Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Safia Chamia

Safia Chamia

safia-chamia-2190-29471-6043291.jpg

Cherifa Chamia[1],  mieux connue par son nom d'artiste Safia Chamia (صفية الشامية), est une chanteuse tunisienne née le 3 janvier 1932 au Liban et décédée le 17 décembre 2004. Durant son long séjour à Paris, Safia Chamia a fait la connaissance de l'artiste Mohamed Jamoussi qui lui a écrit et composé les chansons. Mahla kadek, ya Kalbi ma zelt sghir, ache fi omrek ma yétlaoueh, et une opérette  intitulée Fatma ou Hamada.

Issue de l'union  d'un père algérien et d'une mère turque, elle fit ses premières études durant huit ans chez les sœurs. Elle  est découverte  par l'artiste Abderrahman El Khatib qui l'entend chanter à l'occasion de l'anniversaire de sa sœur aînée au Liban[1]. Il lui compose sa première chanson intitulée Haouel ya ghanem haouel. Prise en main par Halim Erroumi, elle arrive à Tunis en 1946 et sa voisine, qui l'entend souvent chanter, la présente à Mustapha Bouchoucha, chef du service musical de Radio Tunis, qui lui propose de prendre le nom de Safia, en mémoire d'une célèbre chanteuse turque[1],[2].

Surnommée Lohloubet El Masrah, elle passe de la troupe de Ali Riahi à celle dirigée par Kaddour Srarfi puis à celle fondée par son mari, Ahmed Sabbahi, violoniste de la troupe de Riahi[1]. C'est lui qui lui compose ses premiers tubes dont Sigarou, Kalouli asmar ou Bétalifoun touadna[1]. Elle passe plusieurs années à Paris où elle fait la connaissance de Mohamed Jamoussi qui lui écrit et compose des chansons dont Mahla kadek, qu'il chante avec elle en duo, et une opérette, Fatma wa Hamada, qui connaît un grand succès[2].

Elle monte également sur les planches du théâtre dans la troupe Al Kawkeb ettamthili après que Mohamed Lahbib, écrivain et homme de théâtre, lui ait proposé de s'associer à la troupe théâtrale dont il était le directeur artistique[1]. Elle joue alors dans Mejnoun Leïla et dans Antar wa Abla[2].

Décédée le 17 décembre 2004, elle est inhumée le 18 décembre au cimetière Sidi Yahia d'El Omrane à Tunis.

 

Références

abcdefg   Tahar Melligi, « Safia Chamia : une idole du public », La Presse de Tunisie, 26 novembre 2007

  1. abc  Ali Ouertani, « Safia Chamia n'est plus ! », La Presse de Tunisie, 18 décembre 2004
  2. Safia Chamia : "Kalouli asmar"