Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Ce weekend pour découvrir la culture arabe à Liège

Ce weekend pour découvrir la culture arabe à Liège

Les musiques populaires arabes et la danse traditionnelle du Proche-Orient seront à l'honneur ce weekend à Liège.

Affiche-Journees-Culturelles-Arabes-2011.jpg

Le Centre Culturel Arabe en Pays de Liège (CCAPL) organise deux concerts et un spectacle de danse dans le cadre de ses journées culturelles arabes, un événement annuel que les amateurs de découvertes culturelles attendent avec impatience. 

"Le Centre Culturel Arabe en Pays de Liège vient de fêter ses dix ans et les journées culturelles arabes sont l'une de ses activités piliers. Elles ont pour but de faire vivre la culture et l'art arabes dans nos quartiers liégeois," souligne Nagi Sabbagh, président du CCAPL.

Les journées culturelles arabes sont l'occasion pour le public belge de venir découvrir la diversité de la culture arabe, et surtout de sa musique, qu'elle soit classique ou populaire, du Maghreb ou du Machreq. Au programme, vendredi 28 octobre, le groupe Safar, qui s'inspire d'un mélange de musique classique arabe et d'autres musiques du monde, et qui interprète, en alternance, créations personnelles et morceaux classiques et folkloriques.

Samedi 29 octobre, la troupe de dabké (la danse traditionnelle du Proche-Orient) d'Ahmad Ghannam animera la première partie de la soirée. En seconde partie, Elissar Monzer, Elias Bachoura et leurs musiciens interpréteront des chansons libanaises et syriennes ainsi que des musiques populaires du Maroc, de la Tunisie et de l'Egypte.

Le CCAPL a choisi d'organiser cet événement à l'espace Georges Truffaut afin de rendre la culture accessible à tous et de contribuer aux efforts locaux de faire revivre ce quartier de Droixhe.

Les journées culturelles arabes se veulent aussi d'être un événement festif qui permet à la minorité arabe de faire partager sa culture ou même parfois de la redécouvrir. "Beaucoup de jeunes issus de la deuxième ou troisième génération d'immigrés ont perdu contact avec la culture du pays d'origine de leurs parents ou n'en connaissent que certains aspects. Nous avons pour but la diversité et présentons la culture des différents pays arabes et certaines de leurs musiques," explique le président du CCAPL.