Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Culture à Séville

Culture à Séville

http://natureculture.org/wiki/images/9/91/800px-Guadal_B%C3%A9tis.jpg

La vie culturelle de Séville est celle qui offre le plus d'intensité et de diversité en Espagne. La ville accueille de nombreux évènements culturels tout au long de l'année dans une multitude de domaines culturels.

P1020452.JPG

L'histoire de la ville est intimement liée à celle du fleuve Guadalquivir car depuis son passé le plus reculé, la ville est un port fluvial et un pont entre l’océan Atlantique et l’arrière-pays de l’Andalousie. Et il ne faut pas oublier que Séville a toujours été le carrefour entre le Nord-Est et l’Ouest de la péninsule ibérique. Même si l’on remonte au premier millénaire avant J.-C., la ville de Séville se destinait déjà à devenir le lieu idéal pour le grand marché de la vallée du Guadalquivir. A l’origine, Séville se développa à un endroit où le fleuve n’était pas navigable pour les bateaux venant de la mer. Des fouilles archéologiques réalisées à La Cuesta del Rosario confirment que les premiers établissements datent du 9e siècle avant J.-C.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/76/Giralda_de_Sevilla_5.jpg

Entre vie nocturne excessive, et tranquillité culturelle, Séville est une ville charmante qui fait honneur à toute l'Andalousie. Pendant la soirée, certaines rues et places reçoivent les amateurs de fête, qui se rassemblent dans les bars de nuit et discothèques. Le quartier de Triana, et notamment la Calle Betis, au bord du Guadalquivir, est certainement l'un des plus fréquentés, pour ses bars de nuit ou ses tablaos. Les noctambules amateurs de bars s'agglutinent également sur la plaza de la Alfalfa et ses alentours. Le quartier de l'Arenal attire les férus des boîtes de nuit, lesquels se retrouvent en été aux abords du parc de María Luisa, où abondent les discothèques en plein air. Enfin, la jeunesse plus portée par la musique et l'ambiance alternatives tend à se concentrer le long d'une promenade, la Alameda de Hércules.

Une autre pratique nocturne reste très prisée des jeunes sévillans : la botellona. Cette tradition bien implantée parmi les jeunes dont les moyens ne leur permettent pas de consommer dans les débits de boissons, consiste à acheter au supermarché des bouteilles d'alcool, pour les consommer ensuite en pleine rue, lors d'un botellón, regroupement spontané et improvisé, pouvant réunir au même endroit de quelques individus à plusieurs centaines de personnes. Le gouvernement andalou, à l'instar d’autres communautés autonomes, a toutefois décidé en 2006 de réglementer la tenue des botellones, pour limiter la gêne occasionnée au voisinage, et promouvoir la lutte contre l'alcoolisme

Repère des randonneurs de l'Histoire, ville intime pour les amoureux et lieu culte pour les fêtards, la douce Séville plaît à tout le monde. Marquée par les guerres religieuses d'antan, son âme est à la fois occidentale et orientale. En témoigne son architecture qui unit les trésors de deux religions autrefois en guerre.

Parmi les évènements les plus remarquable citons :

  • La Semaine Sainte
  • La Féria de Séville
  • Le Corpus Cristi

Pour ceux qui recherchent une culture plus contemporaine, cette ville culturelle s'est fait remarquée en 1992 avec l’expo universelle, qui avait offert un surprenant choix d’évènements parmi lesquels :

  • La foire des Art Contemporains
  • Le Festival de Musique Ancienne
  • Le festival du Cinéma Européen
  • Le festival de Jazz
  • Le festival d’opéra en plein air.

Le visiteur ou celui qui connaît mal Séville sera quelquefois surpris de savoir qu’il y a un grand nombre de Théâtres à Séville et de salle de spectacles alternatifs où il est possible de voir les meilleures productions modernes de danse, théâtre et musique. Les deux théâtres les plus avant-gardistes de Séville sont ; le Teatro Central et le Théâtre de la Maestranza.

Le Teatro Central offre un programme de saison où il est courant de retrouver des grands noms du Théâtre et de la danse contemporaine comme Vim Van de Keybus, Jean Fabre, Bob Wilson, la troupe Rosas, etc.

