Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Sfax

Sfax

  [1] 

Sfax (صفاقس), deuxième ville et centre économique de Tunisie, est une ville portuaire de l'est du pays située à environ 270 kilomètres de Tunis. Riche de ses industries et de son port, la ville joue un rôle économique de premier plan avec l'exportation de l'huile d'olive et du poisson frais ou congelé. Sfax reste une ville d'oléiculture et le plus important centre de fabrication et de commerce d'huile de toute la Tunisie (on estimait à 7 millions le nombre d'oliviers au début des années 1990). Sfax est une cité d'affaires et attire peu les touristes. Cela n'exclut pas la présence de certains sites intéressants, tels que la médina et Thyna, malgré la présence des usines de traitement du phosphate. Une industrie de transformation apparaît. La culture de l'olivier prend une grande expansion.

Sfax compte 265 131 habitants en 2004 - pour une agglomération, le Grand Sfax, d'environ 500 000 habitants - et se présente comme une agglomération très étendue (sur 220 km² soit autant que l'agglomération de Tunis qui compte quatre fois plus d'habitants), plate et comprise dans un tissu urbain structuré par des axes de communication en toile d'araignée. Elle est bordée à l'est par la mer Méditerranée et l'amorce du golfe de Gabès
Connue sous la nom Berbère de Syphax, ou sous le nom Romain de Taparura, Sfax demeure une cité où se sont enlacés différents peuples et plusieurs civilisations. Aussi bien à Thyna qu'à Taparura, on vivait essentiellement d'agriculture et de pêche. La culture de l'olivier était déjà prospère, de même que le figuier et la vigne. Le produit de la terre, comme d'ailleurs celui de la mer, permettait d'entretenir un commerce fructueux avec des négociants venus de Leptis- Magna, d'Athènes ou d'Alexandrie.

Les rivages de Taparura, protégés de la houle par cette barrière naturelle que constituent les îles de Kerkennah, attiraient les navigateurs faisant route vers l'Occident, d'où l'apport enrichissant tant sur le plan économique que culturel.

L'an 856, la ville de Sfax entre dans l'histoire écrite grace à la construction de ses remparts et de sa grande mosquée.

Au Xllème siècle, les Normands de Sicile dominent la ville, elle est reprise par Abdel Momen El Mouahidi.

A l'époque des Hafsides (Xlllème au XVIème), les monuments sont restaurés, les remparts sont reconstruits en pierre et le commerce devient l'apanage des Sfaxiens et s'affirme davantage au XVIIème siècle: des échanges ont lieu tant avec Istanbul, Damas et l'Orient ainsi qu'avec Marseille et Gênes.

Aux XVIIème siècle, et sur les conseils du Cheikh " Ali Nouri " Sfax se construit une flotte pour se défendre contre les attaques des navires chrétiens. Ali Pacha et Hammouda Pacha confièrent à cette flottille des missions dans le Golf de Gabès.

Au XVIIIème siècle, la ville connut une réelle prospérité et s'agrandit avec la naissance d'une nouvelle cité, " R'bat du Sud " et le " Borj " devient l'habitat permanent des Sfaxiens qui se consacrent à l'élevage et à la terre.

Le protectorat a néanmoins laissé des traces à la ville, notamment une architecture coloniale. Une ville moderne se construit.

Au XIXème siècle, des Juifs et des Chrétiens essentiellement des Maltais arrivent à SFAX; leur activité commerciale reste limitée jusqu'à la période du protectorat Français ( 1881-1955).Pendant cette période SFAX fut un foyer d'avant-garde dans la lutte pour la libération nationale. Depuis l'indépendance Sfax a connu une prospérité continue.

L'expansion de la ville et le développement de sa vocation industrielle ont nécessité un vaste programme de développement urbain et de sauvegarde de l'environnement. Une action dynamique et intense soutenue notamment par des projets présidentiels, vise la sauvegarde des monuments de la Médina et la conciliation de la ville avec son environnement.

La médina de Sfax est enserrée dans des remparts fortifiés qui, depuis plus de onze siècles, ont conservé leur tracé rectangulaire initial. Ils ont été construits à l'époque aghlabide, autour de 859, sous le règne d'Ahmed ibn Aghlab, émir de Kairouan. (Massé-Muzi (Nicole), Mémoire en images SFAX, éd. Alan Sutton, 2002, Saint-Cyr-sur-Loire, p.23.)

