Le oud, parfois appelé luth oriental (عود), est un instrument de musique à cordes pincées ancêtre du luth européen très répandu principalement dans les pays arabes, en Turquie, en Grèce et en Arménie. Son nom provient de l'arabe al-oud (le bois), peu à peu transformé en Europe en laute, alaude, laud, liuto, outi ou encore luth. On l'appelle parfois le sultan des instruments car c'est certainement l’instrument le plus connu et le plus apprécié du Moyen-Orient. Adulé par les enseignants et les compositeurs, ce luth à manche court joue un peu le même rôle dans les musiques arabes que le piano ou la guitare en Europe.

Majdouline Bensehir


Cet instrument de musique médiéval incarne la convergence acoustique de l’Asie, de l’Europe et de l’Afrique qui forment la circonférence irrégulière de la Méditerranée.

 Description et sonorité

La caisse piriforme (en forme de demi-poire dont les rondeurs ont souvent inspiré les poètes qui l'ont doté d'une poitrine, d'un cou, d'une tête...)  et finement marqueté, en bois de noyer ou d'érable, doté d'une table d'harmonie percée d'ouvertures en rosaces que les poètes ont comparées à. des yeux. Instrument soliste, il est aussi employé comme basse mélodique ou rythmique dans les ensembles instrumentaux. C'est un un instrument de faible puissance sonore permettant de donner, en peu de notes, une forte couleur orientale à n'importe quelle musique.

 

De l'origine du luth

Le luth naît en Babylonie comme celui qui a été découvert comme nous le montre  un bas relief du temple d'Hammourabi. Présent chez les assyriens, l'instrument apparaît en Égypte où on le retrouve dans la tombe d'Harmosis (1500 avant J-C). Pendant la première civilisation pharaonienne, les Egyptiens ont utilisé le luth pour leurs cérémonies religieuses et pour leurs fêtes avec d'autres instruments antiques tels que harpe et cithare. (source)

Des instruments similaires au oud sont apparus dans d'autres civilisations, par exemple sous les dynasties chinoises des Tang (618-907) et des Wei du Nord (386-534), le p'i-p'a. Ce dernier, considéré comme instrument principal, était utilisé, aussi bien pour l'accompagnement des chansons que pour les compositions mélodiques en compagnie du Kin chinois et de la cithare qui comptait à l'époque une vingtaine de cordes. L'empire hindou avait inventé vers la même époque beaucoup de variantes de luths, dont le plus réputé fut la vinâ datant de plus 2000 ans avant J.C., son manche abrite sous les frettes des cordes sympathiques. À la même époque, la civilisation grecque honorait le grand philosophe Apilar, considéré comme un luthiste très talentueux.
 

http://img.over-blog.com/500x666/1/50/59/42/festval/P1090734.jpg

Wahid Triki

 

http://img.over-blog.com/600x400/1/50/59/42/chanteurs/chanteur-3/28356_427209983419_111547373419_5453417_3024241_n.jpg

Hamdi Makhlouf, oudiste, compositeur et musicologue de renom

 

AZIZ.jpg

Aziz El Bouzzaoui

Le monde arabe

L'expansion de la civilisation syrienne a propagé l'artisanat de la facture du luth de l'Asie au Moyen-Orient et par suite à tous les pays arabes, faisant de tous ces pays le berceau historique du luth oriental  appelé « 'Ud ». Ce dernier, rénové par Zalzal Mansour - demi frère de Ishaq al-Mowsili, le fils de Ibrahim Mawsili (743-806), qui fonda un conservatoire - vraisemblablement le premier du Proche-Orient - destiné principalement à la formation des esclaves-chanteuses (qayna) considéré par les historiens de la musique comme le "père du classicisme musical musulman". Notons que ces  al-Mawsili de Mossoul furent les artisans de l'âge d'or de l'époque abbasside. Plus tard, Hammad, fils de Ishaq poursuivra, il est vrai avec moins de génie, l'œuvre de ses illustres prédécesseurs. - possède un manche séparé comme l'instrument actuel (le manche et la caisse de l'ancien luth, ou al-birbat, étaient d'une seule pièce). L'apparition de la culture musulmane fit de Médine un lieu de rencontre de tous les musiciens et luthiers. C'est un des instruments les plus caractéristiques de la musique arabo-andalouse.

