Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Rebab

Rebab

Selon les régions et les époques, le terme Rebab peut désigner plusieurs types d’instruments de musique utilisés dans le monde islamique : un luth à deux cordes, dont on trouve des représentations dans des œuvres fatimides, ou différents instruments à cordes frottées et archet comme celui-ci. La caractéristique de tous ces instruments est leur petit nombre de cordes : deux le plus souvent, parfois une seule. On trouve des mentions de Rebab dès le Xe siècle, chez al-Farabî notamment.

Le rabâb tel qu’on le connaît au Maghreb a été mis au point définitivement au XIIIe siècle. C’est un instrument à deux cordes dit « naviforme », en raison de la forme profonde de sa caisse de résonance, qui rappelle celle des coques de bateau. Son corps est en général taillé dans une seule pièce de bois, comme c’est le cas ici, et les ouïes prennent place sur les côtés de l’instrument. La table d’harmonie est en peau de chèvre et les cordes en boyau. Le manche est décoré de motifs géométriques et floraux, incrustés en nacre, ainsi que de deux rosaces ajourées, l’une en bois en forme d’étoile à six branches, l’autre en ivoire. L’archet est également incrusté de motifs géométriques en nacre et en bois précieux. Matériau onéreux, la nacre fut très en faveur au XVIe siècle dans le monde ottoman, souvent associée à l’écaille de tortue.

Rafik-El-Maai-3255.JPG

Le rebab (ou rabab, rbab, rebeb, rabâb) (mot d'origine arabe : رباب - rabāb) est un instrument de musique médiévale à cordes frottées. Certains y voient l'ancêtre du violon, mais ce n'est pas le cas.

Certains y voient l'ancêtre du violon, mais ce n'est pas le cas. Il fut probablement importé d'Irak entre le XIIIe et le XIVe en Europe par les Arabes en Espagne mauresque. Instrument puissant, il est reconnaissable au sein de l'ensemble. C'est un instrument à cordes frottées monoxyle, c'est-à-dire qu'il est creusé dans une seule masse de bois. 

Doté d'une caisse de résonance piriforme et au dos bombé, sa taille peut varier. En plus d'une table d'harmonie percée de deux ouïes, il est monté de deux, trois ou quatre cordes en boyau. Posé sur la poitrine ou sur les genoux, les cordes étaient frottées avec un archet. Accordé par quarte et/ou quinte, ce sont plutôt les ménestrels et les jongleurs qui en firent usage pendant le Moyen Âge.

Il est souvent confondu avec les premières vielles à archet (elles aussi piriformes) qui sont fréquemment représentées dans la sculpture romane. Le bois de l'instrument peut être en bois de noyer, citronnier, cèdre, acajou, thuya ou encore en abricotier.  Le rebab se joue généralement assis, en position verticale dans les orchestres arabo-andalous.


La tessiture de cet instrument de musique est  dans le registre ténor et le son proche de la voix humaine. . L'instrumentiste frotte les cordes avec l'archet tout en bloquant les cordes de la main droite pour produire les différentes notes. 

De nos jours, il est uniquement employé au Maghreb dans les orchestres de musique classique, et a tendance à être remplacé par le violon au son plus clair.
 

Photo018.jpg
Houssine Alaoui Chrirfi

Photo-Maghreb-2586-1.JPG
n1631078844_114995_7372.jpg
Rebab tunisien bicorde de Arbi Firas
Bibliographie

Le Maroc : 5000 ans de culture, cat. exp., Amsterdam, 2004, Nieuwe Kerk, p. 135.

Homo-Lechner, C., Rault, C., Instruments de musique du Maroc et d’al-Andalus, cat. exp. Royaumont, Paris, 1999, Fondation Royaumont, CERIMM.

Poché, C., et al., « rabâb », in The New Grove, dictionary of Musical Instruments, Londres,  1984, Macmillan Press, New-York, 1984, Grove’s dictionaries of music, 3.

Triki, H., « Culture et Arts aux 11e et 12e siècle », in Mémorial du Maroc, Rabat, 1983, t. II, p. 242-251.

Rebab according to Encyclopædia Britannica 1911

 

rebab marquete 1