Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Belgique : de plus en plus de demandeurs d'asile fuient l'homophobie de leurs pays d'origine

Belgique : de plus en plus de demandeurs d'asile fuient l'homophobie de leurs pays d'origine

http://img.over-blog.com/333x500/1/50/59/42/CHEB-RAYAN/divers/gay-pride-2011-Bruxelles-Brussels/gay-pride-2011-Bruxelles-Brussels-4130.JPG
Être gay, lesbienne, bisexuel ou transsexuel reste illégal dans septante-six pays dans le monde. Dès lors les persécutions liées aux préférences sexuelles sont l'un des critères permettant d'obtenir le statut de réfugié, fixé par la Convention de Genève. Mais pour cela le candidat qui demande l'asile, doit prouver que sa vie est en danger dans son pays d'origine à cause de son homosexualité. Lors de l'examen du dossier de demande, les autorités belges acceptent des documents, comme des mandats d'arrêt, où des certificats médicaux qui prouvent que la personne est persécutée parce qu'elle est homosexuelle. Si le demandeur d'asile ne peut pas fournir ce type de documents, il passe en audition auprès du CGRA, qui lui pose des questions sur la vie dans son pays natal et son orientation sexuelle. A l'issue de cette audition, une décision définitive concernant l'octroi du statut de réfugié est prise. Mais il existe également des demandeurs d'asile qui ont subi des traumatismes et qui n'osent pas admettre leur orientation. La cause réele de dépressions éventuelles (ou même de dépendance) est trop souvent négligée. De plus, ils n'osent pas se prononcer sur les véritables raisons de leur fuite, ce qui peut leur porter préjudice lors de la procédure de demande d'asile.
http://idata.over-blog.com/1/50/59/42/CHEB-RAYAN/divers/gay-pride-2011-Bruxelles-Brussels/gay-pride-2011-Bruxelles-Brussels-4175-2.JPG
Ces dernières années, le gouvernement fédéral et les gouvernements des Communautés et des Régions ont pris de nombreuses initiatives visant à renforcer la position et les droits des personnes lesbiennes, homosexuelles, bisexuelles et transgenres (LGBT).
Selon Dirk Van den Bulck. «Dans certains pays la problématique de l'homosexualité s'est aggravée. Regardez en Russie et dans plusieurs pays africains. Il y a également une prise de conscience grandissante des préférences sexuelles dans le monde. Les gens déclarent qu'ils sont homosexuels et voient surgir des problèmes. Ils apprennent que sur base de leurs préférences, ils peuvent recevoir l'asile ailleurs, et cela a naturellement un impact. Cela s'accompagne du coup également de cas d'abus: des trafiquants d'êtres humaines qui incitent leurs victimes à demander l'asile chez nous, en se servant de la question des préférences sexuelles».

Chaque demandeur d'asile, quel que soit le motif, est soumis à un interrogatoire détaillé, de 3 à 4 heures, pour vérifier la crédibilité de son récit..
Si l'orientation de ces demandeurs d'asile est découverte, ils sont rejetés par la communauté de leurs pays, et parfois même par leur propre famille. Ils sont humiliés publiquement et, dans certains cas, sont victimes de violence extrême. Ils sont quelquefois menacés de mort et, dans certains pays, ils sont comme au Maroc (juridiquement) poursuivis sur base de leur orientation sexuelle. (Source).
http://auto.img.v4.skyrock.net/6787/89396787/pics/3209387003_1_2_Ro9znTWc.jpg