Les remparts construits depuis 856 (J.C.) restent entiers avec un périmètre de 2000 m. Contemporaines des remparts, la grande mosquée placée au cœurs de la Médina reste une référence pour sa valeur religieuse, éducative et sociale.

Deux musées ont été créés : le musée des arts et des traditions populaires, logé dans une belle maison bourgeoise " Dar Jallouli " et le musée d'architecture traditionnelle à la Kasbah citadelle de la ville.

Édifiées sur le site de l'antique cité romaine de Taparura, Sfax (Sfaqus) et sa banlieue représentent l'agglomération urbaine la plus dynamique de Tunisie. Après la longue période de repliement consécutive aux invasions arabes du XIe siècle, l'essor de la ville commence dès le début du XIXe siècle. Il se manifeste déjà par des plantations d'oliviers dans les steppes environnantes. Sous le protectorat français, l'impulsion donnée par l'administration et l'apport de capitaux étrangers se conjuguent alors avec les aptitudes agricoles des Sfaxiens à créer une énorme forêt d'oliviers, dans un milieu particulièrement favorable à l'arboriculture sèche.

Sfax est divisée en deux zones : un vieux quartier entouré d'une enceinte, où sont situés une grande mosquée et des souks, et la partie moderne.

 sfax.jpg

Secteur de la mer

Le secteur de la Mer est un des secteurs économiques les plus dynamiques en Tunisie, vu son ouverture élargie sur la méditerranée (1300 km). Cette importance est fortement concentrée dans la région du Sud, et plus précisément à Sfax.

Le port de Sfax : est un des pôles majeurs pour l'économie tunisienne et régionale. Son port commercial est l'un des plus anciens du pays et le deuxième de Tunisie. Il est créé vers 1905. La quantité des produits exportés en 2006 est évaluée à 2290102 tonnes alors que les importations sont évaluées à 2282645 tonnes. Ces produits exportés viennent essentiellement du centre et du sud du pays : sel marin, huile d'olive, phosphates traités et divers autres produits.


En fait, la région de Sfax assure un important pourcentage (70%) des exportations nationales des produits de la mer, et ce, grâce à sa situation géographique limitée au nord par le gouvernorat de Mahdia, à l'ouest par Kairouan, le golfe de Gafsa,...., ainsi qu'à son port moderne doté de tous les services nécessaires à l'activité de la pêche.

http://natureculture.org/wiki/images/7/7d/Maison_de_sfax.jpg 

L'importance du secteur dans le développement économique du pays et la favorable situation géographique du pays, ont encouragé la famille Raouine à investir en 1987, dans la création de l'établissement Ahmed Raouine et fils " La Perle des Mers " ; une entreprise agro-alimentaire spécialisée dans la préparation et la congélation des produits halieutiques (crevettes, seiches, poulpes et petits poulpes), implantée à Sfax au nouveau port de pêche. Du IXème au XIIIème siècle, Sfax était le grand marché qui pourvoyait de ses huiles l'Italie, le Maghreb, l'Egypte et la Syrie …. Les Sfaxiens étaient alors d'après Léon l'Africain Tisserands, pêcheurs et marins commerçants…A partir de 1824 commence l'installation des Chrétiens et des Juifs à Sfax.

P1090903.JPG

Le commerce de la ville s'oriente de plus en plus vers l'Occident

* Commerce local: le rayonnement commercial de Sfax notamment sur les régions du sud et du centre- ouest du pays est favorisé par:

  •  Les centres commerciaux modernes
  •  Une foire internationale qui compte 300.000 visiteurs par an.
  •  Des salons spécialisés; tels que MEDIBAT (Bâtiment), SEMAT (meuble), SIB SFAX (informatique),…
  •  La diversité des produits locaux issus de l'agriculture, de l'industrie et de l'artisanat.

* Le commerce international :  les échanges commerciaux de Sfax sont essentiellement avec l'Europe et les pays arabes :

  •  exportation : 2,2 millions de tonnes par an
  •  importation : 2,7 millions de tonnes par an

La majorité de ces mouvements se fait à travers le port de commerce (second du pays) et l'aéroport de Sfax. Les principaux produits exportés sont:

  • Pétrole (47000 t/an).
  • Gaz naturel.
  • Phosphate ( 1 ,726 millions tonnes/an).
  • Sel marin (289.000 tonnes/an).
  • Huile d'olive (80% des exportations nationales ).
  • Textile et habillement.
  • Poissons (70% des exportations nationales).

