Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
"Bruxelles By Night" by Platinum AMD Megastore

"Bruxelles By Night" by Platinum AMD Megastore

On commence à parler aujourd'hui d'une énième compilation musicale made in Platinum qui s'intititulera cette fois "Bruxelles By Night" qui sera présenté dans les bacs et distribué à la Fnac, Virgin, Auchan, itunes...) - J'ignore encore, si le thème fédérateur sera autour du sujet de "Bruxelles la nuit" comme trame thématique de la compilation ou un prétexte commercial, rien ne l'indique à ce jour!

Il est vrai que l'on pourrait observer l'engouement des belges pour la fête, et l'envie qu'ils ont d'entretenir ce qui est pour eux une culture, presque une religion. Les affiches et les flyers annonçant les soirées trônent un peu partout dans la ville, tout y passe...Si ce goût à la fête nocturne bruxelloise, cela prédisposerait, à la non-validité de ce qui suit!

L'idée très répandue de produire des mixtapes ou compilations n'est certes pas une nouveauté en soi et existe aux USA depuis la fin des années 1960, à une époque underground où le marché dans le commerce parallèle était en force à la fin des golden 60. Vendues au marché noir et dans les stations-service, il s'agissait la plupart du temps de compilations qui reprenaient les plus grands succès commerciaux de l'année. Ces enregistrements se vendent à l'acharnée surtout à l'approche des évènements festifs (Summer, Christmas times...).

Aujourd'hui plus besoin de faire un succès avec un single avant d'être compilé, c'est le phénomène inverse, on lance des artistes avant qu'ils fassent un disque d'or et bien avant qu'il fassent leur preuve dans le moindre lieu musical ! Il ne faut même plus qu'il y ait un thème fédérateur autour d'un album compilé (ici Bruxelles By Night!). On vend des produits commerciaux sans pérennité et qui vieillissent en général très mal ! 

Le label Platinum AMD tout comme Fassiphone jouent finalement un peu dans la facilité du style "Raï'n'B Fever" ou encore du "Urban Rai" en jouant avec le sex appeal d'une figurante (cf photo) et ce concept a finalement montré ses limites pour être finalement arrêté d'être produit en France ! 

A l'époque ces deux concepts étaient pourtant présentés comme des produits d'exception et réalisés par d'excellents DJ de la scène française...mais aux alentours de 2009, les producteurs avaient remarqué une nette régression et une tendance à l'essoufflement souvent par soucis de diversification. "On prend les mêmes, on recommence"...Il y a aussi un goût d'inachevé, car le label Platinum, un peu le parent pauvre des producteurs français en ne prennant pas un charge l'aspect merchandising, une vidéographie accompagnant le produit fini, ni l'organisation même de quelques concerts que ce soit pour promouvoir les artistes sur scènes ! C'est d'ailleurs un peu toujours la même brochette d'artistes présentés depuis plusieurs années dans ce genre de compilation qui probablement fait encore la joie des ménages ou des automobilistes!

Ce qui risque de décevoir dans cet album, c'est en fait que c'est "un peu de tout, un peu de rien" ! Force est de constater aussi que les rythmes peu subtiles sont dirigés par ordinateur sont devenus la norme du raï et continue à la faire déprécier. Après le rythme l'autre dimension de la musique, l'harmonie, est également concernée par le progrès technologique. En cause, le logiciel Auto-Tune qui depuis 13 ans permet de corriger en temps réel les erreurs de justesse des chanteurs de Raï. Il ne faut plus être chanteur pour faire du Raï ! A quand les artistes et les spectacles garantis "sans modifications informatiques" ? (source). Les critiques musicaux précisent que la pratique de l'auto-tune induit l'uniformisation et de standardisation de la production discographique et regrettent que les maisons de disques le préconisent de plus en plus du fait de la pression des radios commerciales.

167818_10150091947382585_48451547584_6225643_4734661_n.jpg

Les médias conditionnent encore la plupart de nos choix culturels et tente d'influencer un entourage. C’est l’effet bungalow du socioconstructivisme qui peut encore faire vendre ce genre de choix musicaux. 

Voir aussi