Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Cheb Kader, initiateur à la fois du Raï beur, pop Raï et du new Raï

Cheb Kader, initiateur à la fois du Raï beur, pop Raï et du new Raï

Aucune musique populaire du Maghreb n'a pu aller au-delà et aussi loin, des confins de son bercail, que le Raï algérien. Pour tant de propagation dans le monde, certains observateurs comparent ce style musical au reggae de la Jamaïque. "La musique jamaïcaine a eu une influence à travers le monde. La musique ska s'est développée au début des années 1960. Rock Steady, un rythme plus lent et sentimental avec un battement accentué de basse, est ensuite apparu sur la scène musicale, mais il a rapidement été éclipsé par le reggae. Le reggae qui a vu le jour dans le ghetto de Kingston au début des années 1970, a dominé la scène musicale internationale avec Bob Marley, le roi incontesté du reggae. La musique jamaïcaine continue d'innover, et son influence se fait sentir dans les salles de danse du monde entier." - La Jamaïque (Projet des Profils culturels, Centre Anti-Racism, Multiculturalism and Native Issues (AMNI), Faculté de travail social, Université de Toronto, avec l'aide de Citoyenneté et Immigration Canada). Loin de la musique bédouine, c'est en France que se réfugièrent quelques grands noms du raï pour trouver des conditions de travail très attractives et les moyens techniques adéquats à une modernisation plus poussée de ce style musical oranais.

Cheb Kader
 الشاب قادر (né Kouider Morabet, en 1966, à Boutlélis, près d'Oran) est un chanteur de Raï et fut sans conteste, le premier à produire du Raï beur en France, il demeure une figure mythique et nombreux sont ceux qui se souviennent qu'il fut un talentueux chanteur et compositeur et l'initiateur à la fois du Raï beur, du pop Raï et du new Raï. Son public retient de Cheb Kader ses beaux pas de danse et sa manière de bouger sur scène et son fabuleux « sel dem drai », un incontournable succès qui va par ailleurs figurer dans de très nombreuses compilations commerciales.

Cheb_Kader_4908c09ad9703.jpg
Biographie et évolution musicale

Issu d'une famille marocaine, Kouider Morabet débarque à l'âge de 11 ans du côté de Mulhouse en France. Son père, grand mélomane et flûtiste exerçait le métier de coiffeur. Quand son père jouait de la flûte, le petit Kouider, ne ratait pas une occasion pour taper sur un tabouret comme percussion. C'est lorsque son père lui offre une guitare que la futur star démarre des cours de solfège. Plus tard, une tante dans la capitale accueille le garçon, il s’entoure alors de Marocains pour pratiquer un style gnawa traditionnel avec le hajouj, la basse, le banjo, le oud et les bendirs. (source).

En 1982, le jeune beur est titulaire d'un CAP de mécanicien automobile, mais il décide pltôt de monter à Paris avec la ferme intention d'entamer une carrière musicale avec des petits boulots par-ci, par-là lui qui lui permettent de produire une maquette et de prendre son envol.

Bien avant cheb Mami qui effectuait son service militaire en Algérie, où cheb Khaled qui se faisait encore produire de manière artisanale par les éditeurs de Barbès, Cheb Kader triomphait, dès le milieu des années 80 et devient la première idole des jeunes beur et beurettes de France. Il exprimait déjà la différence en chantant des compositions plus rigoureuses que celle des kafichanta pas très professionnels de ses aînés du bled. Il est le premier à produire un raï nouveau qui influencera plus tard Khaled et cheb Mami.

Il eut une carrière musicale très saccadée. C'est carrément une autre approche du raï que l'on découvre avec Cheb Kader. Un raï plus glamour mélangé au funk et au reggae,qui conserve les sonorités traditionnelles. Sa voix simple et sensuelle communique la chaleur des sentiments et des émotions quand il fredonne A la seule évocation de ton nom, mon sang arrête de couler ou encore tu es loin de mes yeux mais si proche de mon coeur et j'ai beau tout donner, tout reste dans mes rêves, son public ne pouvait pas être indifférent ou avoir un larme face aux paroles du beau gosse du Raï.