Quant au théâtre de la Maestranza, sa saison d’opéra n’a rien à envier aux grands circuits opératiques européens.

En tout cas, ces deux théâtre méritent le détour ne serait-ce que pour la qualité de leur architecture et de leur capacité d’adaptation scénographique.

Pour finir, comment parler de Séville sans parler de Flamenco, un art présent à tous les coins de rue, parfois spontané, parfois académique. Pour ceux qui aiment le Flamenco, Séville est une ville incontournable et ses artistes y sont prolifiques. Un des évènement Flamenco à ne pas manquer est bien entendu la Biennale du Flamenco de Séville.

Théâtre et musique classiques

Séville, fréquentée autrefois par des dramaturges de l’importance de Tirso de Molina, Cervantes et Lope de Vega, est depuis longtemps une ville de théâtre. Elle s’est également tournée plus récemment vers l’opéra.

Propriété de la ville, le Théâtre Lope de Vega, baptisé du nom de l’illustre dramaturge du Siècle d’or, occupe le Pavillon de Séville, conçu à l’occasion de l'Exposition ibéro-américaine de 1929 pour abriter un théâtre et un casino. Les représentations théâtrales d’œuvres du répertoire classique espagnol et européen composent l’essentiel des représentations, mais la salle accueille également des projections cinématographiques dans le cadre du festival du cinéma européen, ainsi que des concerts de musique et des spectacles de danse. Le Théâtre de la Maestranza fut pour sa part créé à l'occasion de l'Expo 92 et inauguré par la reine Sophie en 1991. Il figure désormais dans le peloton de tête des opéras espagnols. La programmation, de 180 spectacles annuels, fait alterner des représentations d'opéra, de théâtre, de danse et de musique classique.

Création contemporaine

La création contemporaine n’est pas absente de cette ville très ancrée dans la tradition. En témoigne l’existence du Teatro central, où se produisent divers auteurs et compagnies de théâtre, danse, musique au répertoire essentiellement contemporain et actuel, en collaboration avec des institutions culturelles locales (Centre de théâtre andalou, Ballet flamenco d’Andalousie,..) et d’autres théâtres. Ces caractéristiques en font une des principales scènes expérimentales d’Espagne, et un outil pour la diffusion et la promotion de la création contemporaine dans le domaine des arts de la scène 44. Aux côtés du Théatre central existent plusieurs salles plus modestes, où se donnent des représentations de tous types.

Il est à noter d’autre part que la présence d’une importante population juvénile et estudiantine a entraîné depuis longtemps l’émergence de salles de concerts de musique actuelle (rock, hip hop, musique électronique,…), officielles ou plus alternatives, tendance sans doute provoquée ou accentuée par le phénomène de la movida. Séville demeure toutefois moins dynamique que sa voisine Grenade, qui propose une offre plus étoffée. Enfin, Séville est le berceau de plusieurs interprètes musicaux de styles divers : La Mala Rodríguez et Dogma Crew (hip hop), Triana et Smash (rock progressif), Narco (rap et metal), Parachokes (rock), Reincidentes (punk rock).

P1020384.JPG

Traditions de la Feria de Séville

La Feria de Abril ne ressemblait en rien à ce qu'elle est aujourd'hui quand elle commença. C'est en 1847 que fut crée la Feria comme une foire aux bestiaux. Avec le temps la feria s'est uniquement consacré à l'aspect festif de l'évènement, en faisant une pure tradition sévillane. Les "casetas" servaient à l'époque de refuge pour les commerçants afin d'échapper à la chaleur et les stands de nourriture et de boissons commencèrent à se faire de plus en plus nombreux.

Très vite, la feria est devenue une occasion incontournable pour manger, boire, danser et passer de très bons moments. C'est pourquoi, d'année en année, la Feria de Abril est devenue de plus en plus importante et a commencé à se faire connaître à l'international.

Les rues de Séville se remplissent de lampions ou d'ampoules de toutes les couleurs. C'est lors de la première nuit de la Feria de Séville, lors de l'"Alumbrao" que se mettent à clignoter toutes les ampoules de la feria et de la porte principale, annonçant ainsi le début d'une semaine de danse, de musique et de découverte de la culture de Séville. Cette semaine est aussi l'occasion de voir le plus belles corridas de la saison dans les arènes de Maestranza. ¡Olé!

