Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Hommage au Melhoun et à Saïd el Meftahi diffusé sur RTM - 2001

Hommage au Melhoun et à Saïd el Meftahi diffusé sur RTM - 2001

Cette poésie  « El Bourakia » est  du Cheikh Benmeki originaire de Azemour. Ce texte est connu et diffusé largement au sein des Aïssaouas. Quant à la chute, il s’agit de El Hadra Jilalia (l’acte de se mettre en transe, de balancer d’avant en arrière). C'est une qasida très connue dans le Malhoun, elle parle du prophète, qui monte le cheval ailé depuis la mosquée de Jerusalem.

Emission de télévision Nahma wa Atey diffusée sur RTM, fin 2001.

Voici le témoignage de Monsieur Saïd El Meftahi.


RTM voulait organiser une soirée en mon honneur, mais je considère pour ma part cette émission comme un hommage au Melhoun. 

Ce qui faisait l'un des charmes de cette émission, c'est que j'avais toute latitude pour lancer mes invitations. Au cours de cette soirée, je voulais montrer autre chose que la prestation d'un chanteur sur scène entouré de musiciens. La musique traditionnelle du Maroc pouvait atteindre les sommets de la Musique du Monde et j'avais là l'occasion de le démontrer au cours de cette soirée. Je voulais aussi montrer les imbrications des différents styles musicaux marocains.

J'ai saisi l'occasion aussi de présenter de grands artistes marocains mais pas de la manière habituelle, c'est-à-dire avec orchestre. Je voulais quelque chose de plus intime : l'artiste, son instrument et sa voix.

J'ai invité La grande Voix du Monde Arabe, Fouad Zbadi, une jeune artiste Ferdaous, aussi Dekka appelée Marrakchia car installée là mais venant de Taroudant. Il y eut également un groupe interprétant un style appelé «El beldi». Le leader en est Hami Abdellah. Des groupes composés uniquement de femmes furent les bienvenus, leur représentante Zohr Meknassia.

Une autre troupe de musique andalouse dirigée par Anas El Aatar qui est le fils de la fille d'
Abdelkrim Raïss.

Un groupe de « Meddah » (chantant l'amour du prophète) appelé El Moussemiim avec, à leur tête Aboulhassan Ibnou Abdellah.

Le melhoun y fut largement représenté, bien sûr avec mon orchestre. Et des Voix connues dans le pays telles que Majda Yahiaoui, Naïma Tahiri.

A la fin de la vidéo, tous les artistes se sont rassemblés en une composition picturale voulant démontrer que le melhoun pouvait s'interpréter à la manière aïssaoua avec, à leur tête, Driss El Mrabet à qui nous souhaitons un prompt rétablissement.

Je n'oublierai pas d'évoquer aussi la grande figure du théâtre Fatima El Regragui avec qui j'ai travaillé sur le 1er clip du melhoun, je veux parler de « El om » (La Mère) ; clip dans lequel cette grande dame incarnait ma mère.

Il y avait aussi une journaliste de télévision et de radio, Khadija Kebli et des sportifs, des journalistes sportifs de la ville de Meknès, qui ne l'oublions pas, fut l'invitée d'honneur.


Said El Meftahi.