Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Nabyla Maan révèle déjà toute la richesse du legs «ghiwanesk»

Nabyla Maan révèle déjà toute la richesse du legs «ghiwanesk»

Nabyla Maan (née à Fès) est une jeune auteur-compositeur-interprète marocaine qui fait de plus en parler d'elle dans les médias marocains. Elle chante aussi bien en français qu'en arabe. De nombreux artistes font appel à elle pour réaliser des duos (Malek, Omar Sayed et Saïd Mosker). Les organisateurs de festivals la sollicitent pour donner des concerts (Mawâzine, Jeunes talents gnaouis, Festival du Film de femme à Salé…). 

 

A 17 ans , elle édite D'nya, son 1er album chez Platinium Music, il contient 11 chansons et un bonus track en duo avec Omar Sayed de Nass El Ghiwane. En chantant «Allah ya moulana», ce sont deux générations de musiciens qui se côtoient alors. Rien de surprenant puisque le groupe légendaire de Hay Mohammadi fait partie de ses références musicales. Autres chansons, autres sonorités. C'est le cas d'Essinya, reprise à la sauce techno. Une approche originale qui révèle en même temps toute la richesse du legs «ghiwanesk». C'est «Hina kalat», chanson écrite par le père de Nabyla Maan, qui fait jaillir l'inventivité de la chanteuse.

 

 

 

La poésie et la qualité des arrangements font du texte l'un des tubes de cette production. Pour l'auteur-compositeur Malek, qui est aussi directeur artistique de Platinium, «Nabyla Naam a le même profil artistique que la chanteuse Saïda Fikri.

 

 

L'approche est évidemment différente, en raison notamment de leur identité musicale spécifique. «Rythmes maghrébo-orientaux et mélodies rock bluesy s'entremêlent en harmonie. Dans l'ensemble, l'album offre une palette musicale variée et homogène. Le mélange des genres, voilà à notre sens le point fort de cet opus.


Les amateurs de World Music seront servis. Soulignons à cet égard qu'on assiste ces dix dernières années à l'émergence d'une nouvelle vague de musiciens. La touche expérimentale est une caractéristique majeure de leurs compositions. Ils réinventent ainsi le patrimoine musical en y intégrant des sonorités inspirées des quatre coins du monde. A titre d'exemple, le groupe Dayzine, qui n'hésite pas à marier, entre autres, malhoune et reggae. Une formation très créative primée notamment lors de l'édition 2003 du Festival des jeunes musiciens de Casablanca.


Le jeune Tarik Batma, avec son excellent album «Sahra dima Bladi», a donné aussi un nouveau souffle à ce mouvement. Auteur-compositeur, il a deux albums à son actif malgré le piratage et les difficultés de distribution handicapant la musique marocaine. Presque la totalité des groupes sont dans la même «galère». Tout en bravant les obstacles, certaines formations, notamment Darga, vont jusqu'à financer leurs créations musicales. C'est pourquoi des jeunes artistes comme Nabyla Naam doivent être encouragés. Le rayonnement de la scène musicale marocaine en dépend. Elle participe également à des soirées télévisées, et des reportages audiovisuels lui sont consacrés sur les deux chaînes de télévision marocaines. Enfin, elle anime régulièrement des soirées de gala au profit d’associations humanitaires.

En 2008, Nabyla Maan obtient deux trophées de reconnaissance de la part de deux ONG de la ville de Fès après avoir été choisie, suite à un sondage auprès du public, comme meilleure chanteuse originaire de Fès qui participe à illuminer l'image de la ville.


Cette même année Nabyla Maan transporte son public, à travers son deuxième album :

« Ter El Ali », vers un univers diamétralement renouvelé.

 Titres de l'album

[.01.] Morok'oh !

[.02.] D'nya

[.03.] Le Bal Masqué

[.04.] Allah Ya Moulana

[.05.] Essinyia

[.06.] Hina Kalat

[.07.] Adorable

[.08.] Entre les lignes

[.09.] Illusion

[.10.] Poupee D'argile

[.11.] A Lalla Y Lalli Feat. Said Mosker

[.12.] Allah Ya Moulana Feat. Omar Sayed