Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Métissage des cultures

Métissage des cultures

 

Métis (du mot latin mixtīcius, < mixtus qui signifie mélangé/mêlé) désigne le mélange de deux éléments distincts. On parle de métis lorsque deux éléments se mélangent de deux éléments distincts. La diversité culturelle est l'expression la plus utilisée pour constater qu'il existe différentes cultures, comme la biodiversité est la constatation de l'existence de la diversité biologique dans la nature. Elle est souvent associée à la notion de diversité linguistique, qu'elle englobe.

Des mélanges d'influences culturelles distinctes au niveau de la musique, pictural, sculptural, vestimentaire, et linguistique donnent lieu au métissage culturel qui ne correspond que dans peu de cas au métissage génétique de l'homme ou encore nécessairement au jazz métissé en ce sens par exemple, qu'un un orchestre entièrement russe, intégrant des influences orientalisantes ou africaines, dans un cadre musical slave, développerait une culture musicale métissée.

Lorsque l'Espagne était sous domination maure, par exemple, le métissage des peuples espagnols, maures, et juifs était relativement courant. Le Brésil est aujourd'hui un pays dont la population résulte d'un métissage entre les Amérindiens, les Noirs et les Blancs, et même si l'on peut trouver des communautés formées selon l'origine, le métissage y est considéré comme une valeur nationale,.

On pourrait développer l'idée que la totalité des ensembles culturels est métissée, même si au sein de chaque ensemble, on constate en ce sens des dominantes culturelles identifiables. Ainsi, la langue française est constituée en grande partie de racines grecques, grecques "romanisées", latines, arabes, celtes aux racines non indo-européennes.

La plupart des ethnogenèses démontre que le métissage culturel est qualifiable de "volontaire", c'est-à-dire issu de choix consciemment effectués, en fonction de goûts et d'attirances libres pour des cultures au départ "étrangères". Une partie du métissage s'effectue inconsciemment, dès lors que un métissage "génétique" préexiste à la naissance de l'individu.

On évoque la fusion de genres musicaux dans le cas d'espèce ou deux genres musicaux spécifiques peuvent former un nouveau genre, qui deviendra un sous-genre pour chacun des deux genres dont il est formé. D'autres terminologies évoquentles termes de fusion, de mélange, même de mariage, ou tout simplement mix...

Depuis les années 80, l'expression "métissage musical" s'est imposée bien au-delà des médias spécialisés. Au point de devenir un enjeu essentiel pour les musiques du monde confrontées à la mondialisation. Ce qui n'empêche pas de s'interroger sur la pertinence de ces mots à la mode, et donc trop galvaudés : il est absurde et dangereux d'imaginer qu'une musique quelconque puisse ne pas être " métisse ".

Sur les sites web en langue française Google recense 10 400 pages qui indexent l'expression "métissage musical". Pour "musiques métisses", on atteint 44 500 pages, si on ne compte pas celle de Nature et Culture, et au singulier 36 000... Certes on est loin des 819 000 pages pages de "world music", et des 5 470 000 pages pages parlant de "musiques du monde". Mais "world music" ("la world " en abrégé) et " musiques du monde " ne sont que des appellations fourre-tout, illimitées et insignifiantes : tant que les extraterrestres ne nous auront pas adressé le moindre signe musical d'une existence intelligente, toute musique est " du monde " jusqu'à preuve du contraire ! Toute musique est "métisse" - bien sûr ! Gérald Arnaud

Avec le développement des idéaux pacifistes, la fin du XXe siècle a été marquée par une forte valorisation du métissage. Il devient un canon de beauté et l'on observe en effet l'élection des premiers top-models métis. Mais aussi, le métissage se forge une identité musicale avec la popularisation de la world music, tandis que la mode vestimentaire connaît une vague du « style ethnique ».D'un point de vue idéologique, les enjeux sont profondément enracinés dans les débats sur le racisme. Le racialisme, théorie considérée non scientifique par ses détracteurs, subdivisant l'espèce humaine en races nettement distinctes, nomme métisse une personne dont les parents sont de races différentes. Cette définition était appliquée dans certains pays effectuant un classement officiel de leurs ressortissants en termes de race, par exemple l'Afrique du Sud à l'époque de l'apartheid. Aux États-Unis, en revanche, même si les parents appartiennent à des classifications ethniques différentes (Hispanic, Caucasian, Asian, Chinese, Japanese, Italian, African American), les enfants étaient rattachés à une seule de ces catégories dans les questionnaires de recensement. Depuis le Census 2000, les catégories "Multiracial", "Two or more races" and "Other" sont proposées.

Le métissage des cultures a un aspect negatif quand il évoque :la transmission des stéréotypes fausses d'une culture à l'autre ou faire disparaitre les bonnes valeurs de l'autre culture.

Le métissage des cultures a un aspect positif quand il évoque : une rencontre et une interaction des cultures qui porte un intérêt pour l'homme et pour la civilisation humaine, quand l'autre nous apporte tous ce qu'on n'a pas.

Un dialogue des cultures est un moyen pour développer la connaissance et accéder à une société humaine tolérante.

« World Music » : Une question d'ethnomusicologie ?