Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Beyrouth

Beyrouth


Beyrouth
 (بيروت), capitale du Liban est la ville la plus importante ville du pays. Comptant environ 1.200 000 habitants et son aire urbaine compte plus de 2 millions d’habitants en 2007. La ville est surtout un centre financier, un port de commerce et un centre culturel d'une importance majeure dans l'est de la Méditerranée et au Proche-Orient.
Elle est située au 
carrefour entre l’Asie, l’Afrique, et l’Europe, lui offrant ainsi une place stratégique dans les échanges mondiaux. La ville forme avec sa banlieue, le District de Beyrouth, le seul gouvernorat libanais à ne pas être subdivisé en district. La ville abrite le gouvernement du pays, et elle joue un rôle central dans l'économie du pays, de part la présence de nombreuses firmes et grandes banques internationales. Beyrouth est également le poumon culturel de la région, renommée pour ses publications ainsi que pour ses activités culturelles uniques. La ville a été nommée capitale mondiale du livre 2009 par l'UNESCO. La capitale a également été nommée dans le New-York Times, comme première destination à visiter en 2009The 44 places to go in 2009.

Autrefois port prospère et lieu de villégiature, la capitale libanaise, mais a subi de très lourds dommages au cours de la guerre civile (1975-1990). Les combats entre milices chrétiennes et milices musulmanes ont transformé des milliers d'immeubles en véritables ruines.


Origine et Histoire

En arabe, Bayrut. (l'origine du nom est probablement hébraïque : be'erot, pluriel de be'er, « puits ».) Le promontoire que recouvre actuellement la ville a été en partie occupé par l'homme dès la préhistoire. Dans les tablettes de Tell al-'Amarna, Beruta est mentionnée comme port (~ XIVe s.). La petite ville située sur la voie de passage des invasions verra passer beaucoup d'armées venues de ces deux pôles antagonistes de l'Orient ancien que sont la Mésopotamie et l'Égypte. Son importance s'accroît sous les Séleucides. Après la conquête romaine qui a lieu sous Auguste, la ville devient, sous le nom de Berytus, un grand port, un centre commercial, administratif et intellectuel, surtout célèbre au IIIe siècle par son école de droit. Son éclat se maintient à l'époque byzantine jusqu'au tremblement de terre de 551 qui la détruit complètement. Rebâtie partiellement par Justinien, la ville est facilement prise par les troupes musulmanes en 635. Elle devient alors un important centre d'échanges entre Damas et l'Égypte. Avec le déclin du califat 'abbaside, Beyrouth se trouve, comme avant la conquête romaine, livrée aux conquérants qui visent à s'assurer la domination du littoral méditerranéen : en 975, elle est reprise par les Byzantins ; peu après, les Fatimides s'en emparent ; les croisés y entrent en 1110. Petit port phénicien, puis cité moyennement importante de l'Empire romain, renommée pour son école de droit, Béryte est détruite par un violent séisme accompagné d'un tsunami en 552.
Elle ne retrouvera sa place qu'à l'époque moderne. Elle redevient une ville à proprement parler au milieu du XIXe siècle avec notamment l'afflux de réfugiés fuyant les affrontements de 1860 dans la montagne entre druzes et maronites.

L'essor de la ville doit beaucoup à son port, le premier à avoir été doté d'une Quarantaine au XIX° siècle, et au choix de Beyrouth par les puissances occidentales qui y ont implanté leurs missions religieuses, leurs universités et leurs comptoirs commerciaux.

Beyrouth a été au cœur d'une intense guerre civile de 1975 à 1990, qui a entraîné la division de la ville en deux: une partie est, majoritairement habitée par les chrétiens et une partie ouest, majoritairement habitée par les musulmans. Durant l'été 1982, elle a été soumise par l'armée israélienne à un siège et à un blocus hermétique. Sa reconstruction depuis les années 90 a fait d'elle un énorme chantier. Beyrouth, qui a survécu à quinze années de conflits, a été surnommée « la ville qui refuse de disparaître ».

En juillet 2006, la banlieue et ses alentours ont été bombardés par l'aviation et la marine israélienne dans le cadre d'une opération de l'armée israélienne. De nombreux quartiers, infrastructures, voies d'accès ont été détruits. La ville de Beyrouth en elle-même est restée intacte. Depuis, les reconstructions et la modernisation des ces quartiers vont bon train. L'immense chantier du centre ville est entrée dans sa phase d'activité maximale.

Géographie

Beyrouth se situe sur un cap rocheux qui constitue, à égale distance des frontières nord et sud du Liban, un élargissement de la plaine côtière du pays. La ville comprend deux collines : Achrafiyeh à l'Est et Ras-Beyrouth à l'Ouest et entre les deux, l'avenue venant de l'aéroport plonge vers le centre-ville, quartier le plus ancien. Le sud de la ville (Bir Hassan, Bois des Pins, Badaro...) est sablonneux. Beyrouth est tangeanté sur son flanc est par le fleuve de Beyrouth dont les sources se situent dans le Haut-Metn. Au nord, les collines plongent de manière abrupte dans la mer et les profondeurs marines sont importantes (ce qui avantage le port). A l'ouest, le bord de mer est marqué par quelques falaises (Raouché, Grotte aux Pigeons), puis par une plage sableuse (Ramlet el-Baida).

 

Transports

Beyrouth est desservie par l'Aéroport international Rafik Hariri, qui est au sud de la ville. On peut y accéder en taxi. 

