De son vrai nom Benamara Mohamed Ben Mustaphacheïkh Mohamed El Kourd (1885-1951) fut un grand Maître du Malouf. On le surnommait encore « doigts d'or» pour sa virtuosité.

 

 

Biographie

aaa051elkourd.JPG

Il est né en 1885, près de la place d’Armes à Annaba (Algérie). Sa famille fait partie de la dernière vague d’émigrés andalous (1620).

Artiste de génie, il porta le Malouf à son plus haut degré de raffinement.

El Kourd apprît le Malouf sous la direction des maîtres incontestés du genre : les cheïkhs Mohamed Benkhemar, Mohamed Ferdjioui et Mohamed Beloucif.

Il enregistre sa première série de disques (78 T) en 1934 chez Beïdaphone à Paris : sa célèbre valse « bellah ya hamami» , Aïnine lehbaraSalah Bey et Faraqouni entre autres.

Son amour pour les voyages l’a amené à visiter beaucoup de pays européens.

Elégant et fier, il a fait la gloire de la ville d’Annaba. 45 disques fut le lot de ses oeuvres connues. Il était souvent accompagné du flûtiste Mohamed Bennani dit petit Mohamed et d’Abdelaziz Mimoune dit Goamar à la darbouka.

Cheïkh Mohamed el Kourd était un virtuose du piano et il fut le premier à avoir introduit le piano dans le Malouf.

En 1948, Hassan El Annabi joua pour la première et l’unique fois avec le maître du Malouf.

Il mourut dans sa ville natale le 19 octobre 1951, comme l'indique la pierre tombale si dessous.

kourd.maxi--1-.jpg

Source

  • " mémoire algérienne " de Achour Cheurfi
Tag(s) : #Musiques algériennes
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog