Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
5 ans de prison ferme pour Mohamed Khelifati alias Cheb Mami

5 ans de prison ferme pour Mohamed Khelifati alias Cheb Mami

La star algérienne de la musique raï Cheb Mami a été condamnée à 5 ans de prison ferme pour des violences infligées en août 2005 à son ex-compagne, qu'il voulait voir avorter. Le tribunal de Bobigny (Seine-Saint-Denis) n'a pas suivi les réquisitions du parquet qui avait demandé sept ans de prison ferme jeudi. Le chanteur s'est pris la tête dans les mains et a pleuré après la décision. Les conseils du chanteur ont exclu qu'il fasse appel. Selon eux, les remises de peine peuvent lui permettre d'envisager la liberté dans "un peu plus de deux ans"

«J’ai sollicité Sarkozy pour une grâce en faveur de Cheb Mami»  

 

Son agent, Michel Le Corre (Michel Levy), 56 ans, producteur de 150 artistes dont le chanteur Faudel est condamné à 4 années de prison ferme, alors que le parquet en réclamait six.

Comparaissant libre, il a été immédiatement écroué. Des peines de 3 ans et 6 ans de prison ferme, assorties de mandats d'arrêt internationaux, ont été prononcées respectivement contre Hicham Lazaar, 27 ans, et Abdelkader Lallali, 42 ans, exécutants présumés des violences, qui sont en fuite et ne sont pas venus au procès. "Pour parler très clairement, quand il s'est constitué prisonnier, il savait qu'il ne venait pas pour un mois et demi de prison", a dit Me Claire Doubliez, avocate de Cheb Mami, aux journalistes. "C'est une peine lourde, mais le tribunal a tenu compte du contexte de l'affaire", estime-t-elle. 

 

Condamné pour complicité d'enlèvement et de séquestration, violences aggravées et complicité d'administration de substances nuisibles, Cheb Mami est relaxé du chef de menaces. Dans ce dossier où il jouait son avenir, le chanteur algérien de 42 ans, de son vrai nom Mohamed Khelifati, est en prison depuis lundi. Il est revenu en France pour faire face à ses juges après deux années de fuite en Algérie. "Ma mère était malade, ma famille me manquait.C'est vrai, j'ai pété un plomb, je suis parti. (...). J'ai fait une faute", a-t-il dit.

 

Né le 11 juillet 1966 à Graba-el-Oued, le quartier le plus pauvre de Saïda, ville des Hauts-Plateaux à 200 km au sud de la capitale de l'Ouest Algérien, et qui a tant donné au Raï traditionnel.

 

 

Comme la plupart des chanteurs de rai, Il arrête l’école à l’adolescence, ce qui ne l’empêchera pas de devenir plus tard un artiste à la renommée mondiale. Des producteurs de Raï remarquent l'adolescent et le font venir à Oran pour enregistrer ses premières cassettes. 

Mami passe une jeunesse sans problème, il acquiert une solide réputation d'animateur de noces et de banquets, avant de se produire dans les cabarets orientaux d'Oran et de rafler en 1982 le second prix d'un concours télévisé. Il se fait remarquer par sa voix souple et aiguë lors d'un concours en 1982, où il interprète un classique, El Marsam.
Ses manières adolescentes, ses chants moins crût que ceux de ses aînés feront de Mami le préféré du jeune public féminin. Michel Lévy est l'une des figures historiques de l'émergence du raï en France. ... C'est avec Michel Lévy que Mami conçoit en 1990 l'album "Let Me Raï".

Le chanteur avait noué une relation avec la photographe spécialisée dans le raï, lors d'une tournée en Égypte. Apprenant sa grossesse, elle en fait part au chanteur en lui annonçant son désir de garder l'enfant. Quelque temps après, elle était invitée à Alger. C'était l'été 2005. Accueillie à l'aéroport par un proche du chanteur et son manager, elle est conduite dans la villa de Mami. Et c'est là, selon ses accusations, qu'elle est droguée et séquestrée. Deux femmes et un homme de main ont pratiqué sur elle un curetage.

Cheb Mami, placé sous écoute, est interpellé en France en octobre 2006.

Libéré sous caution trois mois plus tard, il s’enfuit en Algérie « avec un passeport français périmé » et n’est revenu dans l’Hexagone après deux ans de fuite, pour son procès. « Au début, j’ai tout nié », reconnait le chanteur. Entre quelques larmes, très confus, il finit par admettre que c’est bien lui qui, « influencé » par Michel Lévy, demande à Kader de trouver une clinique en Algérie où faire avorter Camille. « Je voulais régler ça de façon amicale, honnête et légale », déclare la vedette, piteuse, avant d’avouer : « J’ai fait la faute mais j’ai été piégé ». Car de clinique il n’y a pas eu.

Pendant que Camille était chez lui, cette nuit du 28 au 29 août 2005, Cheb Mami dit être parti à l’hôtel. « Je n'étais pas dans la villa mais je savais ce qui se passait », a-t-il reconnu. « J’étais dépassé. Avoir un enfant dans le cadre de relations épisodiques, c’est contraire à ma culture, à ma religion. C’est la honte ! », a-t-il sangloté.

De son côté, Michel Lévy, soupçonné d’être l’instigateur de cette « barbarie » - selon les mots de l’avocate de Camille – a donné en tout onze versions des faits. Pour finalement tout nier de sa participation hier. Six ans de prison et un mandat de dépôt ont été requis contre lui. 

Vêtu d'une chemisette blanche, le chanteur est resté le visage fermé après l'énoncé du jugement. Il a ensuite été emmené sous escorte policière. La veille, Cheb Mami, avait demandé pardon à la victime. "Je regrette tout ce qui s'est passé. Je lui (victime) demande pardon, je regrette".

 

Sources