Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Islam : entre péché et homosexualité

Islam : entre péché et homosexualité

homosexualite-islam.jpg

De l'amour chez les Arabes (par le peintre-miniaturiste, Al-Wâssiti de Baghdad, Xè siècle)

 

 

 

“Pour l'amour d'un chrétien”

 De bon matin, un faon gracieux me sert à boire.

 Sa voix est douce, propre à combler tous les vœux.

 Ses accroches cœurs sur ses tempes se cabrent.

 Toutes les séductions me guettent dans ses yeux.

 C'est un Persan chrétien, moulé dans sa tunique,

 qui laisse à découvert son cou plein de fraîcheur.

 Il est si élégant, d'une beauté unique,

 qu'on changerait de foi - sinon de Créateur -pour ses beaux yeux.

 Si je ne craignais pas, seigneur, d'être persécuté par un clerc tyranique,

 je me convertirais, en tout bien et tout honneur.

 Mais je sais bien qu'il n'est qu'un islam véridique....

Extraits de Abou NAWAS ( D.An 815), d'après son œuvre « Le vin, le vent, la vie »


L'islam, à l'instar des autres religions du  Livre, (expression islamique pour désigner les religions monothéistes qui ont précédé l'islam) considère l'homosexualité comme étant un péché contre l'ordre établi par Dieu. La charia condamne  par ailleurs fortement l'homosexualité dans toutes les écoles juridiques et prescrit la peine capitale comme sanction en cas de cette  pratique. Le judaïsme, le christianisme et l'islam, se sont structurées et, par-delà toutes les scissions (karaïsme, protestantisme, shi‘isme, etc.) que chacune a pu connaître, se sont confirmées dans leur unité au cours des longs siècles de leur histoire par le double effet, inspirateur et régulateur, d'un livre. Cet effet est particulièrement fort dans l'islam, puisque la langue elle-même, l'arabe coranique, y constitue une source et un facteur essentiels pour la vie religieuse et sociale. La fonction herméneutique - avec des instances, des critères et des modalités d'exécution qui sont différents selon telle ou telle religion, mais sont partout affirmés - est donc fondamentale dans l'expression historique et dans la justification rationnelle (théologie) des pratiques respectives.

Pour l'
Islam, fonctionnant sur le mode congrégationiste et institutionnel assez  proche de celui du judaïsme, la position risque d'être plus uniforme, en dépit des courants, dans la mesure où l'homosexualité est l'un des interdits de l'Islam.
 
A l'époque des Lumières, Avicenne (980-1063) préconisait les joies de l'amour comme remède aux maux psychiques et physiques. Il disait : « Lâche la bride aux jeunes pour les rapports sexuels, par eux ils éviteront des maux pernicieux ».


Le livre "Canon de la Médecine" du savant Avicenne (Xième siècle) servit de base à l'enseignement des facultés européennes jusqu'au milieu du XVIIe siècle. Mais la plupart des commentateurs du Canon d'Avicenne qui la mentionne à plusieurs reprises en parlent peu. Un médecin du XVème siècle, est plus explicite. Selon lui, il faut amener les homosexuels à la tristesse par l'invective et le blâme, puis les torturer en les affamant, les fatiguer en les privant de sommeil, les jeter en prison, enfin les fouetter jusqu'au sang.

De même, Malek Chebel, anthropologue et psychanalyste affirme que : « l'homosexualité est une pratique arabo-bédouine plus que proprement islamique. Elle est vigoureusement condamnée par les textes sacrés, Coran et hadith compris, et abhorrée par la sunna ».  Il a par ailleurs forgé une expression assez juste, « homosensualité », pour désigner : « une attitude des Orientaux en général et des Arabes en particulier, qui consiste, en l'absence de partenaire de l'autre sexe, à reporter sur leurs pairs l'excédent de sensualité qu'ils n'arrivent pas à écouler autrement ».

Anthropologue et spécialiste de l'Islam, Malek Chebel a écrit plusieurs ouvrages consacrés au corps, à la sexualité et à l'homosexualité dans l'Islam. Il est, depuis plusieurs années, l'un des protagonistes et des farouches partisans d'une interprétation du Coran qui voudraient tenir compte de l'évolution du monde. Mais seul Allah peut les expliquer.

