Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Abdellah Bidaoui lâchement assassiné dans sa villa à Mohammedia

Abdellah Bidaoui lâchement assassiné dans sa villa à Mohammedia

 

Le chanteur de chaâbi marocain est décédé de conséquences des blessures qui lui ont été portées hier dans sa villa à Mohammedia. L'enquête privilégie la piste d'un assassinat porté par l'un de ses amis afin de dérober de l'argent et des bijoux ! Toutes les polices du Maroc sont actuellement à sa poursuite, et son arrestation imminente !

Abdellah Bidaoui a été découvert inanimé dimanche vers midi par son épouse. La dépouille mortelle a été évacuée vers le service de la médecine légale de Casablanca pour être soumise à une autopsie.

 

 

L’artiste était père de neuf enfants qui ont tous émigré à l’étranger. Cette star du Chaâbi est resté pour nous tous, une grande figure de l'art de la "Ayta marsaouya" au Maroc. Sa voix restera gravée à jamais dans nos têtes ! Abdallah Bidaoui est un chanteur marocain de Aita.

Il débute sa carrière en 1958 à Casablanca, avec la troupe du regretté Bouchaib El Bidaoui (auteur de la pièce théatrale El Aïta Aalik). Avec cette troupe, il participe à de nombreux événements et pièces théâtrales. 

En 1960, Abdallah Bidaoui décide de rejoindre le groupe du Marechal Kibou, maitre de la Aita, pour une tournée à travers plusieurs villes du Maroc, ce qui contribua grandement à faire la renommée de l'artiste. Après quelques années passées aux côtés des grands noms de la « Aïta », il crée son propre groupe : Abdallah Bidaoui. 

A sa grande surprise, le groupe devient vite célèbre grâce à des titres populaires tels que « Idirha Lkass A Abbass », « Hab Arrouman » ou encore « Khalini Khalini Nsaraf Maktoubi ». Le genre musical dit de l’« Aïta » est pratiqué dans les régions d’Abda, Chaouia et Doukkala, c'est-à-dire dans l'axe Casablanca-Safi au Maroc, là où les tribus arabes et bédouines cultivent cet amour pour l'improvisation poétique. 

Aujourd'hui encore, beaucoup de groupes s'inspirent de leurs compositions très modernes. L'art d’« Aïta » s'inspire de la vie sociale de l'homme marocain et repose souvent sur le thème de l’amour, du plaisir, de la beauté et de la nature. Habitué du petit écran, ce spécialiste de l’« Aïta », participe souvent à des émissions de variétés sur les chaînes nationales, il est également souvent invité à de nombreux festivals au Maroc et à l’étranger.Cette année a été particulièrement triste pour la Aïta, un art populaire qui a marqué et continue de marquer l'histoire du pays. En juillet, la petite famille de la chanson populaire marocaine accueillait avec émoi la nouvelle de la disparition de Cheikha Hammounia.