Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Aïssâwa

Aïssâwa

Des confréries religieuses, il en existe beaucoup au Maroc, mais les Aissaoua figurent parmi l'une des plus importantes dans le monde arabo-musulman et plus spécialement au Maroc où elle reste très populaire.  La confrérie des Aïssâwas (الطريقة العيساوية) est un ordre mystico religieux fondé à Meknès au Maroc par Muhammad Ben Aïssâ (1465-1526 - 882-933 H.), surnommé le « Maître Parfait » (Chaykh al-Kâmil). Les termes Aïssâwiyya (Isâwiyya) et Aïssâwa (Isâwa), issus du nom du fondateur, désignent respectivement la confrérie (tariqa, litt. « voie ») et ses disciples (fuqarâ, sing. fakir, litt. « pauvre »).

À l’origine clairement orthodoxe, la confrérie des Aïssâwa est devenu un phénomène social complexe, à mi-chemin entre le sacré et le profane, du domaine privé et public et des cultures savantes et populaires.

Les Aïssâwas sont célèbres dans le monde arabe pour leur musique spirituelle caractérisée par l'utilisation du hautbois ghaita (syn. mizmar, zurna), de chants collectifs d'hymnes religieux accompagnés par un orchestre de percussions utilisant des éléments de polyrythmie. Leur complexe cérémonie rituelle, qui met en scène des danses symboliques amenant les participants à la transe, se déroule d’une part dans la sphère privée au cours de soirées domestiques organisées à la demande de particuliers (les lîla-s), et, d’autre part, dans la sphère publique lors des célébrations des fêtes patronales (les moussem-s, qui sont aussi des pèlerinages) et des festivités touristiques (spectacles folkloriques) ou religieuses (Ramadan, mawlid ou naissance du Prophète) organisées par les États marocains et algériens.

Les Aïssâwa considèrent leur répertoire de poésies (qasâ`id) comme un « signe distinctif » original et exclusif, inconnus des autres ordres religieux et même de la zâwiya-mère de Meknès.

D’après eux, c’est sous l’impulsion des poètes du malhoun que la pratique des chants spirituels fut peu à peu introduit dans le rituel, vers la fin du 17ème siècle. Chantées en idiome local ou en arabe classique, ces chants sont soutenus par un accompagnement instrumental (joué par cinq ta’rîja-s, la tassa, la tâbla et un bendir) discret et chaloupé en deux temps appelé hadârî.
Les thèmes des poésies chantées par les Aïssâwa sont les louanges à Dieu, au Prophète, au fondateur de la confrérie et à tous les saints (walî-s) de l’Islam. 

Le « récitant du dhikr » (dhekkâr), les musiciens expérimentés et le muqaddem se succèdent un à un pour chanter ces longs vers en soliste lors de la lunassa (« se tenir compagnie »). La structure des poésies est composée de vers en rimes et du refrain, appelé la « lance » (harb, qui est aussi le titre de la chanson), reprise en chœur par la « chorale » des musiciens (le terme français « chorale » semble se substituer au mot arabe de raddada, « répétiteur »).

 


Disposition classique d'une troupe de musiciens 

Malgré leur musique particulièrement roborative, les Aïssâwa ne bénéficient pas du même engouement que les gnaoua auprès du public occidental. Cependant, comme les gnaoua et les Hamadcha - auxquels on les confond sans cesse - les Aïssâwa ont toujours été décriés et localisés au plus bas de la hiérarchie confrérique. Deux raisons principales à cela :

  • 1ère raison : la confrérie des Aïssâwa possède dans son rituel cérémoniel des éléments non islamiques apparus au fil des siècles, tels que l’exorcisme et les danses de transe.
  • 2ème raison : les disciples Aïssâwî furent recrutés traditionnellement parmi les populations paysannes du Maghreb, ou défavorisées et marginalisées des grands centres urbains. Dans un Maghreb traversé par une modernité conservatrice (l’islamisme politique) et une grave crise économique, il est aisé de comprendre que cette confrérie cristallise les tensions et les contradictions de la société en raison de l’image stigmatisante que l’opinion majoritaire lui renvoie.


