Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Le Choc des civilisations

Le Choc des civilisations

choc des civilisations
C'est une réalité de dire que le monde est divisé et subdivisé en civilisations, religions et cultures. Selon les appartenances, les questions et les priorités se posent différemment : les droits de l'homme ici, la question nationale et identitaire ailleurs, le problème religieux plus loin. Il y a autant de mondes spatio-temporels, humains et culturels, de représentations géopolitiques, d'imaginaires collectifs, que de perceptions de la société et du monde.
Le Choc des civilisations en anglais The Clash of Civilizations and the Remaking of World Order) est le titre d'un essai d'analyse politique rédigé par l'Américain Samuel Huntington, professeur à Harvard, paru en 1996 et traduit en français en 1997. Très controversé depuis sa parution, l'ouvrage a donné lieu à de nombreux débats. Samuel P. Huntington est un professeur de sciences politiques. Sa thèse concernant le choc des civilisations est exposée pour la première fois dans un article publié en 1993 par la revue Foreign Affair. Elle sera ensuite développée dans son ouvrage "Le Choc des civilisations" paru en 1997. Huntington définit le thème central de ce livre ainsi : « la culture, les identités culturelles qui, à un niveau grossier, sont des identités de civilisation, déterminent des structures de cohésion, de désintégration, et de conflits dans le monde d'après la guerre froide ». Le projet de Huntington est d'élaborer un nouveau modèle conceptuel pour décrire le fonctionnement des relations internationales après l'effondrement du bloc soviétique à la fin des années 1980. Toutefois, il ne prétend pas donner à son modèle une validité qui s'étende forcément au-delà de la fin du XXe siècle et du début du XXIe siècle et s'appuie sur une description géopolitique du monde fondée non plus sur des clivages idéologiques « politiques », mais sur des oppositions culturelles plus floues, qu'ils appelle « civilisationnelles », dans lesquelles le substrat religieux tient une place centrale, et sur leurs relations souvent conflictuelles.

 

Contributions

Le choc des civilisations. Fiche de lecture sur l'ouvrage de Samuel Huntington

Le monde est divisé en entités civilisationnelles, c'est-à-dire que l'on peut mettre en évidence des groupes de civilisations regroupant à leur sein plusieurs communautés culturelles qui ont en commun un territoire, une religion, des coutumes et des mœurs. La fin de la guerre froide fait ressurgir des questions identitaires. Or, « On sait qui on est seulement si on sait qui on n'est pas », autrement dit tous ceux à la recherche de leur identité ont besoin d'ennemis. Mais qui sont ils ? Les peuples se rapprochent à ce qui leur tient le plus à cœur : leur culture, (si longtemps écrasée par le colonialisme et la lutte de la guerre froide). Ils se définissent par leur langue, leur religion, leurs traditions. Selon lui, les guerres qui ponctueront le 21ème siècles ne seront ni économiques ni idéologiques mais culturelles. Toute civilisation se considère comme le centre du monde et détenant la vérité donc elle écrit l'histoire comme elle l'entend et la transmet parfois de façons totalement déformée. Les états possédant une culture similaire s'allient car ils estiment mieux se comprendre puisqu'ils partagent les mêmes valeurs. Ils coopèrent culturellement et économiquement (zones de libre échange, union douanière, marché commun, union économique…) Un pays isolé n'a pas d'affinités culturelles avec d'autres sociétés. Quasiment tous les pays sont hétérogènes (deux groupes religieux, raciaux, ethniques…). Il existe d'une part les pays divisé (2 cultures veulent se séparer) et les pays déchirés (les dirigeants veulent introduire une nouvelle civilisation alors que le pays avait déjà une même culture). Il faut trois conditions pour le changement de civilisation réussisse. L'élite politique et économique doivent soutenir le mouvement, l'opinion doit être prêt à être acceptée et l'autre civilisation doit accepter le pays converti en son sein. Beaucoup ont échoué comme la Russie, la Turquie, le Mexique et l'Australie.


Huntington dénombre huit civilisations :

  • 1. la civilisation chinoise qui repose sur le confucianisme ;
  • 2. la civilisation japonaise, dérivée de la culture chinoise, est shintoïste
  • 3. la civilisation hindoue avec l'hindouisme ;
  • 4. la civilisation musulmane autour de l'islam ;
  • 5. la civilisation occidentale ou judéo-chrétienne ;
  • 6. la civilisation orientale ou orthodoxe
  • 7. la civilisation d'Amérique latine est chrétienne, mais s'éloigne de la civilisation occidentale devant le renouveau des cultures indigènes
  • 8. la civilisation africaine à partir de la religion dite « traditionnelle ».

"Le rendez-vous des civilisations" de Youssef Courbage et Emmanuel Todd

Les auteurs ont écris ce livre en contradiction avec «le choc des civilisations», écrit en 2000 par l'américain Samuel Huntington qui prédit une confrontation entre islam et occident. Mais on peut donc se demander, quels sont les facteurs démographiques qui permettent aux auteurs de soutenir que l'on ne se dirige pas vers un "choc des civilisations" comme le prévoit Huntington mais plutôt vers un "rendez-vous des civilisations" ?

Pour répondre à l'Américain Samuel Huntington qui a prédit une inéluctable confrontation entre l'islam et l'Occident, ils se sont penchés sur les caractéristiques humaines des différents pays musulmans. Non sans parti-pris, ils en concluent que ces pays évoluent comme les autres et sont, pour la plupart, voués à s'aligner sur les standards occidentaux !

La démographie s'est longtemps fixée comme horizon le schéma de la transition démographique. Celui-ci énonce que les sociétés, en entrant en modernité, font dans un premier temps reculer la mortalité, ce qui entraîne une période de forte croissance de leur population. Puis ces sociétés vont contrôler leur natalité, l’amenant à un équilibre, au seuil de deux enfants par femme. Cette théorie est contestée aujourd’hui pour ne pas avoir prévu que les pays qui atteindraient ce seuil d’équilibre se retrouveraient rapidement aspirées dans l’abîme du vieillissement. Le livre renouvelle le regard porté sur les liens entre démographie et société, notamment pour des pays comme la Syrie ou le Pakistan. Il se montre parfois iconoclaste : les auteurs soutiennent ainsi avec brio que l’Iran est bien plus moderne, au point de vue démographique et sans doute sociétal, que la Turquie !