 



A l'appui de quoi, il cite Abou Nouwas (762-812) célébrant des thèmes bachiques et amoureux :

« J'ai quitté les filles pour les garçons/et pour le vin vieux, j'ai laissé l'eau claire»

beur-gay-passif.jpg

Ibn 'Abbâs a dit : "On doit croire aux versets ambigus, mais il ne faut pas régler sur eux sa conduite".

Le verset (III, 6) blâme donc ceux qui s'attachent aux versets ambigus, les interprètent ou leur donnent un sens qu'ils n'ont pas dans la langue arabe de la Révélation. Il les appelle "déviés" (Ahl zaygh" - c'est-à-dire gens qui se détournent de la vérité-, infidèles (kâfir), hérétiques (zindîq) innovateurs (ahl al-bida) ignorants. Il précise que ces gens ont pour mobile le désir de créer de l'agitation et de la confusion dans les rangs des croyants. Or Dieu précise (dans le verset en question) qu'il s'est réservé l'exclusive interprétation des versets ambigus. Nul autre que Lui ne sait ce qu'ils signifient : "Dieu seul peut les expliquer".

De nombreux experts qui traitent de la question (imams, chercheurs, activistes) et des musulmans LGBT (sigle de « Lesbian, Gay, Bisexual and Transgendered people ») tentent de réconcilier ces deux identités apparemment contradictoires : islam et homosexualité, en revenant aux valeurs premières de l'islam.

http://auto.img.v4.skyrock.net/6787/89396787/pics/3203264293_1_2_jTTCsCsH.jpg

L'orientation sexuelle n'est pas selon moi une question centrale dans l'islam et l'homosexualité a toujours existé avant, pendant et après Mahomet. De plus, il y avait une pratique du viol masculin à l'époque pour punir les adversaires, on parle encore des 'personnes n'ayant pas de désir sexuel envers les femmes' dans le Coran. Le sexe est certainement vu comme un concept hétérosexuel mais il ne faut pas oublier qu'une religion s'adresse à la majorité des personnes pour les convaincre. Tout acte sexuel non-conforme à l'époque du Prophète est châtié car il existe des conséquences néfastes sur la société (problème de légitimité des enfants, d'héritage, de pouvoir,...), comme l'homosexualité n'entraîne aucune conséquence alors c'est une attitude licite selon la législation religieuse.

Les homosexuels dans notre société actuelle doivent être respectés, et leur choix doivent l'être tout autant. Respectés, non encouragés.

Je ne peux être en accord avec ce qu'ils font, mais je respecte ce qu'ils sont.

Je suis musulman, musulmane, et je peux connaître, des homosexuels, je peux travailler avec eux, partager des luttes avec eux.

Leur vie sexuelle les regarde, et chacun doit respecter, les choix d'autrui, tant qu'on ne les lui impose pas.

Nous savons qu'à l'intérieur de la communauté musulmane, des femmes et des hommes se sentent attirés par une personne du même sexe, et c'est une épreuve, ils le vivent parfois au cœurs d'une infinie souffrance, ou parfois plus assumée.

Nous devons dialoguer avec eux, ne pas les condamner, mais les comprendre, leur expliquer.

Le fait de ne pas partager, les opinions et les actions, des homosexuels, quand à leur sexualité, ne m'empêche pas de respecter ce qu'ils sont.

C'est d'ailleurs ce que chacun d'entre nous doit attendre, de ses semblables, le respect, de l'être, même s'il existe un désaccord, sur la croyance et le comportement.

Bien que nous ayons de grandes réserves, sur le mariage homosexuel, ou sur l'adoption d'enfants, par des couples homosexuels, nous n'hésiterons pas à lutter contre les discours et les mesures, homophobes, dont les homosexuels pourraient être les victimes, et de nous engager avec eux, dans les causes communes, et nobles.

