Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Agressions contre le mouvement du 20 Février au Salon de l’Immobilier marocain à Paris

Agressions contre le mouvement du 20 Février au Salon de l’Immobilier marocain à Paris

249892_10150212730336988_143397751987_7124045_6088794_n.jpg

Paris.- En organisant une conférence sur «L’évolution démocratique au Maroc», le vendredi 3 juin 2011, les responsables du salon de l’immobilier marocain à Paris (SMAP Immo) avaient choisi de faire de la situation politique au Maroc un argument de vente pour les appartements et villas de moyen et de haut standing destinés aux classes aisées.

http://a34.idata.over-blog.com/1/50/59/42/CHEB-RAYAN/divers/248856_191338240917473_170429829674981_563852_894298_n.jpg

C’était aussi une provocation. La veille, Kamal Omari un militant du Mouvement du 20 février avait succombé dans un hôpital de Safi à un passage à tabac de la police, quelques jours auparavant.

Dès le début, l’atmosphère de cette huitième édition, marquée par une baisse de fréquentation, ne s’y prêtait pas à ce genre d’exercice. Les organisateurs du plus grand salon européen dédié exclusivement à l’immobilier marocain, ­et l’un des salons de l’immobilier les plus fréquentés de France, ­ne parvenaient pas à atteindre les 50 545 visiteurs de l’année dernière. La situation politique au Maroc, traversé par des mouvements sociaux, n’était pas étrangère à cette baisse de fréquentation.

La conférence, en l’absence du ministre Khalid Naciri, qui s’était désisté à la dernière minute, débuta donc. Elle rassemblait M. Mohamed Berrada, PDG de la Société arabo-africaine de distribution, d’édition et de presse (SAPRESS), M. Vincent Hervouët, un journaliste français, présentateur sur LCI, la chaîne d’information appartenant au groupe TF1 (dont les propriétaires sont proches des hautes autorités marocaines) et enfin M. Abdelmajid Jmahri, directeur de rédaction du quotidien Al Ittihad Al Ichtiraki et membre du bureau politique de l’USFP.

Mais quand le premier invité commença à parler, les militants du « Mouvement du 20 février Paris – Ile de France », présents dans la salle, réagirent comme un seul homme en entonnant des slogans en solidarité avec les victimes mortelles de la répression de l’Etat marocain.

 

 

Cette action cherchait à dénoncer l’hypocrisie des organisateurs du salon qui chaque année font fi de la situation réelle sur place au Maroc en présentant le royaume comme une démocratie exemplaire dont la mission est clairement d’attirer le plus de capitaux possibles.

A la surprise générale, la conférence fut annulée. Grâce à l’insistance joyeuse des militants, mais aussi à cause de la réaction démesurée des agents de sécurité qui ont, par leurs gesticulations et leurs menaces, alimenté le brouhaha ambiant. En cherchant à faire taire ceux qui voulaient exprimer leur opinion, ces agents ont contribué à l’annulation de la conférence.

Ce qui les rendit encore plus furieux. Ainsi, un membre du 20 février fut malmené par une personne qui se présentait comme agent de police, sans pour autant décliner sa carte professionnelle. Et plusieurs autres activistes du mouvement furent agressés par des agents de sécurité venus en renfort.

Face au déferlement de ces derniers, des militants du 20 février tentèrent de faire appel à la police. Mais, des organisateurs du salon, arguant le fait que l’intervention de la police pourrait « nuire à l’image de notre pays », empêchèrent les militants du 20 février de faire usage de leurs portables. Et un visiteur du salon qui prenait des photos fut molesté par un responsable marocain qui lui hurla « avoir perdu de l’argent avec cette histoire ». « Je m’en prendrais à ta femme et à tes enfants » lança ce responsable au preneur de photos, visiblement affecté.

Finalement, la police arriva sur les lieux au grand dam d’une autre responsable marocaine du salon qui s’exclama « vous m’avez fait perdre des millions ». Ce à quoi, un militant lui répondit :  mais madame, vous ne pensez pas qu’il y a des familles qui ont perdu plus que de l’argent, leur enfant par exemple ?

M.O.

 

URL courte: http://www.demainonline.com/?p=5300

Franchement les Marocains n'ont plus envie de voir ni d'entendre parler de ce système archaïque et dont le protocole est d'un autre âge. Un bon nettoyage du printemps ça fera du bien pour tout le monde !