Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Bruxelles : l'Inde sera mis à l'honneur dans le cadre d'Europalia en 2013

Bruxelles : l'Inde sera mis à l'honneur dans le cadre d'Europalia en 2013

En 2013, Europalia International présentera l’Inde au public de la Capitale européenne. Lancé à Bruxelles en 1969, Europalia est un grand festival international qui présente tous les deux ans l’essentiel du patrimoine culturel d’un pays.

La culture indienne a largement été influencée par un degré de syncrétisme. Nombreuses pratiques, langues, coutumes, et monuments de ce pays en sont des exemples : des édifices architecturaux inspirés de l'architecture islamique, tels que le Taj Mahal sont l'apanage de la dynastie moghole. Elle résulte de traditions qui ont combiné des éléments hétérogènes de civilisations présentes sur le territoire à la suite d'invasions, de mouvements migratoires et de colonisation qui ont marqué le pays à un moment ou à un autre de son histoire. Les valeurs traditionnelles marquent encore largement la vie quotidienne des Indiens, tout particulièrement dans le domaine de la famille. La «famille étendue», où coexistent dans un même foyer plusieurs générations (les fils et leurs femmes restant au foyer paternel), tend pourtant à disparaître en milieu urbain. Le mariage, au sein du jati, reste très traditionnel ; la cérémonie est arrangée par les parents, après consultation d'un astrologue. La célébration des cérémonies religieuses, notamment des grandes fêtes, est observée avec beaucoup d'attention.

Nous y reviendront prochainement...

 

Corps de l'Inde


http://www.europalia.eu/files/image/article/body-ok4.jpg

Qui pose l’œil sur la statuaire indienne, se penche sur les miniatures mogholes, s’intéresse à sa tradition de la culture physique, du massage, à la pratique de la médecine, de la danse, regarde les femmes parées de leurs saris chatoyants, observe le panthéon des dieux hindous et leurs corps extraordinaires, étudie les notions de pureté et d’impureté si cruciales dans la société indienne…  ne peut qu’être frappé par l’omniprésence du corps dans l’art et la culture indienne.

Tour à tour sensuel, intouchable, orné, sacré, outil ou obstacle ; c’est parce que le corps permet d’aborder tant d’aspects de la culture indienne que nous l’avons choisi comme thème central de l’exposition d’ouverture du festival. 

L’exposition permettra au visiteur de comprendre la complexité liée à la notion de corps en Inde, et les nombreuses facettes sous lesquelles il peut être perçu. Divisée en huit chapitres, elle abordera à travers sculptures, miniatures, textiles et bijoux, des thématiques religieuses, esthétiques, philosophiques ou cosmologiques. En traversant les siècles et en élucidant le temps du parcours les fondamentaux de l’Inde, l’exposition permettra une meilleure compréhension de ses cultures et de son art. Le visiteur devrait y trouver de quoi réjouir ses sens et son esprit.

Cette exposition spectaculaire rassemblera plus de 250 chefs d’œuvre d’environ 50 musées, instituts archéologiques et collections privées à travers l’Inde. Elle explorera la notion complexe de corps et les multiples aspects qu’elle peut englober. Des sculptures monumentales en pierre issues des réserves de petites villes de province, aux bronzes Chola de Tanjore et aux manuscrits de magie peints pour l’empereur moghol Akbar et conservés au sein de la légendaire bibliothèque des Nababs de Rampur ; l’exposition permettra au spectateur de se confronter à des œuvres d’exception, parmi lesquelles beaucoup n’ont jamais été exposées, ni même publiées.

Corps de l’Inde étudie à travers un cadre conceptuel unique la manière dont l’art indien a représenté le corps et comment il a traité des tenants et aboutissants de ce vaste et crucial sujet. Le spectateur est invité à se pencher sur les aspects inhérents au corps,  et à questionner ce qui l’anime. Que reste-t-il des archétypes sociétaux de l’héroïsme? Qu’est-ce qui motive à l’abstinence et à l’ascétisme ? Comment la civilisation aborde-t-elle les rites de passage, la mort et la naissance ? Dans quelle mesure les Indiens croient-ils le destin du corps prédéterminé ? 

Cette exposition révèle le corps non seulement comme un sujet artistique, mais également comme un medium utilisé au fil des siècles pour transmettre valeurs, préoccupations et aspirations. Chaque étape du parcours raconte une fascinante pluralité, et évite de proposer un point de vue unique. La multiplicité des corps et des interprétations s’explique par la diversité géographique, chronologique et religieuse ; tout comme par la variété des commanditaires et matériaux utilisés.

Les questions posées dans chaque salle sont universelles, existentielles. Cette exposition riche, aux multiples niveaux de lecture réexamine aussi les classiques à la lumière de notre regard actuel sur l’exclusion sociale, les genres et la sexualité. Certaines salles juxtaposeront idées et œuvres d’art indiennes classiques avec des œuvres majeures de l’art contemporain traitant de préoccupations similaires.

 

Commissaire: Naman Ahuja (JNU – School of Arts and Aesthetics)

Conseillers scientifiques: Richard Blurton & Jan Van Alphen

Scénographie: Sabine Theunissen

Catalogue: Ludion - NL | FR | EN

Organisation: ICCR, Europalia International, en collaboration avec BOZAR Expo

Projet jeunesse


Voir aussi