Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Carte blanche : "De la démocratie et du tourisme en Tunisie" par CM Vinson

Carte blanche : "De la démocratie et du tourisme en Tunisie" par CM Vinson

 

http://natureculture.org/wiki/images/d/d3/Freedomtunisia_%281%29.jpg

Comme chacun le sait, une désaffection importante des touristes pour ce pays s'est exprimée, ce qui peut se comprendre dans la mesure ou un vacancier n'a pas forcément l'âme d'un révolutionnaire et qu'il ne souhaite pas s'exposer, lui et sa famille, a des problèmes qui pourraient arriver au cours de son séjour. Faire de belles communications en direction des pays étrangers est une chose mais si celles-ci sont contredites par d'autres plus malheureuses comme par exemple cette manifestation d'islamistes au cours du ramadan, cela ne sert pas à grand chose. Et rares sont et seront les européens qui par solidarité et courage iront en Tunisie.

Un phénomène similaire pour le Maroc. A partir de là, il est évident que c'est dans la mesure ou la Tunisie arrivera à concrétiser la transition vers une démocratie que les choses pourront s'arranger. Sur ce plan, un événement capital à eu lieu, la déclaration de Mohamed Talbi demandant l'annulation de la Charia. Voilà quelque chose qui me parait exceptionnel et qui pourtant et malheureusement n'a pas fait l'objet de beaucoup de de commentaires, ni en Tunisie ni en Europe. Hors, il ne faut pas se cacher les yeux, le principal obstacle à l’avènement de la démocratie dans les pays arabes est bel et bien l'islam, et la charia est ainsi non seulement incompatible avec la démocratie mais son principal ennemi. On pourrait espérer que suite à cette déclaration un grand mouvement de tunisiens laïcs et modérés voient le jour, ce qui serait un signe fort en direction des pays démocratiques et encouragerait les populations, par le tourisme, à venir en Tunisie pour soutenir cette force véritable de transition. Et ce serait aussi un acte fort par rapport a la montée de l'islamisme radical en Europe.

Si la Tunisie a été le premier pays arabe à se débarrasser de la dictature alors elle devrait être également le premier pays arabe a se prononcer massivement contre la charia. Lorsque l'on connait la stature de Mr Tabi et la reconnaissance de ses compétences sur l'islam et les problèmes qu'il engendre, cette déclaration courageuse doit être plus que saluée c'est a dire accompagnée par la société. Si celle-ci ne bougeait pas, alors on pourra dire que la peur est la maîtresse du jeu et que déjà, sur un plan profond, les islamistes ont gagné. Cela continuera également à alimenter les analyses en occident qui consistent à penser qu'il n'y a pas de musulmans modérés tout simplement parce qu'il n'existe pas d'islam modéré.

Et que si réforme de l'islam il y aura, ce qui est plus qu’hypothétique, cela ne pourra se faire que si les occidentaux entrent en jeu pour soutenir les réformateurs musulmans, chose dont nous sommes également très éloignés. Un grand mouvement tunisien contre la charia, voilà quelque chose qui aura un impact considérable sur l'évolution de la Tunisie mais, plus loin, sur la situation en Europe et dans le monde. La cause majeure de ce mouvement ne devenant ni plus ni moins que celle de la paix dans le monde.

Le tourisme, qui veut dire "rencontre et échange" deviendrait dans ces conditions un acteur majeur de cette évolution. Car de nombreux occidentaux trouveraient alors dans un voyage en Tunisie la possibilité d'un engagement utile pour faire avancer les choses. On ne peut pas en permanence considérer que pour qu'il y ai développement économique il suffit de cacher la réalité des situations socio-politiques et adopter ainsi comme partout le langage "politiquement correct". Pour que le tourisme se développe en Tunisie il doit se faire militant pour la démocratie, en sachant bien encore une fois, que la charia entre en incompatibilité, comme l'a déclarée la cour européenne des droites de l'homme.

Je développe ici une réflexion suite a une étude qui devient assez approfondie sur la question de l'islam, ce qui ne veut pas dire que je sois absolument dans le vrai. Ce sont juste mes convictions que j’exprime à titre personnel. Je les publie ici sur une "page discussion", ce qui veut dire que chacun peu demander une ouverture de compte et participer. C'est un espace réel de libre expression, très visité de par le monde, et c'est bien dommage que tous les acteurs de la liberté d'expression ne le saisissent pas. S'ils ne le font pas, cela vient du fait qu"'il ne s'agit pas ici de s'exprimer pour s'exprimer" mais de "penser en homme d'action", c'est a dire faire en sorte que toute réflexion aboutisse à des actions concrètes. On est sur la ligne de fracture entre la pensée, la parole et leur traduction dans des actes, un problème majeur, si ce n'est l'essentiel, et qui existe partout, quelque soit les régimes politiques. C'est quelque chose qui relève de la sensibilité aux problèmes d'autrui, de l'écoute et de l'engagement. Voilà donc des années que nous avons ouvert avec Mario un nombre considérable de pages sur le Maghreb, et ici sur la Tunisie, que nous mettons à disposition de chacun un site gratuit pour permettre à toutes les initiatives intelligentes (et donc fatalement à la marge) de pouvoir trouver un outil majeur pour se réaliser et qu'aucun tunisien de Tunisie ou de France nous aura rejoints, à commencer par tous ceux qui parlent de solidarité ou même de tourisme solidaire et qui n'ont jamais répondu à mes courriers.

