Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Boualem Rahma

Boualem Rahma


Né le 24 avril 1941 au cœur de la Haute-Casbah d'Alger, Boualem Rahma, fils d'une modeste famille, a fait ses classes au sein du conservatoire municipal local, où il obtient un deuxième prix, et améliore ses connaissances auprès de grands maîtres comme El Hadj El Anka, Abdelkrim Dali ou cheikh Abderrahmane Belhocine .

A 15 ans, il passeà la radio mais, rattrapé par la guerre d'Algérie qui faisait rage, il est obligé d'accomplir divers métiers avantd'ouvrir, bien plus tard, une pâtisserie. Parallèlement, il n'oublie pas le chaâbi et, à 18 ans, il teste ses premières compositions.

El-Hamdou lilah Kitlaâ laâlam (Dieu Merci, le drapeau flotte) sera sa première création musicale. Emigré clandestin à Paris après l'indépendance, il se décide un jour, dans la cafêtte que tient le grand artiste Salah Saâdaoui, de chanter sa mère et l'exil, Adhili Belkheir ya Loumima, allait vite devenir un tube qui le propulse dans le gotha des super-stars du chaâbi.

Ce passionné de football, un sujet auquel il a consacré plusieurs chansons, tentera sa chance, juste après l'in-dépendance, en 1962, à Paris où s'est forgée la culture de l'exil. Se produisant dans un café que tenait le chanteur de l'émigration Salah Saâdaoui, il séduit par sa voix au timbre délicat.

C'est en France, en vivant dans des conditions difficiles, qu'il trouvera l'inspiration la plus forte de sa carrière en écrivant un titre émouvant, " Diîni Belkheir ", dédié à sa mère. Le succès est grandiose et permet à Boualem de rejoindre quelques uns de ses aînés sur le podium. En dehors d'une thématique sociale, Rahma a beaucoup chanté le " Medh " (louanges au Prophète Sidna Mohamed) et le style patriotique.