Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Mohamed Jamoussi

Mohamed Jamoussi

jam1.jpg

Mohamed Jamoussi (محمد الجموسي), (né le 12 juillet 1910 à Sfax - décédé le 3 janvier 1982 à Sfax) est un chanteur, compositeur, acteur et un brillant homme de lettres et de culture tunisien. Il est avec Hédi Jouini et Ali Riahi au panthéon de la chanson tunisienne et ses mélodies font régulièrement l’objet de reprises qui perpétueront son nom encore longtemps. Ennissa, Allah iayech ennissa (Que Dieu bénisse les femmes), c’est lui. Il fait partie de ces artistes convaincus que le rôle de l’art est de « montrer le chemin du bonheur où l’espoir existe ». Ses chansons qui chantent l’amour et la joie de vivre sont marquée au coin de cette philosophie. Il fait aussi partie de ces artistes qui ont forcé leur destin. Titulaire d’un certificat d’études en dessin industriel il commence par intégrer les équipes de la SNCFT avant de rencontrer Béchir Ressaïssi, fondateur de la première maison de disques tunisienne («Baidhaphone»)  qui l’emmène, en 1936, avec lui à Paris. Là, dans le Paris de l’entre-deux-guerres et celui du Front Populaire, où la chanson, l’opérette et le music-hall sont à leur apogée, là où il y a aussi, déjà une importante communauté maghrébine, il chante dans les cabarets puis à Radio Paris.

jamoussi.jpg

Biographie et évolution musicale

Né dans le giron d'une famille conservatrice, il effectue ses études primaires à l'école Kamoun[1]. Son certificat d'études primaires obtenu en 1926, il poursuit ses premières années d'études secondaires dans un collège de Sfax. Par la suite, il part pour Tunis suivre des études au lycée Émile-Loubet où il obtient un diplôme de mécanique et un certificat de dessin industriel. Il occupe alors un emploi dans la Société nationale des chemins de fer tunisiens en 1933. En ce temps-là, Jamoussi rêve de devenir artiste et d'aller se recueillir devant la tombe d'Alfred de Musset[1]. Il fait alors la rencontre Béchir Ressaïssi, fondateur de la première maison de disques tunisienne, qui lui propose de l'accompagner à Paris. Il y écrit et compose une chanson intitulée Biladi ya biladi mahlek ya biladi et s'inspire des grandes vedettes de la chanson européenne, Il liera d'amitié avec le chanteur marocain Houcine Slaoui. Après dix ans passé à Paris, il regagne la Tunisie en 1946[1] et compose pour ses collègues de la chanson comme Safia Chamia Ounchoudet Myriem (La chanson de Myriam) où il chante sept chansons composées par Ali Riahi[1] mais aussi pour des pièces théâtrales et des variétés télévisées. Au cinéma, il interprète le rôle principal du film.

jamoussi-copie-2.jpg

Quelques années plus tard, il occupe la fonction de directeur artistique de l'Opéra d'Alger, de 1948 à 1951, tout en poursuivant sa carrière de comédien dans Nahad avec Youssef Wahby, sorti au Caire le 24 avril 1952, ou encore Dhalamtou rouhi[1]. Il encadrera aussi la chanteuse Noura qui s'imposera très vite comme l'une des plus grandes chanteuses algériennes de l'époque. Avec la révolution de l'été 1952, il quitte l'Égypte et se rend en Europe où il joue dans des films italiens et indiens[1]. Après l'indépendance de la Tunisie, dans les années 60, il rentre au pays où ses apparitions publiques ne se font qu'à l'occasion des concerts officiels organisés le plus souvent par  Radio Sfax.

Durant sa vie de migration, sa poésie et ses chansons continuent de chanter l'amour, l'espoir et la joie de vivre. Il publie également deux recueils de poésie en français, Le jour et la nuit et L'aube, et ses mémoires où il évoque ses souvenirs avec les grands artistes arabes qu'il avait connus dont Mohammed Abdel Wahab et  Youssef Wahby[1].

En 2010, paraît une ouvrage intitulé  Mohammed Jammoussi : Une Vie pour l’Art, de Lassaad Kria (Editions Ennejma Ezzahra, 208 page + 69 illustrations, ISBN978-9973-36-028-1)

Publié dans le cadre de la célébration du centenaire de la naissance de Mohammed Jammoussi (1910-1982), ce livre, en langue arabe) propose la biographie la plus complète et la plus exhaustive à ce jour, de cet artiste pluriel ( chanteur, parolier, compositeur, joueur de oud , acteur et poète) qui a marqué l’histoire de la musique tunisienne contemporaine , avec une œuvre variée et empreinte de beaucoup d’originalité. En outre, ce livre présente pour la première fois aussi, une quantité importante de données factuelles et de documents, sur la parcours artistique de Jammoussi, pas seulement en tant que musicien, mais aussi en tant qu’acteur de cinéma, de producteur radio et télévision et d’homme de plume ; l’auteur, Dr. Lassaad Kria chercheur et musicologue, ne se contente pas de présenter ces données de première main qu’il a collectée avec beaucoup de patience , mais les soumet à une analyse rigoureuse. C’est ainsi que ce livre propose nombre d’éclairages et de contributions analytiques sur l’œuvre de M.Jammoussi ; (aspects de sa chanson, tendances et thématiques de ses chansons de Jammoussi. (prix 17 dt)

Disparu en 1982 à l’âge de 72 ans, il laisse un répertoire que le public reprend en choeur, toutes générations et toutes origines confondues.

Hommages à l'artiste

À Sfax, une rue et un complexe culturel portent son nom et, en 2000.

  • La Poste Tunisienne édite un timbre-poste d'une valeur de 1 dinar à son effigie.
  • Lassâad Zouari lui rend hommage Lors du festival international de Carthage 2010 en présentant une centaine de chansons que Jammoussi a produit tout le long de sa carrière dans les quatre pays où il a vécu : France (Paris), Algérie, Egypte et Tunisie.

محمد الجموسي هو فنان و ملحن تونسي ولد يوم 12 جويية 1910 في مدينة

صفاقس و توفي يوم

3 جانفي 1982 في صفاقس . حفظ القرآن الكريم ، وتعلم أصول ترتيل و انقطع عن الدراسة مؤثرا الموسيقى والغناء .

يعتبر الجموسي من رواد الموسيقى التونسية واشتهر بتلحين واداء كثير من الاغاني التي لا تزال متداولة إلى اليوم مثل (ريحة البلاد) و(تمشي بالسلامة) و(معلوم معلوم) و (ياريت الناس وخيان) أي اخوة و (في الشط ما أحلى خطوتها) و هي أول أغنية سجلها في العاصمة الفرنسية باريس. كما أن له مشاركات في بطولة أعمال سينمائية مصرية وفرنسية وايطالية . فشارك الممثل المصري يوسف وهبي في بداية الستينات مثل (ظلمت روحي) و(بنت الهوى) و(ناهد) إلى جانب انجازه لأعمال اوبرالية في فترة اقامته بالجزائر منها اوبيريت "فاطمة وحمادة" . بثت أعماله الفنية في عديد الاذاعات العالمية بلندن وباريس وموسكو والقاهرة . . فصدرت له مجموعة شعرية بعنوان «النهار والليل». 

 

Références pour cet article

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 1,4 1,5 1,6  Tahar Melligi, « Mohamed Jamoussi, le plus romantique des romantiques », La Presse de Tunisie, 30 juillet 2007

 

Liens internet