Chacun son "petit business" et ainsi on ne peut plus parler de solidarité ni d'actions réelles et efficaces, puisque celles-ci ne pourront être le fait que de la capacité de chacun à s'allier, dans le respect de sa particularité et de son autonomie. Mais si les tunisiens font appel, et à juste titre, à la solidarité internationale (donc à des personnes sur le plan du tourisme), il faudrait aussi qu'ils soient solidaires de ceux qui le sont réellement. Ou alors ce n'est plus que dans de la déclaration d'intention comme partout. Toute transformation réelle du monde a toujours été le fait de quelques personnes intelligentes et courageuses, capables d'ouvrir des chemins qui pourront à terme être empruntés par le plus grand nombre. Et aujourd'hui, comme à toutes les époques, l'intelligence ne consiste pas à se mouler dans le cadre habituel (attendez vous par exemple que nous établissions un business plan pour développer cette initiative en direction du tourisme tunisien?) mais à s'affranchir de la "non-pensée" dominante, et qui est devenue de nos jours tellement lourde que l'on peut se demander si cela est encore possible tant cette faculté à penser par soi-même, a aller au fond des choses, crée une peur palpable qui se traduit immanquablement par du rejet. Parce que au-delà de la difficulté de la compréhension pour toute recherche novatrice, et que l'on ne peut pas ainsi identifier du premier coup d'oeil, surtout que celle-ci, par essence, est en perpétuelle évolution, c'est bel et bien la peur qui règne partout en maître, la peur dunouveau, la peur de l'inconnu, la peur de l'autre et qui paralyse tout. Ainsi donc tout commence par cette volonté de s'affranchir de cette peur fondamentalement inutile et d'aller en toute confiance vers tous ceux qui sont réellement des acteurs d'une transformation positive de ce monde et dont on peut dire sans trop se tromper que Nature et Culture en fait partie. Si vous ne le pensez pas c'est que vous n'avez pas pris le temps d'essayer de comprendre ou tout simplement parce que vous le voyez et le savez parfaitement mais que cela vous engagerait trop à titre personnel. Sur le plan de la communication et du fameux dialogue entre les cultures dont on nous rabat les oreilles partout tant celui-ci n'existe pas dans les faits, il faut bien préciser que la difficulté ne se situe pas entre des personnes de cultures différentes, les gens intelligents et bien intentionnés ("les gentils") n'ayant aucun difficulté à se comprendre, quelque soit le pays, mais entre des personne de niveau d'intelligence différent. On appelle ça la "rupture de plan", ce qui veut dire concrètement qu'il est plus facile de communiquer avec un tunisien intelligent en Tunisie qu'avec un voisin stupide en France.

Attention, c'est grave que ce que je dis, parce que la bêtise est l'ennemi n°1, comme le dit Gustave Flaubert, qu’elle règne partout et qu'on ne peut rien faire contre elle. Reste ainsi la dernière voie possible, faire en sorte que les gens intelligents et de bonne volonté puissent se connecter les uns aux autres sur l'ensemble de cette planète. Depuis cinq ans que ce travail existe nous ne sommes que deux ce qui devraient inquiéter tout le monde. Et ce qui veut dire surtout que l'intelligence à elle seule ne suffit, il lui faut l'essentiel, cette "bonne volonté créatrice" sans quoi rien ne peut se faire. Et la aussi, cette ressource vitale semble avoir fondu comme neige au soleil.

Ainsi on peut dire que la bonne volonté en soit ne suffit pas, il lui faut en plus de l'intelligence, mais que de l'intelligence sans bonne volonté, sans ouverture à l'autre, n'est qu'un arbre stérile. Et nous en sommes là.

Au point d'avoir souvent envie d'abandonner la partie, de se déconnecter une bonne fois pour toutes de cet immense bla bla sans conséquence qu'on entend partout sur le net, parce que symptôme d'une seule et réelle maladie, la peur du passage à l'acte. Ici, nous ne vendons pas des frites, il ne s'agit pas d'un produit commercial que nous mettons en ligne mais d'une expérience humaine et qui tend ainsi en temps réel un miroir sur l'exacte réalité de la qualité des relations que nous sommes en capacité de créer et de nourrir entre nous. Si personne ne se sent capable d'entrer dans une relation constructive et libre alors ne parlons plus ni de liberté, ni de démocratie.....

 

CM Vinson 20 août 2011 à 07:41 (UTC)

PS. On peut aussi ajouter à cette réflexion le questionnement suivant : dans quelle mesure les tunisiens qui font appel à la solidarité sont concernés par le Mouvement du 20 Février? Parce que tout est lié et qu'il n'est plus possible que le Penser global pour agir local en reste comme partout à l'état de slogan. Que l'avenir de la Tunisie dépendra de sa capacité à s'ouvrir au monde et d'entrer ainsi dans ce que l'on appelle aujourd'hui une démarche "mondiologue". Et dans ce sens, que chacun comprenne la nécessité incontournable de la mise œuvre de la transversalité. L'avenir de la Tunisie n'étant ni plus ni moins que lié à l'avenir du monde....


http://natureculture.org/wiki/images/8/88/Rached-Ghanouchi-degage--.jpg