En 1985, cheb Kader rencontre l'impressario Michel Lévy qui avait lancé une pléiade de jeunes artistes de Raï.

Cette année-là, se souvient le chanteur, j’ai fait mon premier véritable album moderne. Les musiciens étaient comme moi, d’origine maghrébine mais ils partageaient aussi une culture occidentale très développée. Notre cocktail musical a remporté un franc succès. Cela a impressionné beaucoup de gens car on n’avait pas l’habitude d’entendre de la musique arabe interprétée de la sorte. Les puristes lui reprochent d’avoir dénaturé le raï, Kader avec toute l’arrogance de sa jeunesse leur réplique : «Si cela n’est pas du raï, cela le deviendra demain !». Avec de puissantes harmonies, des sonorités électriques et des instruments modernes comme les claviers et les synthétiseurs, Kader conjugue l’Orient au futur composé, enregistrant deux albums chez Blue Silver plus un troisième intitulé Best Of, mélange de sa première cassette et des deux 33 tours. (source). A l'aise sur scène, complice avec ses musiciens, Kader communique également son talent de façon impressionnante avec son public.

Au printemps 1988, il est propulsé et édite un premier album qui porte tout simplement son nom, s'ensuit une longue tournée en Europe, dans les pays du Maghreb, au Japon et aux USA.

Il revient trois ans plus tard avec "Génération Rai" et cinq titres sont signés avec Abdy. En raison avec quelques conflits artistiques avec la maison de disque qui le produit, il prend du recul avec la musique, l'artiste s'installe à Savigny-le-Temple et fonde une famille.

En juin 2001, après huit ans d'absence, il revient sur scène avec le célébrissime titre "Majiti".

A 35 ans, il publie son troisième album (« Mani », Polydor-Universal), après « Sel dem drai » (1988, chez Blue Silver) et « Génération raï » (1990, Flarenasch).

Malheureusement, Cheb Kader disparaît de l'avant-scène du raï !

Il continue toutefois à chanter pour le plaisir, élabore des projets de chansons dans le studio d’enregistrement qu’il a installé à son domicile. Il y a deux ans et demi, il décide de tenter à nouveau sa chance. Résultat : « Mani », un album de raï accessible, qui vise d’évidence le grand public, avec des incursions du côté de la musique gitane (« N’siti »), des rythmes latinos (un duo avec Sergent Garcia), du « R’nB » (un duo avec la chanteuse Amel). (source)

 

En juin 2001, après huit ans d'absence, il revient sur scène avec un titre culte "Majiti".

Malheureusement, Cheb Kader disparaît de l'avant-scène du raï !

A 35 ans, il publie son troisième album (« Mani », Polydor-Universal), après « Sel dem drai » (1988, chez Blue Silver) et « Génération raï » (1990, Flarenasch).

Malheureusement, Cheb Kader disparaît de l'avant-scène du raï !

Il continue toutefois à chanter pour le plaisir, élabore des projets de chansons dans le studio d’enregistrement qu’il a installé à son domicile. Il y a deux ans et demi, il décide de tenter à nouveau sa chance. Résultat : « Mani », un album de raï accessible, qui vise d’évidence le grand public, avec des incursions du côté de la musique gitane (« N’siti »), des rythmes latinos (un duo avec Sergent Garcia), du « R’nB » (un duo avec la chanteuse Amel). (source)

Fin décembre, Cheb Kader sort un nouvel album composé de 13 titres qui retracent sa carrière musique avec sid el houari, sel dem drai , une reprise de la chanson Zina du groupe Raina-rai , selou avec Sergent Garcia et des inédits qui nous réservent des surprises !

64445_163154320378013_100000503373717_513185_1407814_n.jpg

Cheb Kader sera présent au Maroc pour fin novembre 2010  pour une campagne promotionnelle au niveau des médias

Il entreprendra fin 2010, un large tournée  en Suisse et en Allemagne,  Italie, Belgique, Pays-Bas....

Pour l'été 2011, il prévoit une participation au Maghreb et au Maroc au Festival rai de Oujda, celui de Saidia, et Casablanca où l'artiste est déjà  programmé.