Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Salim Halali et la musique judéo-maghrébine

Salim Halali et la musique judéo-maghrébine

D’une prestance remarquable, il est décrit comme un cosmopolite, polyglotte, humaniste et universel qui brassait des fortunes, a fini ses jours dans l’anonymat et la déchéance. " Ya hasra aâla douk liyyam! "  "Moi, je suis d’un pays et d’une race étrange, je n’ai pas d’horizons, de frontières à mon cœur, le chant d’une guitare et puis mon âme change Je n’ai plus de parents Ici je n’ai que des frères et des sœurs de cœur…Mon pays c’est l’amour et j’aime avec outrance les enfants des faubourgs..."

 

salim-halali.jpg

Salim Hilali (né Shlomo ou Simon Halali le 30 juillet 1920 à Bône - décédé en juillet 2005 à Nice) est un interprète de musique de variétés. Il influencera des générations d'artistes judéo-arabes comme Sami El Maghribi. Il est l'auteur et interprète des célèbres chansons comme "Mahani Zine Ya Laamar", "Mine Al Barah Wa Lyoum", "Al Aïn Zarga", "Mounira Ya Mounira". Des chanteurs et des musiciens qui ont été formés à son école ont tous rejoint la RTM au début de l'indépendance et ont constitué la base de son orchestre. De grands artistes marocains, comme Hajja Hamdaouya, Omar Tantaoui, Latifa Amal et Saddika ont été formés par lui. Ses chansons font désormais partie du répertoire de la chanson populaire marocaine. Il chantait indifféremment en français, en espagnol, en dialectes marocains, tunisiens et algérien de l’est.

 

 

Biographie

Il nait le 30 juillet 1920 à Bône (Annaba), à la frontière algéro-tunisienne au sein d'une famille de boulangers Juifs, originaires de Souk Ahras qui est le berceau d'une des plus grandes tribus Chaouia, les Hilali. Son père est d’origine turque et sa mère (Chalbia) une judéo-berbère d’Algèrie.

En 1934, à 14 ans, il quitte sa famille pour traverser la Méditerranée et se rend à Marseille. A l’occasion de l’exposition universelle de 1937, il monte à Paris pour y débuter une carrière de chanteur de charme espagnol.

Sa rencontre avec Mohamed El Kamal (de son vrai nom: Mohamed Hamel) qui était comédien, chanteur, auteur et compositeur était décisive. Musicien de music-hall à Paris. Mohamed El Kamal figure parmi les premiers algériens à s'attaquer à la musique moderne. C'est lui qui a composé les premières chansons de Salim Halali comme Andaloussia, rit ezzine, arjâ lebladek etc...

Mahieddine Bachtarzi intègre le jeune Salim a troupe dite la "troupe Mahieddine" qui avait pour activités : le théâtre burlesque et la chanson de variétés.et participe à des tournées avec cette troupe. 

C’est à Paris que Salim Halali rencontre Mohammed Iguerbouchen, fondateur du Cabaret Al Jazair, rue de la Huchette, et génie de la musique, qui lui composa des morceaux à sa mesure. 

Son étoile ne cessa de briller depuis. Ses disques connaissent des ventes record et deviennent, dans l’effervescence des années 1940, "la coqueluche des radios d’Alger, Tunis, Rabat et Tanger qui passaient, en boucle, ses chansons…", se souvient Nina Banon, l’une des premières journalistes marocaines de radio Tanger.

En 1940, il échappe à la déportation nazie grâce à l’intervention de Si Kaddour Benghabrit, qui était Ministre plénipotentiaire au Maroc sous le protectorat et également nommé premier recteur de la grande mosquée de Paris qui lui délivre une attestation de conversion à l’Islam au nom de son père et fait graver le nom de ce dernier sur une tombe abandonnée du cimetière musulman de Bobigny !

Kaddour Benghabrit l’engage ensuite au café maure de la mosquée où il s’est produit en compagnie de grands artistes tels Ali Sriti et Ibrahim Salah ! Kaddour Benghabrit est certes un "Alem", docteur en foi, mais aussi un grand mélomane. En tant que  oudiste et violoniste, Mohammed V le désigna membre de la délégation marocaine au premier Congrès de la  musique arabe du Caire de 1932 qui furent des moments de rencontres fructueuses entre les spécialistes de divers horizons et  susciter des études comparatives à partir de différents répertoires et des publications d'enregistrements musicaux.

En 1947, il crée à Paris le cabaret oriental qui s'appelle Ismaïlia Folies dans un hôtel particulier qui appartenait à Ferdinand Lesseps (ingénieur du canal de Suez ), situé dans la prestigieuse avenue Montaigne. Ceux qui l’ont fréquenté se souviennent de ses folles soirées à clientèle huppée à l’instar d’un roi Farouk d’Égypte, de sa cour et des stars comme Mohammed Abdel Wahab et Oum Kalsoum. En 1948 il en crée le Sérail, rue Colisée.