Depuis sa fondation, Sfax, cité arabo-musulmane représente le lieu privilégié d'une activité artisanale débordante. Ses souks spécialisés abritent des ateliers de cordonniers, de teinturiers, et de forgerons, outres les tamisiers et fabricants d'outils aratoires.

De nos jours, l'artisanat demeure une activité rentable pour de nombreux artisans qui ont su enrichir ce secteur par la création et par une touche de modernité, ce qui a permis au secteur de conserver une place importante dans l'économie de la ville. La dynamisation du secteur porte aussi sur la formation par l'instauration d'études spécialisées aux seins de l'Institut d'Arts et des Métiers. L'exportation du secteur est destinée à de nombreux pays européens. Les produits exportés sont essentiellement les articles en bois d'olivier et les gâteaux tunisiens. Le secteur compte 10.000 artisans, 159 entreprises et 60 spécialités (source M dev eco 2004) parmi lesquelles:

* La broderie manuelle

* L'orfèvrerie et la bijouterie

* La sculpture sur bois

* Les instruments de musique

* La ferronnerie d'art

* La maroquinerie traditionnelle

* La parfumerie artisanale

* Le tissage de couverture en laine

* L'ébénisterie

 

Industrie et services

Le secteur de l'industrie à SFAX se caractérise par une richesse remarquable. Parmi les principaux produits de cette activité on cite: la confection,l'huile d'olive, les produits de la mer, le sel marin, le lait et ses dérivés, les produits mécaniques, les produits chimiques, le super phosphate, les chaussures, les meubles, les unités navales.

Répartition des entreprises par secteur: des atouts pour l'investissement :

* Un dispositif juridique et fiscal incitatif allants dans une logique d'allégement des procédures et formalités (source M dev eco 2004).

* 5 zones industrielles aménagées d'une superficie totale de 467 ha.

* 2500 entreprises industrielles représentant 25% du tissu industriel national.

* 600 entreprises exportatrices dont 150 le sont totalement.

* Une université et des centres de recherche de haute technologie.

* Un cadre de vie agréable et propice au travail et à la création.

* Une main d'œuvre pas chère et qualifiée.

Des atouts pour le partenariat: grâces à sa position géographique, à ses réseaux de transport terrestre, ferroviaire et aérien et à son réseau de communication moderne, la ville de SFAX joue un rôle d'articulation entre le Nord et le Sud du pays et présente une attraction pour un partenariat international. En plus, grâce aux infrastructures de base, aux atouts pour l'investissement et aux avantages fiscaux offerts par l'Etat Tunisien, la ville de Sfax représente un modèle de réussite du partenariat Tunisie- Europe et Tunisie-pays arabes. Les entreprises étrangères ou mixtes installées à Sfax ont pour nationalité: Française, Belge, Italienne, Syrienne, Espagnole et Allemande.


L'Agriculture à Sfax

L'agriculture à Sfax occupe 91.4% de la superficie totale de la région et une place importante dans l'économie nationale (*source M Agr 2004).

La culture de l'olivier est la plus dominante et occupe 91,2% des terres cultivées avec celle de l'amandier. La production des terres agricoles est de 485.000 t/an dont 50% d'olives (perles noires comme les qualifient les Sfaxiens) qui donnent 37,5% de la production nationale d'huile d'olive. Sfax produit également 16.000t / d'amandes par an, (30% de la production nationale). La production de l'élevage est de 20.000t/ de viande (dont 60% de volailles), 500 millions d'œufs, (soit 50% de la production nationale) et 60 millions de litres de lait par an ce qui classe Sfax à la 2ème position nationale.

La pêche très variée bénéficie d'une richesse sous-marine de premier rang en Méditerranées, (côtes de Sidi Mansour, Kerkennah et Golf de Gabès). Le port de pêche de Sfax est le plus important de la rive sud de la Méditerranée. C'est l'un des ports de pêche de la région qui présentent la plus forte concentration de port de pêche en Tunisie. Avec ses 4034 unités (50% de la flotte nationale) la pêche produit 23.000 tonnes par an (25% de la production nationale) et contribue à hauteur de 70% dans les exportations du pays.

Fruits et légumes: (source M Agr 2004)

Quantité et taux sur le plan national

  • Olives 240.000 t/an 50% de la production mondiale
  • Amandes 16.000t/an 33% de la production mondiale
  • Fruits 72.000 t/ an 15% de la production mondiale
  • Légumes 156.000 t/an 31.7% de la production mondiale
  • Viandes 485.000t/an - - - - -
  •  Œufs 3500 t/ an 17,5% de la production mondiale
  • Mouton 4 000 t/an 20% de la production mondiale
  • Chèvre 500 t/an 2,5% de la production mondiale
  • Volaille 12 000 t/an 60% de la production mondiale

 

Enseignement

L’université compte 19 établissements, elle acceuille 45000 etudiants pour l'année universitaire 2005-2006  L'année universitaires 1987-1988 elle acceuillait 5000 étudiants . 
Formation universitaire : C’est une université complète dans le sens où elle couvre toutes les disciplines : sciences médicales, sciences technologiques, sciences économiques et de gestion, lettres et sciences humaines, droit et commerce, arts, sport et sciences exactes. Dans le but de renforcer les échanges avec les milieux économiques, l’université de Sfax organise des colloques, des séminaires, des conférences et des spectacles au compus à la foire et au théâtre de la ville. Parmi ces manifestations, une foire universitaire « UNIVEXPO » est organisée chaque année pour exposer les produits de recherche des institutions universitaires. L’étudiant à Sfax trouve un cadre d’études et de vie très favorable. Pour leurs recherches documentaires, divers ouvrages sont mis à la disposition des étudiants dans les nombreuses bibliothèques universitaires. Des activités culturelles et de loisirs (théâtre, musique, danse, sport,…) sont proposées par de nombreuses associations universitaires.

Enseignement secondaire

- 54 collèges.

- 37 lycées.

- 367 écoles de base.

- 5 écoles de formation.

Enseignement primaire :     61 établissements
Jardins d'enfant :   90 établissements 

http://img.over-blog.com/598x445/1/50/59/42/calligraphies/divers/22577_233721657396_231238887396_3783683_2337110_n.jpg

Lycée pilote de Sfax, l'Univers des futurs experts tunisien

Revendications du corps enseignant et des étudiants de l'Institut Supérieur des Arts et Métiers de Sfax

080824052909736129.jpg

Equipement culturel

Théâtre municipal 1000 places

Théâtre de plein d'air 12000 places

Centre culturel à Sfax El jadida

Salle de fête municipale

Espace culturel Borj-Ennar

2 complexes culturels

Bibliothèque régionale

Bibliothèque du jardin public

3 salles de cinéma

 

Villes étrangères jumelées ou ayant avec elles des relations de coopération :

Relation de jumelage :

  • Dakar (Sénégal) : 1965
  • Marburg (Allemagne) : 1971
  • Casablanca (Maroc) : 1981
  • Safi (Maroc) : 1982
  • Grenoble (France) : 1998
  • Oran(Algerie) : 1989
  • Makhatchkala(Russie) : 1990

 

Relation de coopération :

  • Alexandrie (Egypte) : 2001
  • Plzen (Tchéquie) : 1999
  • Shanyang (Chine) : 1999
  • Villeurbanne (France) : 2001
  • Porto (Portugal) : 2004
  • Rome (Italie) : 2004
  • Barcelone (Espagne) : 2004

 

Personnes originaires de Sfax

http://df.img.v4.skyrock.net/dfa/scolas/pics/2733775506_1.jpg

Bibliographie

  • Habib Dlala, « L'aménagement du Grand Sfax. Enjeux, jeu des acteurs et projet de ville », Cahiers de la Méditerranée, numéro51, tome 2, 1995, pp. 113-143 (colloque sur le thème des villes intermédiaires tenu du 16 au 18 novembre 1994 à  Grasse)
  • Habib Dlala, « Le Grand Sfax. Dynamique morpho-fonctionnelle récente et aménagements », Annales de géographie, numéro590, juillet-août 1996, pp. 369-394
  • Mohamed Fakhfakh, Sfax et sa région, éd. Université de Tunis, Tunis, 1986

 

Radio Sfax, une radio tunisienne en manque d'auditeurs et d'audimat...