Lorsque le musulman, la musulmane sont face à un homosexuel, leur discours doit être celui-ci :  Je ne suis pas d'accord avec ce que vous faîtes, mais je respecte qui vous êtes. Vous pouvez être musulman, Vous êtes musulmans, quel serait le droit à moi, de vous juger ? .Etre musulman est entre vous et Dieu .

http://img.over-blog.com/445x454/1/50/59/42/calligraphies/divers/glass.jpg 

http://img.over-blog.com/225x300/1/50/59/42/calligraphies/divers/couv_277.gif

Abdellah Taïa : écrivain marocain

 Ihsane-Jarfi-581.jpg

Ihsane Jarfi - R.I.P.

Liens utiles

1. Jeûner souvent, car cela galvanise la foi, préserve la chasteté, et dissipe les pensées malsaines.
2. Manger et boire modérément, car les excès culinaires stimulent le désir sexuel.
3. Se tenir à l'écart de tout ce qui pourrait s'avérer être sexuellement stimulant, comme les photos ou films érotiques, les chansons mettant en scène des activités sexuelles.
4. Se faire des amis bons et vertueux.
5. S'occuper l'esprit en effectuant des actes d'adoration.
6. S'investir dans des activités sociales de sorte à se changer les idées et à garder l'esprit occupé.
7. Contempler des beautés naturelles comme des fleurs et des paysages pittoresques, qui évidemment ne sont pas stimulantes sexuellement.

 
http://media.paperblog.fr/i/310/3100278/maroc-magazine-gay-underground-voit-jour-L-1.png
La première publication gay du monde arabe et en langue arabe est marocaine et obtient un énorme succès auprès de ses lecteurs. Pas moins d'un million de visiteur dans les semaines de son lancement officiel.  Ce projet est comme une bouffée d’oxygène pour une communauté stigmatisée et criminalisée, le magazine Mithly est loin de faire l'unanimité qui est devenu la nouvelle bête noire des homophobes et islamistes.
homosexualite-islam.jpg
Mithly est un jeu de mot en arabe qui veut dire à la fois « comme moi » et « homo » - et son but est la lutte contre le climat de stigmatisation  que vit  la communauté LGBT marocaine. 

Dans ce gay-magazine, pas question de trouver photos pornographiques ou érotiques mais de découvrir des informations pratiques, des actualités people et des témoignages de coming-out, un article sur la journée mondiale de la femme, voire encore un essai littéraire de l'écrivain  Abdellah Taïa qui affirme son homosexualité à travers ses récits autobiographiques  et une réponse à la polémique islamiste entourant la venue d’Elton John au Maroc. Deux cent copies ont été distribuées sous le manteau à Rabat en avril 2010. Le dossier du mois de mai était consacré au suicide extrêmement élevé dans la communauté homosexuelle au Maroc, selon l’association kif-kif. Adresse de contact : editor@mithly.net

http://img.over-blog.com/300x295/1/50/59/42/calligraphies/divers/41569_164048280277343_435_n.jpg

Sexion d'Assaut, un groupe de rap racaille tient des propos homophobes

l d9e4385305c44a6abea09bd1e3defd3b

Halim Corto interprète son titre contre l'homophobie "Juste par amour"

