Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Alpha Blondy : l'Islam, Jérusalem et la chahâda

Alpha Blondy : l'Islam, Jérusalem et la chahâda

 

 

La formule arabe Lâ ilâha illa-llâh contient un sous-entendu. Le mot ilâh veut dire une divinité à laquelle on voue un culte (du verbe alaha, « adorer »). Le mot s'applique à une divinité qui est considérée être adorée à tort ou à raison ainsi le Coran parle de Âlihah (pluriel de ilâh) pour désigner les divinités des polythéistes. On ne peut donc penser que Lâ ilâha illa-llâh affirme l'inexistence d'autre âlihah, mais plutôt l'illégitimité du culte qui leur est voué.

Ainsi, comme l'ont souligné plusieurs oulémasLâ ilâha illa-llâh signifie Lâ ma'bûda bih'aqqin illa-llâh : « nul n'est légitimement adoré à part Dieu».

Habituellement, cette formule est récitée à l'oreille droite des nouveau-nés, accompagne ensuite tout musulman durant sa vie, et enfin est prononcée une dernière fois au chevet des mourants. Un hadith considèrerait même une personne dont la dernière parole est la profession de foi (en appliquant ses conditions) comme promise au paradis.