Passez la porte principale (de plus de 50 mètres de haut) pour découvrir le champ de foire où plus de 1000 "casetas" longent les rues. Ces stands appartiennent à des familles, associations, partis politiques ou encore groupes d'amis et servent de petites maisons décorées et équipées de cuisine, bar, tables et chaises ; de quoi pouvoir manger les tapas et boire du bon vin entre amis et profiter pleinement de la fête.

La musique qui se fait entendre depuis chaque caseta de la Feria de Séville sont des sevillanas : danse composée de 4 "coplas" ou danses que les Sévillans apprennent à danser dès leur plus jeune âge. Le temps de la feria, les Sévillans revêtent les costumes andalous typiques : les femmes en robe flamenco ou gitane à pois et les hommes en costume traditionnel des campagnes arrivant à cheval et les groupes d'amis en calèches. Ce paysage culturel rend l'atmosphère très particulière et très festive : tout le monde vous invite à danser, à manger les tapas et à découvrir toute la culture andalouse et la fierté des habitants de Séville. Enfin, après une semaine de fête, la Feria de Séville s'achève par un gigantesque feux d'artifices le dimanche à minuit. Histoire de la Feria de Séville

La Feria de Abril ne ressemblait en rien à ce qu'elle est aujourd'hui quand elle commença. C'est en 1847 que fut crée la Feria comme une foire aux bestiaux. Avec le temps la feria s'est uniquement consacré à l'aspect festif de l'évènement, en faisant une pure tradition sévillane. Les "casetas" servaient à l'époque de refuge pour les commerçants afin d'échapper à la chaleur et les stands de nourriture et de boissons commencèrent à se faire de plus en plus nombreux.

Très vite, la feria est devenue une occasion incontournable pour manger, boire, danser et passer de très bons moments. C'est pourquoi, d'année en année, la Feria de Abril est devenue de plus en plus importante et a commencé à se faire connaître à l'international. Aujourd'hui, un terrain spécial est utilisé pour accueillir la Feria durant une semaine des plus exceptionnelles de Séville.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/59/Salmorejo_4.jpg

Gastronomie à Séville

La gastronomie populaire sévillane est fortement influencée par la cuisine méditerranéenne, à base de poissons, d’huile d’olive, de nombreux fruits et légumes. Elle accorde également une large place aux produits régionaux des provinces voisines : charcuteries, viande de porc, de taureau, ... Elle se distingue par la simplicité des mets que l’on préfère généralement cuisinés nature, grillés ou sautés : les plats élaborés ou en sauce, si prisés des basques ou des navarrais, pour lesquels la cuisine est une institution, connaissent un écho plus limité.

Au premier rang de la gastronomie sévillane figurent les productions régionales, qui rentrent souvent dans la composition des tapas :

Parmi les mets les plus fréquents se retrouvent :

  • le cocido andaluz : sorte de pot-au-feu local, à base de bœuf, de boudin, de chorizo, de lard, de pommes de terre,
  • la pringá : mets composé à l’origine des restes de viandes du cocido andaluz, hachés et recuits à l’huile d’olive et souvent assaisonnés de tomate et de piment. Aujourd’hui fréquemment cuisinée expressément, elle est généralement servie en tapa sous forme de montadito, dans un petit pain,
  • les huevos a la flamenca : œufs sautés avec tomates et chorizo,
  • le flamenquín : roulé frit de jambon de montagne ou d’York et de filet de porc (lomo),
  • les salades composées diverses : ensaladilla rusa,
  • les épinards à la sévillane : cuits avec des pois chiches et du cumin,
  • le solomillo : filet mignon de porc, cuisiné à l’ail et flambé au whisky, ou servi accompagné d’une sauce au roquefort,
  • les fritures de poissons (morue, éperlans, anchois, …) et de mollusques (calamars, seiches, …),
  • la queue de taureau, cuisinée en ragoût,
  • le gazpacho : soupe froide à base de tomates, de concombre, d'ail, d'oignon de poivron, de pain, d'huile d'olive et de vinaigre
  • le salmorejo : sorte de gazpacho très épais, accompagné d’œuf dur mouliné ou de dés de jambon,
  • gambas à l’ail,
  • les albóndigas : diverses boulettes de viandes ou de poissons, assaisonnées de divers condiments, panées puis frites,
  • les papas aliñás : pommes de terre, qui une fois cuites, refroidissent en marinant dans un mélange d’huile d’olive, d’oignon haché, de persil et de vinaigre de Jerez

