Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Festival international de la musique spirituelle

Festival international de la musique spirituelle

Le Festival international de la musique spirituelle, organisé par l'Association des supporters à la création musicale offre à des mélomanes avertis, un genre musical qui va de pair avec les spécificités du mois de Ramadan en tentant de revisiter le répertoire du chant soufi et de s'intéresser à l'héritage musical islamique qu'il soit tunisien ou arabe.

L'ASCM est née de la motivation d'une poignée d'hommes et de femmes épris de musique, soucieux de rehausser la qualité du paysage musical en Tunisie et d'aider au rayonnement de la culture tunisienne ici et ailleurs. Mais aussi, de favoriser les échanges ente et avec les artistes d'ici et d'ailleurs. Or, un tel objectif ne peut-être atteint qu'en aidant à l'émergence d'une génération de musiciens ayant bénéficié d'une formation la plus adéquate possible.


Pour atteindre ces objectifs, L'ASCM œuvre à travers trois festivals annuels : 

 La semaine de la musique instrumentale qui se déroule chaque année au mois de février à cheval entre la deuxième et la troisième semaine du mois. 

Le festival international du chant a capella qui se déroule la deuxième semaine du mois de mars. Le festival international de musique spirituelle qui a lieu pendant le mois de ramadan.

Voici le programme de la quatrième édition du Festival de Musique Spirituelle qui se déroulera du 16 au 23 septembre à l'Acropolium de Carthage:

Mardi 16 septembre: Troupe Founoun de musique arabe (Tunisie) - La troupe «Founoun » de Musique Arabe, constituée d'un groupe de professeurs de musique sous le direction du Professeur Aberazak Hihi, présente un programme regroupant les chansons religieuses tunisiennes et orientales, dont certaines peu connues, par le large public. Il s'agit d'un travail sur la mémoire et le répertoire musical arabe, spécialement conçu pour cette édition du festival.


Mercredi 17: Ahmed Jelmème (Tunisie) - Ahmed Jelmème n'est plus à présenter au public tunisien tant il domine le paysage du chant sacré par sa voix et sa maîtrise exceptionnelles et l'étendue de son répertoire.


Jeudi 18: Cheikh Achour Bahrawi - il s'inscrit dans la dernière lignée des grands maîtres égyptiens du chant religieux. Il consacre cette représentation à son maître spirituel Cheikh Mohamed El Fayoumi, représentant des œuvres illustrant le génie créateur des cheikhs Morsi Hariri et Sayed Makawi.


Jeudi 18: Karim Melliti - voix puissante rompu au répertoire classique arabe a déniché des daour oubliés de la mémoire collective qu'il s'appliquera à restituer et restaurer.
Vendredi 19: Miço Kendes (Kurdistan) - la voix qui coloprte la plainte et la complainte du peuple kurde dans son éternelle souffrance et démembrement.


Samedi 20: Zabit Nabizade (Azerbaïdjan) - Il vient d'être fêté par les rencontres de Bab El Med à Marseille. Jusque là méconnu du grand public, il s'est révélé comme le digne successeur de voix azerbaïdjanaises aussi célèbres qu' Alim Quassimov et Baba Misraev. Il se produit en trio associé à un kamenché et un tar azerbaïdjanais.


Dimanche 21: Darya Dadvar (Iran) - Une technique de chant époustouflante un grand moment du festival. 


Lundi 22: Hatem Ferchichi et son ensemble (Tunisie) avec la participation de Fathi Zghonda - Hatem Ferchichi qui a été révélé au public tunisien grâce à la précédente édition de ce festival, a mérité d'être convié pour une nouvelle soirée. Il est indéniablement une des grandes voix du chant sacré en Tunisie et un artiste qui œuvre avec sérieux et détermination, a crée un répertoire original.


Mardi 23: Stanbali Sidi Lasmar (Tunisie) - L'itinéraire de la traite des noirs avait fait de la Tunisie une plaque tournante de cette pratique. Le résidu culturel qui en est resté témoigne des liens qui unissent à la fois le stanbali aux sonorités africaines et Jazz. Ce concert en témoigne.