les traditions, l’artisanat et la gastronomie de la Colombie, mais aussi dans les arts, depuis l’architecture, la peinture et la sculpture jusqu'à la littérature, le cinéma et la photographie, en passant par la musique, la danse et le théâtre. Et en cette Colombie de champ également la culture porte ses marques distinctives. 

La culture de la Colombie offre une facette multiple de par ses différences géographiques et influences régionales qui peuvent être grossièrement divisées en trois groupes celle de l'intérieur du pays, la culture andines et côtières.  La culture de la Colombie constitue une somme de plusieurs éléments qui se conjuguent comme l'endroit géographique, ses colonisateurs, les groupes religieux ou encore d'autres éléments qui se reflètent de la langue, le style de vie au quotidien, mais aussi la religion qui a marqué la vie du pays.

La langue officielle du pays est l’espagnol, mais plusieurs langues amérindiennes survivent encore. Environ 95% des Colombiens sont catholiques. Cependant, les croyances et les traditions des Amérindiens restent également vivantes, en particulier chez les métis. Malgré la séparation de l’Église et de l’État, le concordat de 1973 a établi un statut privilégié pour le catholicisme. La liberté de culte est un droit  garanti par la constitution.

L’histoire de la Colombie est marquée par un isolement multi-séculaire et le développement de centres économiques et culturels autonomes. C’est le résultat, après l’apport espagnol et des esclaves noirs antérieur à la libération du pays, d’un repli sur soi de chaque zone, accentué par les difficultés de communication entre chacune d’entre elles et avec l’extérieur du pays (la côte caraïbe faisant exception, mais ayant connu sa période de développement maximal avant la deuxième guerre mondiale). 

Les élites en contact avec l’extérieur ont été encore plus réduites que dans le reste de l’Amérique latine, ce mouvement étant paradoxalement encouragé par la qualité et l’ancienneté du système universitaire colombien. Elles n’ont pas, en tous les cas atteint la masse critique pour faire évoluer significativement les mentalités. 
Certes, l’ouverture a été décrétée et mise en œuvre à partir des années 1980, mais elle reste encore superficielle, malgré l’attirance des USA, où ont émigré de nombreux colombiens. 

De plus, chaque ville conserve ses coutumes, ses traditions, voire sa manière de travailler et d’envisager les affaires ; et souvent, celle-ci est encore assez déconnectée des modes de pensée et des courants d’opinion internationaux qui sont au total mal compris.

Les Beaux-Arts

Nous ne prétendons pas présenter ici un panorama exhaustif de l'art colombien, pour cela nous vous inviterons prochainement à visiter quelques sites spécialisés où vous pourrez prendre contact avec des artistes. Nous voulons simplement vous donner un bref aperçu de la richesse artistique de la Colombie, richesse qui s'est manifestée bien avant l'arrivée des conquérants espagnols à travers l’art précolombienque l'on retrouve ainsi bien dans les manifestations esthétiques élaborées en or, en pierre, en céramique ou encore dans le symbolisme des gravures de l'art rupestre.

Après quoi, nous passons de l’art indigène et ses expressions figuratives et géométriques, témoins de l’union de l’homme avec le cosmos, à l’art évangélisé de l’époque de la colonisation où l’expression religieuse était de règle, des représentations iconographiques où on trouve le reflet de l’influence européenne. Cette prépondérance occidentale continue d’être présente après l’Independance avec les portraits des héros nationaux, de personnages, mais il s’initie aussi à l’exaltation des paysages ainsi qu'à la représentation des coutumes du pays.

Le XXéme siècle débute avec la recherche d’une identité, de la modernisation, des changements sociaux, de mouvements nationalistes et de nouveaux modes d’expression qui symbolisent la naissance de l'art moderne en Colombie. Au milieu du XXéme siècle, l’art représentait les différentes manifestations de l’expression figurative mais il vit une ouverture des courantes de l’art international, plus particulièrement l’art abstrait, tout en combinant une identité nationale avec la conceptualisation d’autres latitudes. Les artistes fuyaient les instabilités sociales et les rivalités politiques de l’époque et alternaient leur vie entre la Colombie et d’autres pays, essentiellement d’Europe, et face aux phénomènes de la violence quelques artistes produisèrent des oeuvres dénonçant les causes de cette violence, leurs manifestations mais aussi en condamnant le pouvoir, les puissants et l’oppression culturelle; c’est le point de départ de l'art contemporain.

