Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Guembri

Guembri

Le Guembri ou gambri gembré, gembri, guembri, gumbri est un instrument de musique principal des peuples Gnawa (Guinée en arabe). Les Gnawa sont originaires d'Afrique occidentale (Guinée, Mali, Soudan). Ils ont été amenés au Maroc en tant qu'esclaves et se sont ensuite métissés à la population locale et se sont formés en confrérie pour créer un culte original mélangeant des apports africains et berbères. L'instrument de musique principal chez les Gnawa qui animent la lila de derdeba, le rite de possession, se nomme le guembri. Cet instrument est joué par le maître musicien (le maâlem). Le maâlem est également le chanteur principal de la troupe. On trouve cet instrument principalement en Afrique du nord dans les pays du Maghreb où il a été apporté par les esclaves venant de Guinée. C'est un dérivé du N'Goni africain.


Aspect et matériaux

Il est composé la plupart du temps d'un manche rond parfois tourné et parfois polychrome qui s'enfonce dans une caisse de résonance monoxyle piriforme dont la table de résonance est faite avec une peau. Cette caisse d'environ 10 à 15 cm de long peut être aussi faite avec la carapace d'une tortue. C'est un instrument à cordes pincées dont les cordes originellement en boyau ont été progressivement remplacées par du fil à pêche. Il a en général 3 cordes tendues par des chevilles en bois taillées au canif ou grossièrement tournées. Le spectre musical est placé en basses fréquences.

Le bois utilisé peut être du noyer ou de l'acajou, et le citronnier, mais les anciens maîtres préfèrent le bois de peuplier qui donne une meilleure résonance. La caisse du guembri mesure soixante centimètres de long, vingt centimètres de large et quinze de profondeur. Elle est traversée par un manche d'environ un mètre. Les guembri qui servent à l'apprentissage sont appelés "aouicha" et sont plus petits. La caisse de résonance du gembri est recouverte par une peau de dromadaire séchée et tannée. La partie utilisée est le cou du dromadaire. C'est cette peau qui, frappée par la main droite du musicien en même temps que les cordes, donnera au guembri un son de percussion. Le guembri possède trois cordes. Deux cordes remontent jusqu'en haut du manche, celle du milieu s'arrête à la moitié du manche, elle est jouée à vide par le maâlem. Les cordes sont faites à partir des intestins d'un bouc bien gras pour qu'elles ne cassent pas au moment de la préparation. La confection de chaque corde du guembri demande un nombre précis d'intestins. Les intestins servant à fabriquer les cordes viennent toujours d'un animal sacrifié rituellement selon les usages des Gnawa. Un sistre métallique, la "sersèra", vient s'encastrer à l'extrémité du manche du guembri, il est mis en résonance par les mouvements de l'instrument et les vibrations des cordes.

Le guembri est apparenté au El ajouj de plus grosse taille appelé parfois lui aussi gambri qu'on trouve dans la musique extatique Gnaoua qui s'accompagne de Karkabet (castagnettes en métal) et d'un gros tambour. Il est joué par le Maâlem (le maître) pour guider la transe des adeptes, lors de rituels nocturnes appelés « lilas » mêlant la fête et l'action thérapeutique. Celle-ci est supposée permettre d'évacuer les divers maux dont souffre l'adepte concerné. Le El ajouj qui a aussi généralement trois cordes n'a pas de chevilles pour tendre ses cordes mais un procédé de liens en cuir semblables à ceux qu'on trouve sur la Kora de Côte d'Ivoire. La caisse de résonance a une forme plus rectangulaire avec les angles arrondis et peut mesurer jusqu'à 55 ou 60 cm de long et de 10 à 15 cm de large.