Le fondateur de l’ordre
La question des filiations historiques est délicate. On admet généralement l'existence de trois confréries mères surgies au Proche-Orient aux XIIe et XIIIe siècles : la Qadiriyya, la Rifa‘iyya et la Suhrawardiyya. Postérieure à ces dernières, la Shadiliyya serait la première née au Maghreb et "...de nombreuses confréries dérivent d’elle, telles que, parmi les plus connues, les Isawiyya (ou Aîssâoûa)..., les Wazzaniyya (Maroc, XVIIe siècle) et l’éphémère confrérie ’Alawiyya, qui, fondée en 1920 à Mostaganem, eut quelque succès durant l’époque coloniale auprès de certains Européens."
 
Le fondateur de la confrérie des Aïssâwa reste un personnage quelque peu énigmatique dont la généalogie est toujours sujette à controverse. Son hagiographie nous envoie l'image d'un maître soufi et ascète légendaire d'une influence spirituelle considérable. Son mausolée est aujourd’hui dans la zaouïa qu’il fit bâtir de son vivant à Meknès, sainte demeure où se recueillent encore aujourd’hui plusieurs dizaines de fidèles au quotidien. Muhammad ben Aïssâ fut initié au soufisme par trois maîtres de la tariqa Chadhiliyya / Jazûliyya : il s’agit de ‘Abbâs Ahmad al-Hâritî (Meknès), Muhammad ‘Abd al-‘Azîz at-Tabbâ’ (Marrakech) et Muhammad as-Saghîr as-Sahlî (Fès).
33576_158688030830778_100000687454407_314623_5220753_n.jpg
La doctrine spirituelle
Au niveau doctrinal, l’enseignement spirituel des Aïssâwa s’inscrit dans la tradition mystique qui lui est historiquement antérieure, la tariqa Chadhiliyya / Jazûliyya. Sans entrer dans les détails, cet enseignement religieux, apparu au 15ème siècle à Marrakech, est la méthode mystique la plus orthodoxe apparue au Maghreb. Les disciples Aïssâwî sont tenus de respecter les recommandations de leur fondateur : suivre l’islam sunnite tout en pratiquant des litanies surérogatoires vocales comme la longue prière connue sous le nom de « Gloire à l’Eternel » (al-hizb Subhân al-Dâ`im). La méthode Aïssâwa originelle ne fait pas mention de pratiques rituelles extatiques (musiques, les danses et les chants).
 
La zaouïa-mère de Meknès
Fondée à Meknès par Muhammad ben Aïssâ à la fin du 15ème siècle, la zaouïa-mère a été totalement rebâtie trois siècles plus tard par le sultan Moulay Muhammad ben ‘Abdallah. Rénovée de façon régulière par le Ministère des Habous et des Affaires Islamiques et entretenue par les services municipaux, la demeure est dotée d’une envergure nationale et transnationale. La zaouïa-mère est ouverte au public tous les jours de l’année du levé au couché du soleil. Elle abrite aujourd’hui trois principaux tombeaux : celui du Chaykh al-Kâmil, celui de son disciple favori Abû ar-Rawâyil et celui du fils supposé du fondateur, Aïssâ al-Mehdi.
 
Implantation géographique
La confrérie des Aïssâwa est toujours active aujourd’hui et son essaimage transnational débuta au 18ème siècle. Outre le Maroc, la confrérie est présente sous une forme institutionnelle en Algérie, en Tunisie, en Libye, en Egypte, en Syrie et en Irak. De nombreux disciples vivent de façon isolée en France, Belgique, Italie, Espagne, aux Pays Bas, aux USA et au Canada.
 

73828_102071003195551_100001779550113_15433_7635788_n.jpg