Peinture

La période coloniale s’inspire naturellement des peintures religieuses espagnoles et on citera comme représentant du genre Gregorio Vasquez de Arce y Ceballos (1638-1711), dont le Musée d'art colonial de Bogotá possède une importante collection. Dans les années 1930, les artistes colombiens développent leur propre originalité, sublimée ensuite par Fernando Botero dont les tableaux représentent les paysages et animaux de sa région et ses fameuses madones aux formes volumineuses. Le célèbre peintre, né à Medellín en 1932, parcourt les musées et galeries d’Italie, d’Espagne et de France dès ses 18 ans. Il s’installe à Paris à partir de 1972. Grand admirateur de Toulouse-Lautrec, il définit ses personnages comme un mélange d’art populaire latino-américain et de peinture de la Renaissance italienne. Il s’agit pour lui de réintroduire les volumes dans la peinture contemporaine. Il est l’un des peintres vivants les plus exposés dans le monde et la fondation Fernando Botero à Bogotá est un lieu incontournable.

Quant à la peinture contemporaine, c’est une des plus dynamiques du continent et les jeunes artistes sont exposés dans de nombreuses villes. Parmi les autres artistes colombiens reconnus, on citera Enrique Grau, David Manzur, Alberto Gutiérrez et Edgar Negret, grand sculpteur.

Artisanat colombien

"Les anciens peuples des Andes du Nord ont laissé derrière eux de magnifiques objets en or: bijoux, outils, instruments de musique, récipients. Les artistes aplatissaient l'or au marteau puis l'appliquaient sur des formes, de manière à créer des objets en relief. Un autre processus, plus compliqué, consistait à mouler un objet dans de la cire, à recouvrir ce moule d'argile, et à le faire cuire en laissant un trou pour que s'échappe la cire fondante. Une fois cuit, le moule était rempli d'or. On obtenait alors une réplique exacte, en or, de l'objet choisi.

Littérature en Colombie

Le roman de Jorge Isaac La Maria est l'un des plus représentatifs de la période littéraire colombienne du romantisme américano-espagnol. Pour ce qui est de la poésie modernismo, les auteurs colombiens les plus célèbres sont José Asunción Silva et Guillermo León Valencia.

Gabriel García Marquez fut le lauréat du Prix Nobel de littérature de 1982. Parmi ses nombreux romans, le plus célèbre est Cent Ans de solitude : épopée, mythe haut en couleur où s'imbiquent rêve et réalité, cet ouvrage nous raconte l'histoire de plusieurs générations de pauvres Colombiens des basses terres tout au long d'un siècle riche en événements extraordinaires."

Cuisine colombienne

Musique colombienne

Les traditions musicales de Colombie sont un mélange d'expressions issues des colons espagnols et des esclaves africains. Les danses et les rythmes des communautés noires des côtes atlantique et pacifique ne sont pas sans rappeler ceux des Antilles et de l'Amérique centrale. Quena (flûte) et guitare espagnole accompagnent souvent la musique des hauts plateaux et des vallées. La musique classique est aussi très appréciée en Colombie : Bogotá possède un orchestre philarmonique et un orchestre symphonique national. Le dimanche de Pâques, des orchestres de toute la Colombie participent au festival national de musique religieuse qui se tient à Popayán.

Cinéma colombien

Le cinéma colombien, au sens large, rassemble les productions cinématographiques réalisées en Colombie ou considérées comme étant colombiennes pour diverses raisons. Il est issu d’un processus historique, comme c’est le cas pour tout cinéma national, et s’inscrit dans une dimension industrielle et artistique.