Beyrouth est également reliée à plusieurs villes grâce aux TTS BUSES : Beyrouth-Amman et Amman-Beyrouth.

D'autres compagnies de bus relient Beyrouth à d'autres villes du pays : Zahlé, Tripoli, Saida.TTS Buses

Dans l'agglomération on retrouve 11 lignes de bus. Le tarif du ticket est d'environ 1500 LBP, soit 0,75 euros ou 1 dollar US. Les lignes couvrent 186 km de l'agglomération et même jusqu'à Aley, Jbeil, Broummana et Khaldé. 

Culture à Beyrouth

L’activité culturelle à Beyrouth n’a jamais cessé, même pendant la guerre de 1975-1990. Cependant, il faut remarque qu’il y a une différence essentielle entre culture et activités culturelles. Les activités culturelles, si abondantes soient-elles, ne peuvent pas créer une vie culturelle réelle en l’absence d’un projet qui embrasse et le présent et l’avenir.

Pendant la période qui a précédé la guerre, la capitale a donné l’impression d’avoir un projet de cette nature, même s’il était hésitant, flou et incertain. Ville ouverte sur les multiples courants politiques et culturels, Beyrouth était devenue l’asile des penseurs, écrivains et artistes arabes qui venaient chercher un terrain relativement libre – ce qui a fait la différence de Beyrouth par rapport aux autres capitales arabes étant cette certaine marge de liberté sociale et culturelle due, en partie, à son ouverture et à sa position entre Orient et Occident, et aussi à la composition confessionnelle multiple de sa population.


Quartiers

Beyrouth intra-muros est divisé en 12 districts qui sont eux-mêmes divisés en secteurs.

  • District : Secteurs
  • Achrafieh : Furn el-Hayek, Mar Mitr, Ghabi, Corniche el-Nahr, Nasara, Achrafieh, Sioufi, Hôtel-Dieu, Adlieh.
  • Ain Mreisse : Jamia, Ain Mreisse.
  • Bachoura : Bachoura, Basta Tahta.
  • Marfa' : Majidieh, Minet el-Hosn, Nejmeh, Marfa'.
  • Mazraa : Basta Faouka, Abi Haidar, Ras el-Nabaa, Aamlieh, Mazraa, Horsh, Tareek Jdideh, Malaab.
  • Medawar : Rmeil, Mar Mikhael, Khodr, Jisr
  • Minet Al Hosn : Kantari, Bab Idriss, Minet el-Hosn.
  • Moussaitbeh : Tallet Druze, Sanayeh, Zarif, Dar el-Fatwa, Moussaitbeh, Wata, Tallet el-Khayat, UNESCO, Mar Elias.
  • Ras Beyrouth : Ras-Beyrouth, Manara, Hamra, Qoreitem, Snoubra, Rawcheh, Ain el-Tineh.
  • Remeil : Mar Nicolas, Al Hikmeh, Hôpital orthodoxe, Geitawi, Qobaiyat.
  • Saifi : Gemmayzeh, Mar Maroun, Yassouieh
  • Zoukak el-Blat, quartier dans lequel a vécu la célèbre chanteuse FAIROUZ : Serail, Batrakieh.

Le centre-ville est en majeure partie le centre historique de la ville. On retrouve la Place de l'Etoile, le Parlement, le Sérail, les boites de nuit et les bars à Gemmayzeh, ainsi que les tours Marina, image d'une économie à nouveau prospère.


Banlieues


Jumelages

Beyrouth a également signé un pacte d'amitié et de coopération avec Paris (France) en 1992.


Personnalités nées à Beyrouth

  • Simon Abkarian, acteur français d'origine arménienne
  • Krikor Agopian, peintre
  • Nancy Ajram, chanteuse
  • Kheireddine al-Ahdab, Premier ministre
  • Gabrielle Anwar, actrice
  • Abdel Rahman El Bacha, pianiste
  • André Bercoff, journaliste et écrivain français
  • Andrée Chedid, poète et écrivaine française, mère de Louis Chedid et grand-mère de Matthieu Chedid (-M-), chanteurs
  • Péri Cochin, animatrice de télévision
  • John Dolmayan, batteur de System of a Down
  • Fayrouz, Chanteuse emblématique du Liban
  • Carlos Ghosn, PDG des groupes Renault et Nissan
  • Nicolas Hayek, Président du groupe horloger Swatch Group
  • Mario Kassar, producteur de Basic Instinct 2 et de Terminator 3 (rise of the machines)
  • Steve Kerr, joueur de basket-ball, cinq fois sacré champion du NBA
  • Amin Maalouf, écrivain
  • Robert Mazlo, joaillier
  • Massari, chanteur de hip hop né à Beyrouth habitant Ottawa
  • Mika, chanteur de pop libano-américain vivant à Londres
  • Abdallah Naaman, écrivain
  • Hussein Oueini, Premier ministre
  • Keanu Reeves, acteur
  • Elie Saab, couturier
  • Edmond Safra, banquier
  • Saëb Salam, Premier ministre
  • Rony Seikaly, ancien basketteur des Miami Heat
  • Salah Stétié, écrivain
  • Serj Tankian, chanteur de System of a Down
  • Charles Villeneuve, journaliste français et président sortant du Paris St-germain FC
  • Haifa Wehbe, chanteuse, mannequin
  • Karl Wolf, chanteur canadien d'origine libanaise, né à Beyrouth
  • Abdallah al-Yafi, Premier ministre
  • Nawal Al Zoghby, chanteuse
     

Tourisme à Beyrouth 


Liens internet


Voir aussi