Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Les instruments de musique dans le monde arabe

Les instruments de musique dans le monde arabe

« dans tout l'islam, le seul mot pour désigner les instruments de musique est malâhî (plur. de mulhî), littéralement "les dissipateurs") ».

Les instruments les plus usités dans la musique arabe sont l'oud (عود), ancêtre du luth européen employé parfois comme basse mélodique ou rythmique dans les ensembles instrumentaux, et le nay, une flûte de roseau.

 

Les instruments à percussion les plus courants sont des tambours en forme de sabliers (comme la derbouka دربكة et des tambourins avec ou sans clochettes (daff ou târ).

 


Les noms et les formes des instruments varient en fonction de leur région d'origine. Des instruments à anche double, de différentes tailles, tels que le mijwiz au Liban et le mizmar en Égypte, sont utilisés lors de célébrations en plein air. Le rebab arabe, violon à pointe joué verticalement, peut être historiquement apparenté au violon européen, lui-même adopté dans de nombreuses régions arabes, notamment dans les orchestres arabo-andalous.


Parmi les autres instruments classiques figure le Qānun (قانون‎) - adopté dans l'Europe médiévale sous le nom de canon), cithare à 72 cordes métalliques.

La batterie est un instrument encore peu utilisé dans le monde arabe et particulièrement dans les régions du Maghreb. Le rythme est donné essentiellement par les percussions traditionnelles comme le bendir et les tarijas au Maghreb et le riqq, le def et la darbouka au Moyen-Orient. Pourtant, on trouve dans certaines musiques populaires comme le chaâbi et même parfois dans la musique classique, la présence de la batterie. Les éléments de la batterie (charleston, grosse caisse et caisse claire pour citer les plus importants) reprennent le rôle des percussions.