Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Rachid Gholam

Rachid Gholam

http://www.bozar.be/dbfiles/pfile/201101/prev_pfile120163_activity10829.jpg
Rachid Gholam (رشيد غلا) est un chanteur marocain né en 1972 à Casablanca. Il est connu pour ses beaux anachids (chants prophétiques dédiés au Prophète Sidna Mohamed) et sa participation dans de nombreuses vidéos islamiques.

Il est apprécié pour son  beau timbre de voix : une voix dans le style des musiques soufies dans un repèrtoire syrien du style "Qudud Halabiya" ou  Qudud d'Alep (Syrie) qui sont des chants religieux populaire qui se transmettent de génération en génération, sans savoir leurs origines. Ces chants religieux qui ont été chantées dans les rencontres de Dikhr (liturgie).

Biographie et évolution musicale

Originaire d'une famille meknassie établie à Casablanca, ses parents étaient tous deux musiciens (sa mère était une cheikhate réputée).

05012010260-1

Il a débuté sa carrière musicale au milieu des années 80, alors qu’il n’était qu’un adolescent. Avant de s'appeler Rachid Gholam, il s'appelait El Mutcho. Il voulait que sa voix ressemble à celle d'un chanteur du Moyen-Orient qui s'appelle Nazem El Ghazali. À l’époque, il se contentait de reprendre des standards de la musique arabe classique, notamment des chansons d’Oum Kalsoum et de Nazem El Ghazali.

Si Gholam n’est pas devenu une star de la chanson marocaine et n’a jamais foulé le sol des studios des deux chaînes marocaines, il eut quand même ses heures de gloire, s’assurant une notoriété qui dépassa même les frontières du pays. Sur RTM, il s'est produit deux ou trois pas plus. Ce qui prouve que le talent n'a pas besoin de télévision pour se faire de la pub. Les artistes quand ils sont un peu sur la touche, arrivent toujours à toucher le public.

 

Il s’illustra dans des manifestations artistiques à travers le monde arabe, se produisant notamment au Festival international de Carthage, en Tunisie, et à l’Opéra du Caire, en Égypte. Il a commencé avec l'école du Moyen-Orient. Aujourd'hui, ses chansons viennent des zaouiyas du Maroc, sa connaissance de l'islam, de sa pratique lui ont donné force et vigueur pour chanter comme il le fait.C'est d'autant plus une belle voix qu'il chante avec son cœur. C'est pour cela qu'il touche les gens.

 

 

Le chanteur est également le patron d’une société de production, baptisée Addoha et fondée en 1995, à travers laquelle il a édité près d’une dizaine d’albums. C’est justement quelques années plus tard qu’il rejoint Al Adl Wal Ihsane, abandonnant la chanson pour les incantations et autres “Amdah”. Il affirmait que cette reconversion l’avait beaucoup changé, en le sortant d’une “vie de débauche et de plaisirs faciles” vers une existence “plus sereine et plus stable”.

À cause des relations tendues entre le Pouvoir et le mouvement islamiste Al Adl wal Ihssane, Rachid Gholam était interdit de représentation publique au Maroc. Il ne lui restait plus qu’à se produire à l’étranger, surtout au Moyen-Orient…au grand dam des sécuritaires marocains, qui ne voyaient pas d’un bon œil ces déplacements à répétition.Il a son public et un simple bouche à oreille fait rameuter les foules...

Liens internes

Lien internet

 

Born in 1972 in Casablanca, Rachid Gholam started his artistic career in the middle of the 80s when he was still a teenager. At that time, he used to repeat Arabic classical and standard music such as Oum kalthoum's and Nazem Al Ghazali's. If Gholam has never been a Moroccan music star it is just because he had never sat foot on one of the two Moroccan channel studios. Though, he had his heydays at a given time even abroad. He took part in some artistic manifestations around the Arab world like in Carthage in Tunisia, and in the Opera of Cairo in Egypt.

The singer is also a boss of a company production called Addoha and founded in 1995 and where he had edited dozens of albums. Few years later, he joined Al Adl Wal Ihsan and left singing for conjurations and other "Amdah". He asserted that he had changed after this restructuring by getting out from "the life of dissoluteness and easy pleasures" and reaching "a safe and stable existence".

Because of the tense relationships between authorities and the Islamist movement Al Adl Wal Ihssane, Rachid Gholam was prevented from public presentations in the kingdom. He produced abroad, especially in the Middle East. .. He was watched out during his trips, for rehearsals, by Moroccan eyes. His relationships abroad and incomes were always a threat to them.