Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Qānun

Qānun


Le Qānun aussi transcrit kanun ou qanoun ou قانون‎ (adopté dans l'Europe médiévale sous le nom de canon) est un instrument de musique à corde d'origine arabe ou perse apparenté au psalterion antique. Il est utilisé dans la musique classique iranienne et orientale, la musique arabo-andalouse et dans la musique arabe moderne. Plusieurs civilisations en revendiquent la création: Turcs, Arabes, Perses… Cet instrument est trapézoïdal et l'étendue sonore couvre de trois octaves et demi à quatre octaves et demi. Instrument peu connu mais si harmonieux et symbole de la musique dite "orientale". Il a été "relooké" par les Turcs...et introduit dans les pays qui firent partie de l'Empire Ottoman....autour du bassin méditerranéen...

 


Mohamed Ali Triki


Caractéristiques 

La spécificité de l’instrument vient de la façon utilisée pour obtenir les demis et quarts de tons. Le joueur (Qanunji) doit pour ce faire manipuler des palettes métalliques se trouvant sur le flanc gauche de la boite sonore. Le tout se fait de la main gauche pendant que la main droite continue à jouer.


Accordement et disposition des cordes 

Les cordes du qanoun sont regroupées en groupes de trois, accordées à la même note. Les cordes d'un même groupe sont disposées de telle sorte qu'elles vibrent simultanément. Le joueur du Qanoun frappe d'un seul coup les trois cordes à l'aide d'une richa (faite de corne de bœuf ou de plume de rapace). Cette dernière est placée entre l'index du joueur et une bague (khatam ou kroustobena) que met ce dernier à cet effet.

Les groupes de trois cordes sont successivement accordés aux notes naturelles (commençant par un sol par convention). Pour apporter une altération aux notes (bémol, dièse, ou encore des altérations partielles: demi-bémol, demi-dièse), de minuscules éléments en cuivre sont relevés ou abaissés de manière à raccourcir ou rallonger la longueur de la corde. Ces éléments sont fixés sur le corps de l'instrument au niveau de l'extrémité gauche des cordes; leur distance respective étant méticuleusement fixée à l'aide d'un calibrage précis effectué lors de la fabrication.

 


Techniques de jeu 

C'est essentiellement la musique savante arabo-turque, les maqâms, qui est jouée sur cet instrument difficile, bien qu'il soit aussi utilisé dans la musique actuelle, pour les films notamment. Il peut se jouer en solo, ou accompagné d'une percussion (riqq ou daf) ou en accompagnant un chanteur ou un ensemble.

Le qanûn se joue en étant posé sur un support ou sur les genoux du qanûnji (joueur de qanûn) assis sur une chaise. Les cordes sont pincées avec l’index de chaque main ou à l'aide de plectres (mezrab fait de corne de bœuf, de plume de rapace, de métal ou de plastique) et fixés à l’index par une bague métallique, si bien quele qanûn est un instrument très riche en sonorités.

Pour pincer la corde, le pouce de la main droite doit être placée derrière ou sur la corde qui précède celle que l’on veut frapper. L’index est levé puis vient frapper la corde de façon à ce que le plectre la pince perpendiculairement en touchant les 3 cordes à la fois. Ces contraintes sont déroutantes et constituent une difficulté non négligeable pour les débutants.

Les mains ont un rôle bien spécialisé et pas toujours symétrique :

  • La main droite joue la mélodie. Elle attaque la corde juste avant le cadre des peaux de résonance ou au milieu.
  • La main gauche peut jouer :
    • La même mélodie que la main droite mais une octave en dessous et en attaquant les cordes soit au même moment, soit avec un léger décalage créant un effet syncopé.
    • Aide la main droite à jouer les passages rapides (sextolets, trilles, triples croches, etc.)
    • Un accompagnement de la mélodie jouée par la main droite : les notes de la main gauche sont souvent jouées en arpège et non simultanément.
    • Une ornementation : en jouant une note en haut ou en bas de la note jouée par la main droite, en jouant des effets glissando, vibrato ou d’étouffement.
    • Lève et abaisse les leviers pour les modulations.

Ornementations :

  • Trémolo à deux mains : les deux mains pincent successivement et rapidement la même note ou à une octave l’une de l’autre.
  • Trémolo de la main droite : le bas de la paume de la main droite est placée sur le chevalet avec l’index au dessus de la note jouée légèrement en oblique, et le poignet oscille pour frotter la corde par des aller-retour rapides et réguliers comme pour un oud.
  • Glissando : la main gauche est courbée de façon à ce que la bague soit au contact de la corde et le pouce vient s'appuyer sur l'index en exerçant une légère pression et la main glisse sur la corde juste après qu’elle soit jouée par la main droite.
  • Vibrato avec le levier : la main gauche lève et abaisse plusieurs fois et rapidement un levier pendant que la main droite joue cette note une ou plusieurs fois.
  • Vibrato avec l’ongle : l'ongle du pouce de la main gauche vient touché plusieurs fois la corde à l’endroit voulut pendant que la main droite joue cette note une ou plusieurs fois.
  • Pizzicato : les doigts de la main gauche et/ou droite à l’exception des indexs, pincent les cordes au milieu de l’instrument, l’une devant l’autre, comme quand on joue d’une harpe.
  • Harmonique : On pose légèrement un doigt en un endroit précis de la corde, sans appuyer, de manière à bloquer certains modes de vibration : en mettant le doigt au milieu de la corde, on ôte par exemple le mode fondamental, et on entend alors surtout le premier harmonique, une octave plus haut que la note obtenue sur cette corde à vide. Ces notes sont appelées des harmoniques et ont des sonorités assez flutées.
  • Étouffement : il y a trois façons d’étouffer la note :
    • L'ongle du pouce de la main gauche étouffe la corde jouée par la main droite.
    • L'auriculaire de la main droite exerce une pression plus ou moins importante selon l'effet désiré sur la corde que vient de jouer cette main.
    • La partie de l'avant bras près du poignet vient se poser sur les cordes pour les étouffer.

Célèbres joueurs du Qānun

  • Khalil Karadouman (turc)
  • Abd el fattah Al Mansi (égyptien)
  • Hicham Chami

Sujets connexes

  • Instrument de musique
  • Instrument à cordes
  • Instruments de la musique marocaine
  • Musique tunisienne
Récupérée de « http://www.wikimusique.net/index.php/Q%C4%81nun »