Les pâtisseries, généralement issues de la tradition orientale, sont fort prisées à Séville. Les plus fameuses trouvent leurs origines dans les très nombreux couvents de la ville, dont certains continuent à les produire et à les commercialiser :

  • La Torrija, le pain perdu andalou
  • les pestiños : sortes de petits beignets enrobés de miel, et parfumés au sésame et à la cannelle,
  • les cortadillos,
  • les torrijas : sorte de pain perdu,
  • les yemas : jaunes d’œufs cuits mélangés à du sucre et aromatisés à la vanille

La confiture d'écorces d'oranges amères est également très prisée. Une autre spécialité très appréciée au petit déjeuner est la tostaíta, simple pain grillé, frotté à l’ail puis arrosé d’huile d’olive. On lui ajoute ensuite, selon les goûts, divers ingrédients : jambon, tomate, ...

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/7e/Ayuntamiento_-_Plaza_de_San_Francisco_-_Sevilla.jpg

Musées à Séville

  • Le Musée des beaux-arts de Séville est la plus importante pinacothèque d'Andalousie, et l'une des toutes premières d'Espagne. Riche de plus d'un millier de peintures, mais aussi de sculptures, dessins, etc., il est célèbre pour son exceptionnelle collection d'œuvres de l'école baroque sévillane. Il renferme des toiles de Zurbarán, Murillo, Valdés Leal, Francisco de Herrera le Vieux, mais également de Velázquez, El Greco et Goya. Il propose d'autre part une belle série de peintures flamandes des xve et xvie siècles.
  • Musée des arts et cultures populaires, Plaza de América (Parque de María Luisa) - Tel.: (95) 423 25 76 est un musée ethnologique avec des objets intéressants venant de toute l’Andalousie.
  • Musée des arts contemporains, Santo Tomás, 5 - Tel.: (95) 421 58 30. Ce musée fusionna en 1994 avec le Centre andalou des Arts Contemporains. Il présente des peintures, sculptures, poèmes, dessins, tapis et oeuvres réalisés par des artistes espagnols du XXe siècle, entre autres Bacarisas, Barbadillo, Caballero, Cortijo, Gordillo, Gerrero et Mateos.
  • Musée taurin, Real Maestranza de Caballería de Sevilla. Paseo Colón, 12. Il fut créé en 1989 avec l’aide de la Real Maestranza de Caballería. Il est situé sous les gradins de la Plaza de Toros. Ce musée présente les costumes de célèbres toreros, des trophées, des photos et autres objets du monde de la tauromachie.
  • Musée naval, Torre del Oro. Paseo Colón. Tel.: (95) 422 24 19. Il ne faut pas oublier le musée naval dans la célèbre Torre del Oro. Ce musée présente une collection de cartes et d’objets anciens liés à l’histoire navale de la ville.
  • Musée Régional Militaire, Puerta de Aragón; Plaza de España. Ce musée a hérité des collections des anciens Ateliers d’artillerie et de l’usine militaire d’explosifs et comprend d’importantes collections de cartes, drapeaux, armes et pièces artisanales en bois de Cuba, des Phillipines et de Puerto Rico.
  • Archives générales des Indes, Avenida de la Constitución - Tel.: (95) 421 12 34. Les archives des Indes se trouvent dans l’ancienne "Casa de la Lonja". Les plans du monument achevé à la fin du XVIe siècle sont l’œuvre de Juan de Herrera, l’architecte de l’Escorial. Les archives des Indes datent de 1785, mais le bâtiment existait déjà depuis 200 ans. A l’intérieur se trouve la plus grande collection au monde de documents, journaux de bord, dessins de cartes et autres documents sur la découverte du continent américain par les Espagnols, son exploration, la conquête et la colonisation de ce qui fut appelé « le nouveau monde ».

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/f7/Sevilla2005July_116.jpg

Articles connexes

P1020480.JPG