Références
  • ALDRICH, Robert. (2002). Colonialism and homosexuality. New York - Londres : Routeledge, 436 p.
  • CHEBEL, Malek. (2003) [1995, 1988]. L’esprit du Sérail : Mythes et pratiques sexuels au Maghreb. Paris : Payot et Rivages, 281 p.
  • CRUZ-MALAVE, Arnaldo. MANALANSAN IV, Martin F. (dir.). (2001). Queer globalizations ; citizenships and the afterlife of colonialism. New York : New York University Press, 274 p.
  • D’EMILIO, John. (1997). Capitalism and Gay Identity. In LANCASTER, Roger N. DI LEONARDO, Micaela (dir.). The Gender sexuality reader. New York - Londres : Routeledge, p. 169-179.
  • ERIBON, Didier (dir.). (2003). Dictionnaire des cultures gays et lesbiennes. Paris : Larousse, 544 p.
  • GREENBERG, David F. (1997). Transformations of Homosexuality Based Classifications. In LANCASTER, Roger N. DI LEONARDO, Micaela (dir.). The Gender sexuality reader. New York - Londres : Routeledge, p. 179-193.
  • HAYES, Jarrod. (2000). Queer Nations. Marginal Sexualities in the Maghreb. Chicago - Londres : The University of Chicago Press, 307 p.
  • HAWLEY, John C. (dir.). (2001). Postcolonial queer ; theoretical intersections, New York : South University of New York Press, 334 p.
  • MURRAY, Stephen O. ROSCOE, Will (dir.). (1997). Islamic homosexualities ; culture, history and literature. New York : New York University Press, 331 p.
  • SCHMITT, Arno. SOFER, Jehoeda (dir.). (1992). Sexuality and eroticism among males in Moslem societies. New York : Harrington Park Press, 201 p.
  • SERHANE, Abdelhak. (2000) [1996]. L’Amour circoncis. Paris : Paris-Méditerranée (coll. Documents-Témoignages), 240 p.
  • TIN, Louis-Georges (dir.). (2003). Dictionnaire de l’Homophobie. Paris : Presses Universitaires de France, 451 p. Voir les chapitres « Islam », « Maghreb », « Hétérosexisme ».
http://auto.img.v4.skyrock.net/6872/88676872/pics/3198247489_2_2_4VpRiwRL.jpg
Périodiques
  • COURTRAY, F. (1998). La loi du silence : de l’homosexualité en milieu urbain au Maroc. Gradhiva, vol. 23, p. 109-119.
  • GROTTI, Laetitia. DAIF, Maria (2004). Etre homo au Maroc. Tel Quel, mars-avril, n°120.
  • MAUVEL, Maurice. (1979). Cultures en contact : remarques épistémologiques à propos de l’immigration maghrébine. Pluriel-Débat, vol. 20, p. 63-68.
  • SCHIBIKH, Stéphane (dir.). (2005). Wesh City, juillet-novembre, n°1-3, Paris : Studio Presse.
  • ZERAOUI, Fouad (dir.). (2004-2005). Baby Boy, novembre-novembre, n°1-17, Paris : Kelma Group.

TRAVAUX UNIVERSITAIRES ET RAPPORTS

BARRAUD, Sébastien. (2005). Etre un homme homosexuel et d’origine maghrébine à Paris et en région parisienne : stratégies psychosociales, identités intersectionnelles et modernité. Mémoire de DEA interdisciplinaire en migrations et relations interethniques, sous la direction de François VOURC’H, Université Paris VII - D. Diderot, Paris.

HAMEL, Christelle. (2003). L’intrication des rapports sociaux de sexe, de « race », d’âge et de classe : ses effets sur la gestion des risques d’infection par le VIH chez les français descendants de migrants du Maghreb. Thèse de doctorat d’anthropologie sociale et d’ethnologie, sous la direction de Marie-Elisabeth HANDMAN, EHESS, Paris.
 
HAMZIC, Vanya. (2005). Queer Muslims : Time of Itjihad (or Coming Out to Creator). Philadelphia : Meeting of American Academy of Religion.

MONHEIM, Monique. (2004). Destin de l’homosexualité masculine maghrébine : entre unions « imposées », prostitution et mort sociale ? Bruxelles : Rapport au C.A.W. Mozaïek Adzon.

 
political-pictures-gay-taliban.jpg
ROMANS, FILMS ET ARTICLES DE PRESSE
  • DJELLAD, Djallil. (2000). Cet Arabe qui t'excite. Paris : Balland (coll. Rayon), 186 p.
  • LANGE, Rémi. (2003). Tarik El Hob. Le Chemin de l’Amour. Film, Eklipse Video, 70 min.
  • RACHID O. (1995). L’enfant ébloui. Paris : Gallimard. Du même auteur : Plusieurs vies (1996), Chocolat chaud (1998), Ce qui reste (2003).
  • VALOIS, Philippe. (2005). Un parfum nommé Saïd. Film.
  • ZERAOUI, Fouad. (1997-2005). Articles de presse : reportages, interviews, débats. Sur l’Internet : http://www.kelma.org/PAGES/DOCUMENTS/dossiers.php.