Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Ahmed Wahby

Ahmed Wahby

Ahmed Wahby de son vrai nom Ahmed Driche Tedjini (né à Marseille en 1921 et mort à oran en 1993) est un chanteur, compositeur et oudiste de raï algérien. Il fut l'un des pionnier de ce genre musical avec Blaoui El Houari. On le désigne aussi comme un maître du "gharbi", un genre typiquement oranais. Il était doté d'une voix de velours, majestueusement grave.

Ahmed Wahby a réussi tout au long de sa carrière le pari de l’équilibre entre mélodies orientales et l'expression des poésies d’essence bédouine. Auteur de plusieurs de ses chansons, il fera appel à d'autres poètes pour des textes authentiquement oranais. C'est ainsi qu'il sollicitera le poète Abdelkader Khaldi - l'auteur de Bakhta qui eut une grande influence sur la chanson oranaise - ou encore certains maîtres de la poésie populaire comme Mostefa Benbrahim, Cheîkh Saïd ou Cheîkh Benkablia.

L'essentiel de son œuvre se fera dans l'exil puisqu'il vécut à Paris de 1947 à 1957 avant de rejoindre Tunis où il fonde la troupe musicale du FLN. Période où il mène une activité de propagande pour la cause nationale. Résidant à Oran depuis l'indépendance, il ne quittera cette ville qu'à deux reprises : de 1965 à 1967 en séjournant à Paris puis de 1969 à 1971 pour le Maroc. De retour à Oran, il prendra la direction musicale du Théâtre Régional d'Oran.

Ahmed wahbi


Biographie et évolution musicale

Ce grand maitre de la chanson oranaise, né à Marseille d'une mère Italo-Française et d'un père Algérien, chanteur Dader qu'il ne connut jamais et qui fut membre du groupe S'hab El Baroud ou Banda Zahouaniya.

Ahmed est orphelin, à l’âge de quatre mois et élevé, dans le quartier « M’dina Jdida », par ses grands-parents et sa sœur aînée.

C'est à à travers le scoutisme en 1937 (Il appartiendra à la troupe de scouts musulmans d'Oran - En-Najah avec Hamou Boutlélis et Kada Mazouni) qu'il se lance dans sa vocation de chanteur.

Mobilisé sur les fronts de Tunisie, du Rhin et du Danube lors du second conflit mondial, il profite d’une permission qui lui est octroyèe en 1942, pour se produire à l’Opéra d’Oran, avec l’orchestre dirigé par Blaoui El Houari (né en 1926 à Oran).

Il vécut à Paris de 1947 à 1957, pour s'établir ensuite à Tunis où il fonde la troupe musicale du FLN. Période où il mène une activité de propagande pour la cause nationale.

Il s'établit à Oran depuis l'indépendance de l'Algérie. Il séjournera dans dans cette ville avec deux interruptions : de 1965 à 1967, il s'établit à Paris, ensuite de 1969 à 1971 au Maroc.

En 1950, il enregistre chez Pathé-Marconi sa chanson phare sur le thème de l'exil qui le consacre dans la tradition algérienne : Wahran Wahran. Chanson où il évoque son père Dader : tu pars en pure perte/Les gens valeureux t'ont quitté/Mais l'exil est dur et traître chez Pathé-Marconi. Ce titre phare est repris plus tard par Cheb Khaled.

Les gens de la poudre mes souvenir vont vers eux

Pingui était leur chef

Je me souviens de Dader, le plus brave d'entre eux

Le groupe de Shab el baroud était connu pour sa rivalité avec une autre bande de musiciens composé de Noirs du quartier Sidi Blal (de Bilal, premier Noir musulman et compagnon du prophète). On chantait au sujet de cette dernière :

Darouli chara

El qawm el ghedara

'ala Bellili

bghaou yaqatlouni

Ils m'ont pris pour cible

La gente des traîtres

A cause de Bellili

Ils ont voulu me tuer.

Le Bellili en question, de son vrai nom Chikh jouait de la flûte. Il y avait des musiciens ambulants qui se produisaient sur des esplanades où se commerçaient denrées et histoire légendaires. A Oran, le lieu dit Ed-dara (actuel Palais des Sports) connaissait des halka (station en cercle) où jouaient de nombreuse structures musicales.

A Oran, le cheikh Ahmed Wahby assumera la direction musicale du Théâtre Régional de sa ville.

Accusant de sérieux problèmes de santé, il est contraint au fil des ans de réduire son activité musicale et meurt à Alger en 1993 dans une quasi-indifférence le 29 octobre 1993.

En 2007, on apprend par le journal El Watan qu' un conservatoire de musique portera le nom de Ahmed Wahby à Oran.

9c2-ahmed-wahbi.jpg 

Voir aussi

Lien internet