Au cours son histoire, le cinéma colombien n’a pas été considéré comme une industrie rentable, ce qui fit obstacle à une continuité de sa production. Lors des premières décennies du XXème siècle, quelques compagnies ont essayé de nourrir un niveau constant de production ; mais le manque d'appui économique et la forte concurrence étrangère ont cassé les initiatives. Grâce à la création de la Compañía de Fomento Cinematográfico (FOCINE), quelques productions ont pu être réalisées. Cependant, cette compagnie a été liquidée au début des années 1990. Actuellement, grâce à la loi du cinéma approuvée en 2003, des initiatives renaissent autour de l’activité cinématographique, ce qui permet une relance du cinéma colombien, tant sur le plan national qu’international. La Colombie possède un grand festival de cinéma, celui de Carthagène, où sont présentés des films encore peu connus hors de ses frontières. Il est devenu le plus ancien et surtout l'un des plus importants festivals d’Amérique Latine.

Mythes, carnavals, fêtes et festivals en Colombie

La Colombie constitue un pays qui transmet ses mythes et ses légendes par de nombreux festivals et carnavals. Parmi les plus connus, il y a le Carnaval de Barranquilla et le Festival des Fleurs de Medellín où plusieurs créatures magnifiques défilent dans les rues des villes et des villages. Beaucoup d’autres personnages mythiques captivent la population, que ce soit la Tunda qui représente une femme vampire ou encore le Moan, une créature des forêts et des rivières qui protège ces dernières. Selon la croyance, le Moan enlèverait les femmes et tenterait d’empêcher ce qui concerne la chasse ou la pêche. Une autre croyance très populaire est celle qui raconte l’histoire du chef d’une tribu sud-américaine s’étant couvert de poudre d’or et qui aurait plongé dans un lac à l’eau pure des montagnes. Ce chef serait ainsi devenu le roi en or.

  • Le Carnaval des Noirs et des Blancs à Pasto au début de l’année;
  • La Foire de Manizales en Janvier;
  • Le Carnaval de Barranquilla en Février;
  • Le Festival International de Théâtre de Bogota qui, tous les deux ans, coïncide avec la Semaine Sainte;
  • Festival de la Légende Vallenata à Valledupar, fin Avril;
  • Le festival folklorique à Ibagué et le Concours National du Bambuco à Neiva en Juin;
  • La Foire aux Fleurs à Medellin en Août;
  • Les Quadrilles de San Martin dans le Meta;
  • Les Festivités de l’Indépendance de Carthagène en Novembre;
  • Feria de Cali à la fin de l’année : Appelée à ses débuts « fête de la canne à sucre », la foire de Cali est devenue l’une des principales du pays. Elle enflamme la Plaza de Toros. Une grande cavalcade ouvre les festivités, des cavaliers défilent dans les rues de la ville, les meilleurs orchestres rythment les bals populaires organisés ici et là et l’effervescente Cali se transforme en véritable « capitale de la salsa ».
  • Fiesta de los Matachines à Güapi (département du Cauca). (Cette fête symbolise le combat du Bien et du Mal, théâtralisé par les figurants déguisés d’un cortège. La prochaine édition se tiendra le 28 décembre 2010voir Site internet : guapi-cauca.gov.co

Médias Colombiens

Bibliographie

  • Álvaro Medina, Procesos del arte en Colombia, Instituto Colombiano de Cultura, Bogotá, 1978.
  • Arney Cabrera Eugenio, Temas para la Historia del Arte en Colombia. Divulgación cultural, Universidad Nacional de Colombia, Bogotá, 1970.
  • Arte, Estética y historia del arte en Colombia: repertorio bibliográfico 1870 – 1929. Paola Andrea Ramírez Pérez. Grupo de Teoría e Historia del Arte en Colombia
  • Traba Marta, Historia abierta del arte colombiano. Cali: Ediciones Museo La Tertulia, 1974.
  • Gil Tovar Francisco, Arte colombiano. Bogota : Plaza & Janes, 1980
  • Ramon Torres Mendez, Entre lo pintoresco y la picaresca, Beatriz Gonzalez. Carlos Valencia Editores 1986.
  • Londoño Vélez, Santiago (2001). Colombian Art: 3,500 Years of History. Bogotá: Villegas Editores. ISBN 9589698271.
  • Safford, Frank; Mauricio Palacios (2002). Colombia: Fragmented Land, Divided Society (Latin American Histories). Oxford: Oxford University Press. ISBN 019504617X.

Liens externes