Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Kisamivelli, le rap en action à Bruxelles-City !

Kisamivelli, le rap en action à Bruxelles-City !

La fin des années 80 marquaient la sortie de deux disques importants pour le hip-hop en Belgique : celui de Benny B et celui de BRC. Ces deux sorties ont permis de faire découvrir le rap au public, mais elles ont aussi marqué une scission dans la communauté hip-hop : sa partie commerciale et celle plus underground ou hardcore.

BRC (Bruxelles Rap Convention) est le premier album de rap en français sorti en Belgique en 1990. Il est réalisé par Defi-J et Rumky, sorti chez Indisc, il regroupe les MC's Defi-J, HBB Band N Ko, Rayer (aka Carjack Ray, plus tard membre du groupe De Puta Madre). Les thèmes étaient alors abordés sont les thèmes de la drogue, le racisme, la non-violence, le hip-hop, les imposteurs, et d'autres sujets plus légers comme l'amour, les sentiments, le public hip-hop. L'album se terminait sur le  Cool pour plaire, regroupant presque tous les MC's de la compilation. S'ensuit un long creux dans le rap produit en Belgique.

 

Mohamed alias Kisamivelli (né à Meknès  le 8 mai 1983) est un jeune compositeur et rappeur ayant grandi et élvolué à Berkane présent sur la nouvelle scène hip-hop bruxelloise. Il m'a été présenté par Belcoz, un ami proche de la culture urbaine belge.


Nothing is better than the old !
J'ai découvert son style old school qu'il affectionne....Pour lui, ce rap possède sa propre identité et représente le début de ce genre musical qui trouve son origuine dans les USA des années 70 et m'explique avec justesse qu'il a par ailleurs son propre son qui se reconnait facilement, mais possède un lien très fort avec les autres éléments de la culture Hip hop pour ne citer que  Run DMC,  Rakim ou autres  comme Ice Cube et NWA ...Ce Old School est de toute évidence plus musical que le rap actuel, et plus proche de la musique dansante des Block Parties, tout en me confiant que ces Block parties sont pour lui un  bon moyen de s'en sortir : « L'argent gagné me permettait d'acheter à chaque fois un peu plus de matos et d'organiser des évènements musicaux ...mais surtout que le flow des rappeurs est aussi un peu plus chantant, marquant le rythme».  Certains critiques pourraient trouver par exemple le flow d'un même rappeur banal, quand d'autres peuvent trouver le flow du même rappeur excellent. Evidemment on va me dire "chacun ses goûts". Chez ce jeune informaticien, pas de blabla inutile...Il a travaillé hier avec l'un des meilleurs chanteur de Raï belgo-marocain qu'on ne présente plus : Cheb Rayan.


Ce jeune urbain me fait penser aux marocains de l'époque ressentaient déjà le besoin de s'exprimer et de se démarquer de la génération de leurs parents....Pour ceux qui apprécient le rap marocain classe - Kisamivelli se démarque de tout ceux qui encombrent les oreilles. Il se définit plutôt comme une conscience qui tente, parmi tant d'autres, de crier haut et fort ce que d'autres pensent tout bas. Pour moi, que m'importe les étiquettes : je ne défends aucun mouvement, aucune cause qui ne serait pas sous l'emprise de la justesse et de l'intégrante intégrité, me dit-il sans hésitation. Même si ce rap est largement influencé par les tendances américaine et françaises, les rappeurs marocain n'adoptent pas le même mode de vie, comme les grosses voitures, filles dénudées ou d'armes à feu dans le but de ne pas choquer une société qui reste encore majoritairement conservatrice et éviter un rejet de la population ; certains rappeurs se revendiquent plutôt à une appartenance populaire souvent musulmane en restant respectueux de certaines valeurs ; pour d'autres ce comportement respectueux est une forme d'hypocrisie qui ne correspond au message initial (contestataire et révolutionnaire) du rap.


Le voici, ici en mode pose chez moi, car il a travaillé au projet Tous pareils...

J'espère que Mohamed se concentrera sur son art : car ce meknassi a vraiment du talent : il a tout à prouver....Dans ses compositions, pas de mauvaises paroles choquantes du tout, car il exprime juste le malaise que nous vivons dans notre société.


Kisamivelli en mode limousine


Avec Cheb Rayan, je découvre un nouveau style, car tout deux ont une énergie et le   talent de vouloir s'imposer en duo...Cheb Rayan, c'est d'abord le raï avec une voix posée, puissante et non trafiquée...en effet, il m'a prouvé qu' a cappella, il est probablement le meilleur chanteur de raï du moment...Ses projets sont nombreux mais c'est top secret...Kisamivelli quant à lui pose sa voix de rappeur...vraiment incroyable mais vrai, j'en ai frissoné !

Rien à voir avec le rap belge ou français que l'on entend un peu partout sur les ondes...Kisamivelli c'est la transposition du rap du Maroc dans un contexte précis et aux appellations contrôlées...Nul ne doute,  qu'il aurait été remarqué sur la scène rap du Maroc...et qu'il aurait pu être présenté au Boulv'art qui se déroule à Casablanca...s'il vivait au royaume chérifien.
J'ai fréquenté bien des rappeurs du Maroc issus de la Nayda (mouvement de la contre-culture marocaine) à plusieurs reprises et je peux vous dire qu'il est un artiste avec qui tout est possible, il suffit d'écouter le morceau Marstyle Negative-mind, qui est un freestyle sauvage !

Kisamivelli a tout son avenir pour s'affirmer musicalement !


Avec son grand frère Rachid el Ouali

Il a également un blog où l'on peut l'écouter...ici