Au sommet de sa carrière, il s'installe au Maroc en 1949, dans l’ancienne Médina de Casablanca, il se présente au Coq d’Or, un prestigieux music-hall oriental de l'ancienne médina et qui attirait de nombreux touristes à l'époque. "Le Coq d'Or" avec six salons décorés de draperies tissées d'or et de meubles Louis XV authentiques était l'un des plus somptueux cabarets du monde de l'époque où se sont produits avec des artistes prestigieux comme Mohamed Fouiteh, Hajja Hamdaouia, Maâti Belkacem, Line Monty, Blond Blond, Lili Boniche, Chafia Rochdi, Latifa Amal, Warda Al Jazairia, Raoul Journo...Des témoignages évoquent les paroles d'une chanson Et l'on m'appelle l'Oriental, et pourtant je ne fais pas de mal...[1]

Ce fut l’époque de la convivialité et de la symbiose judéo-arabe, évoquées avec nostalgie par Mohamed Maradji dans son livre "Salam Shalom", publié dans les années 1970. En ami, il sauvegarde la mémoire iconographique de l’artiste et possède, comme relique, l’une de ses fameuses darbouka.

Salim Halali ne quitte le Maroc qu’au début des années 1960 pour s’installer en France sur la Côte d’Azur.

En 1970, il se lance dans une carrière en France, investit dans de ruineux studios faisant venir les meilleurs musiciens du monde arabe, se produit à la salle Pleyel avant de se retirer, une deuxième fois, à Cannes pour se consacrer à sa passion d’antiquaire, de collectionneur de tapis persans, bibelots et autres objets d’art...

Au Maroc, bien qu’il ne passait plus à la radio, le souvenir de son séjour reste intact au fin fond de la mémoire de ceux qui l’ont fréquenté, aimé, écouté et Dieu sait s’ils sont nombreux.

Les témoignages évoquent son grand cœur, et sa générosité d'une grande largesse. Salim donnait tout ce qu’il possédait jusqu'à, ses vêtements et ses bijoux. Il gâtait ses musiciens et offrait, à chaque fête de l’Aïd el Kebir, un camion de moutons aux pauvres de l’ancienne Médina.

Une fois, il anima un gala au cabaret Rissani actuelle place d’armes, place Mohammed V à Casablanca.

Il débarqua avec quelques tableaux de valeurs qu’il mit en vente aux enchères. Un gros bonnet de la place fut le premier à lever la main pour la première toile annonçant le chiffre de cinq millions de centimes. La réplique de Salim, ses colères sont mémorables, fut cinglante. "Que dieu maudisse la religion de ta mère. Toi, fils d’un tel, propriétaire des sociétés X et Y, tu ne donnes que cinq millions ! Tu n’as pas honte ? Pour si B. ça sera vingt-cinq millions. Adjugé !". Il passa ainsi la soirée à plumer les bourgeois de Casablanca au profit du Croissant Rouge Marocain.

Une légende raconte que cheb Khaled est allé le voir, accompagné de son imprésario, pour lui acheter les droits de l’une de ses chansons. Il eut cette réponse, "Tu mets le prix que tu veux. Une fois fixé, tu le divises en deux. 50% pour les orphelins des musiciens algériens et le reste pour le centre où je finis mes jours. Moi je ne veux pas d’argent." Interloqué par une telle seigneuriale offre, à laquelle il ne s’attendait pas, le roi du Raï démontra sa générosité.

Une fois, Albert Kakon, son voisin de l’ancienne Médina et ancien client , devenu par la suite l’un de ses amis intimes, débarqua au Coq d’or vers vingt-trois heures pour s’y retrouver nez à nez avec un seul client ! Une soirée de perdue pour le prestigieux établissement. Salim, en colère, lança au personnel, "fermez la porte et n’ouvrez plus à personne, même pas au Pape. Ces messieurs sont mes invités". Il les rejoint à table et passèrent la nuit à siroter, à l’œil, du bon Whisky et à l’écouter, accompagné du luth, leur chanter ya lil ya aïn ...

Ainsi fut Salim Hilali : Un artiste total, esthète, décalé et hédoniste. Ce cosmopolite aux identités multiples, a fini ses jours, début juillet 2005, dans l’anonymat et l'indigence, dans un hospice de Vallouris près de Nice. 

Le chanteur algérien Akim El Sikameya, à la voix de haute contre, aussi puissante qu’ambiguë, lui rend régulièrement hommage.

http://www.souk-ahras.info/resources/SALIMHALLALI.jpg

Source

Liens internet