Suivre ce blog
Administration Créer mon blog


La Qaṣīda al-Burda (Arabe: قصيدة البردة), également connue sous l'appelation française  « Poème du manteau » est un ode à la prière dédié au prophète de l'Islam Mahomet qui a été composé par le imam soufi  Cheref eddin Mohammed ben Sa‘ïd, ben Hammâd, ben Mohsin, ben Sanhâdj, ben Hilâl es Sanhâdji) (1212-1296) d'Egypte. Il  est fondé sur le mode de la qasida classique de Kaâb ibn Zouhaïr. Il  fut composé à l'aube de l'Islam, comme une preuve de sa conversion. En échange de ce poème, le prophète Mahomet lui offrit sa burda, ou manteau.  

L'imam Sharaf ad-Din Abu Abdullah Muhammad Busiri a écrit dans sa Qasida Burda que : « Si ce n'avait été pour le Prophète de Dieu (sallallahu 'alaihi wasallam) alors le monde n'existerait pas ».

 

‘Allama Khalid Azhari, faisant un commentaire sur la Burda, déclare : « C'est à cause du Prophète de Dieu (sallallahu 'alaihi wasallam) que le monde a été amené de l'état de non-existence à celui d'existence ».

Ce poème fut, du vivant même de son auteur, considéré comme sacré, et occupe encore de nos jours une place particulière au sein de l'Islam : ses vers sont portés en amulette, récités dans les lamentations pour les défunts, et interpolés par de nombreux autres poèmes. Il a été traduit en français par René Basset, qui fut professeur de lettres à l’Université d’Alger, date de 1894 et s'intitule  La Bordah de Cheikh El Bousiri, publié aux édition E. Leroux à Paris. 

El Bousiri  naquit, selon les uns, à Aboukir, aux environs de Dilâs, selon d’autres, le premier jour de chaouâl 608 (7 mars 1212). Vivant à Belbéis du métier de grammairien et de copiste, il fut le disciple du célèbre soufi Abou’l’Abbàs Ahmed el Marsi et devint le plus illustre docteur « traditionniste » de son époque. Il mourut dans les années 694-697 de l’hégire (1294-1298) et son tombeau fut placé près de celui de l’imâm Ech Chaféi. Ses surnoms d’Ed Dilâsi et d’El Bousiri sont quelquefois réunis sous le nom d’Ed Dilasiri.

Qui ne connait encore pas les paroles de cette merveilleuse oeuvre musicale ?

"Maula ya salli wasal
lim daiman nabada,
'Ala habibika khai
ril khalqi kullihimi


"Ingat, ingat serta fikir,
sehari, hari,
Kamu duduk, dalam kubur
Seorang diri..."


"Maula ya salli wasallim daiman abada,
'Ala habibika khairil khalqi kullihimi"


qasida burda

La Burda est d'un intérêt religieuse et historique considérable. C'est une glorification incomparable du prophète dont le puissant souffle lyrique, épique traduit la ferveur du monde musulman. Elle reflète son attachement à la personne du prophète Muhammad (que la paix et le salut soit sur lui).

 

Toute une étude est à faire sur la Burda sur le plan littéraire, dont la richesse et la pureté, au point de vue vocabulaire, sont vraiment extraordinaires.

 

La maîtrise d'Al Busîri au point de vue langue, à travers la Burda, n'a d'égale que sa virtuosité dans les jeux de mots et le choix des métaphores. La place de la Burda dans les manifestations de la ferveur islamique est connue et explique l'abondance des travaux qui lui ont été consacrés. Durant le mois de Ramadan, et lors de la célébration de la nativité du Prophète, on la scande dans les foyers ou en veillées dans les mosquées. En Afrique du Nord, la Burda est récitée également en groupe par ceux qui conduisent les convois funèbres.

 

Notre Prophète Muhammad « S.A.W.S », fondateur d'un humanisme religieux qui, à travers de multiples dimensions, présente un caractère très original en ce qui concerne les valeurs intrinsèques et spirituelles de l'homme, sa situation dans le monde et ses relations avec Dieu de tous les hommes. Cette universalité doit s'étendre non seulement dans l'espace, mais dans le temps, c'est à dire depuis Adam jusqu'au jour de la résurrection. La question qui revient à tout un chacun est voici : Comment est-il possible que Muhammad ait été envoyé aux générations qui l'ont précédé ? L'âme de Muhammad a été créée par Dieu avant toutes les autres, et dans la prééternité déjà Dieu la leur envoyée. Le Prophètes et apôtres historiquement antérieurs à lui ne sont que ses assesseurs dans le monde des corps. Mieux Muhammad n'a pas été envoyé qu'aux hommes, mais « mais aux deux charges », c'est à dire aux hommes et aux jinn. Il est le sceau des prophètes c'est à dire, il clôt absolument et définitivement la série de tous les prophètes et envoyés.

En Muhammad, on retrouve toutes les qualités reconnues « nécessaires » au Prophète : une fidélité absolue, une véracité totale, une perspicacité sans faille, une authentique transmission du message. Ces qualités et tant d'autres existent en lui de façon suréminente, car il est, absolument parlant, « la meilleure des créatures ».

Sa personnalité exceptionnelle, son charisme sans égal, son visage plein de lumière, sa haute silhouette d'apôtre de l'humanité, ses qualités physiques et morales, la place privilégiée qu'il occupe dans le coeur de tous les musulmans, ne laissent personne indifférent. 

 

 

[« Poème du manteau » ]



 

Tag(s) : #Musique islamique