Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Interview de Tarik Lamirat sur Radio 2M

Interview de Tarik Lamirat sur Radio 2M

 

Interview de Tarik Lamirat

14538 1280601021516 1424773356 30789701 6387858 n
Tarik parles-nous un peu de toi, qui es-tu ? D'où viens-tu ? Comment tu as débuté ?

Disons que tout a commencé pour moi avec mon groupe de l'époque "Zoubir Wa Tarik" en 1995. On chantait dans les mariages, les anniversaires... En 1998, en assurant les premières parties de Faudel, les choses ont pris une toute autre tournure. Gagnant ainsi un certain statut dans les régions niçoises et marseillaises, je sors en 2002 un premier album "Dima dima" et me voilà aujourd'hui... (sourire).

Tu qualifies ta musique de maroco-latino, pourquoi ? Et pourquoi ce choix de mélange précisément ?
Tout d'abord parce que c'est du dialecte marocain associé à de la salsa, et puis je trouvais que les deux genres s'épousaient bien mais aussi qu'ils se rejoignaient dans la nature de leur textes, que ce soit l'amour, la revendication... C'est un mariage me semble-t-il bien réussi (sourire)

C'est zarbi, d'habitude les garçons choisissent de jouer de la gratte pour séduire les filles et pas toi, (sourire) toi c'est l'accordéon
(rire) Non (rire). L'accordéon est le premier instrument dont je suis tombé amoureux. De plus dans le Rai, à ses débuts dans les années 60, l'accordéon était bien présent. Donc je voulais faire un clin d'œil à ces sonorités là mais aussi à ceux d'Oum Kaltoum dont je suis, véritable fana (sourire).

Est-ce que "l'accordéoniste du rai" te plait comme pseudo ? Car tel est ton surnom à partir d'aujourd'hui (sourire)
Vu que j'ai pas trop le choix on va dire que oui (rire)

Parles-nous un peu de "Mektab" ton dernier album ?
Pour anecdote "Mektab" est un titre datant de ma période lycéenne, c'était vers 2001 je crois. Au fait tout est parti de cette scène à laquelle j'avais assisté un jour en rentrant chez moi, une sorte de baston où au final un des gars lance à l'autre "dans la vie, on ne peut échapper à rien !" cette phrase m'avait tellement interpellé que j'y avais songé toute la nuit d'où le destin, le "Mektab".

En parlant de destin, qu'est ce que t'inspires le tien, celui du petit niçois qui devient "l'accordéoniste du Rai" (sourire)
Bien (sourire), espérons que ça soit un chemin en éternelle construction où joie du partage du même plaisir et bonheur soit proéminent.

Sur ton album tu t'attaques à la reprise de grands standards comme "la Foule" d' Edith Piaf. Est-ce là une forme de prise de risque volontaire ?
Pas vraiment ! Comme je dis toujours pour la chanson "la Foule", c'est elle qui m'a choisi et non moi. Je voulais sur mon disque un titre en français et celui-là c'est imposé à moi (sourire).

Penses-tu qu'Edith Piaf de son vivant aurait apprécié ta version ? (sourire)
Je pense plus qu'elle aurait été choquée (sourire).

En deux-trois mots que peut-on te souhaiter ? (sourire)
(sourire) Que le public marocain apprécie ma musique et qu'il fasse de plus en plus connaissance avec Tarik Lamirat, qu'il découvre qui il est et ce qu'il a à dire (sourire).

Pour conclure, un album en prévision ?
Oui. Il y en a bien un, ca sera du chaâbi marocain, mixé comme d'hab à de la salsa, et il sera prêt "inchallah" janvier prochain. Voilà! (sourire).


Interview réalisée par Hafraoui Majda.