Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Asmae Lazrak dans la qasida al bourakya

Asmae Lazrak dans la qasida al bourakya

asmaelazrakstar2

Le malhoun serait le chant par lequel les chameliers rythmaient le déhanchement des caravanes pour animer les soirées étoilées autour d'un gîte d'étape. « A ces chants de chameliers, nous dit Ghazali, même les chameaux sont sensibles, au point qu'en les entendant ils oublient le poids de leurs charges et la longueur du voyage et qu'ainsi excités étendent leurs cous n'aillant plus d'oreilles que pour le chanteur : ils sont capable de se tuer à force de courir ». Or nous dit toujours Ghazali, « ces chants de chameliers ne sont rien d'autre que des poèmes pourvus de sons agréables, aswat tayeba et de mélodies mesurées, alhan mawzouna. En effet, cette poésie populaire qu'est le malhoun est aussi un art musical, plus précisément un tarab, cette émotion musicale qui aboutit à l'extase Ce texte est connu et diffusé largement au sein des Aïssaouas.

Le rôle du poète dans la société traditionnelle du Maroc aussi bien arabe que berbère est prépondérant, car cet homme est avant tout le chroniqueur et le conteur de sa tribu dans le sens où il ne chante pas uniquement ses amours et ses déboires personnel, mais surtout les évènements vécus par sa tribu ou au sein de sa tribu. Au cours d'une joute entre clans rivaux, c'est à lui que l'on fait par exemple appel pour prendre la défense des siens. Il est respecté et vénéré à l'égal d'un wallih (un saint), car sa parole est écoutée, car il possède la sagesse et le secret des mots qui vont droit au cœur.
Asmae Lazrak nous interprète ici la fameuse qasida du cheikh Benmenki, originaire de Azzemour. On reconnait au violon sidi el Wouariti,  à la tarija sidi Anouar Dekkaki, et à la contrebasse sidi Benali. Cette jeune chanteuse de malhoun a participé à plusieurs festivals de malhoun comme le Festival du Malhoun du Tafilalet et toutes les éditions du Festival du Malhoun de Fès. Elle a également participé à l'animation de plusieurs soirées artistiques au Théâtre Mohamed V de Rabat et à l'émission télévisée Noujoum wa Noujoum où elle a obtenu le deuxième prix. Elle a représenté le Maroc au Festival de Tunis à côté d'artistes de renommée internationale.

« Lorsque Al Bouraq s'effaroucha, ce fut parce qu'il se sentit très fier et très heureux d'avoir à être chevauché par le Prophète ( paix salut et bénédiction sur lui).Une chose semblable est arrivée lorsque le mont Uhud eut des secousses jusqu'à ce que le Prophète ( paix, salut et bénédiction sur lui) lui dise :

« Reste calme, il n'y a sur toi qu'un prophète, un siddiq et un martyr ( les deux compagnons du Prophète ) ». (A noter que la montagne trembla de joie et non de colère) .

444asmaelazrak

Voir aussi