L'Espagne

L'instrument a voyagé, jusqu'en Europe en transitant par l'Andalousie grâce au luthiste Ziryab (décédé vers 852). À cette époque l'Andalousie sous occupation mauresque était devenue la cité de la musique arabe. L'oud prend définitivement sa forme actuelle au début du IXe siècle, (la chanson de Roland par exemple fut jouée sur un luth arabe).

 

http://a6.idata.over-blog.com/320x240/1/50/59/42/said-el-Maghrebi/said-el-maghribi.jpg

Saïd El Maghrebi

Oudistes célèbres

Les XIX et XXe Siècles connaissent de nombreux luthistes talentueux (udistes) solistes tels que:

  • Mohamed abd Arahim el Masloub (Égypte)
  • Abdou el Hamouli (1845 - 1900) (Égypte)
  • Mohamed Otman (1855 – 1900) (Égypte)
  • Salama Hijazi (1852 – 1917 (Égypte)
  • Sayyed Darwish (1892 – 1923) (Égypte)
  • Zakaria Ahmed (1880 – 1961) (Égypte)
  • Le maître du luth égyptien est à cette époque le prince Farid El Atrache (1910 – 1975).
  • Le luthiste turc Chirif Mohyi Iddin Haydar est né à Istamboul. Chassé de son pays par le régime politique régnant à son époque, il s'installa en Iraq. Fondateur de l'école de luth à Bardad.
  • Son élève Mounir Bachir (1930-1997) (Irak) procède à une transformation révolutionnaire du Oud irakien en faisant passer le nombre de cordes de 7 à 8
  • Jamil Bachir, né à Mossoul (Irak) en 1921 est le frère de Munir Bashir. Son père, qui était chanteur, joueur et fabricant d'oud, a commencé à lui enseigner l'oud à l'âge de six ans. Quand l'institut irakien de musique s'est ouvert en 1936, Jamil s'est inscrit pour apprendre l'oud avec Sherif Muheddin Haydar et le violon avec Sando Alio. Il a fini ses études d'oud en 1943 et celles de violon en 1946, recevant un diplôme avec les honneurs dans des les deux instruments, puis a travaillé à l'institut en tant que professeur d'oud et de violon. En même temps il est devenu le chef de l'orchestre puis du département musique de la radio de Bagdad. Il a également écrit une méthode d'oud en deux volumes. Jamil Bashir était également un bon chanteur, mais il n'a pas continué de chanter, préférant l'oud. Il est mort à Londres le 24 septembre 1977.
  • Hamza El Din (1929 - 2006) (Égypte)
  • Said Chraybi (1952 - ) (Maroc)
  • Ahmed El Bidaoui (Maroc)
  • Aziz Daouni (1970 - ) (Maroc)
  • Azzouz El Houri (Maroc)
  • Driss El Maloumi (1970 - ) (Maroc)
  • En 2004, le syrien Khaled Al Jaramani enregistre l'album Interzone avec le guitariste français de rock Serge Teyssot-Gay.
  • Le libanais Marcel Khalifé, aujourd'hui ambassadeur de l'UNESCO.
  • Le oud a même fait une entrée remarquée dans le jazz et la musique improvisée avec des créateurs comme Anouar Brahem, Rabih Abou-Khalil, Dhafer Youssef ou Camel Zekri.
  • Mohamed Rouicha, spécialiste du Loutar, instrument marocain apparenté au oud.
  • Rabih Abou-Khalil 
  • Ahmed Hamza

Accordage

Il est possible d' accorder un Oud de nombreuses façons différentes. Tous ces accordages sont écrits de la corde la plus grave/simple à la plus aigue (ils sont copiés des sites suivants: Lark in the morning [1] et Oud Cafe [2]).

Accordages Arabes 


  • Sol La Re Sol Do Fa, c'est l'accordage le plus utilisé.
  • Re Sol La Re Sol Do
  • Do Fa La Re Sol Do
  • Do Mi La Re Sol Do
  • Fa La Re Sol Do Fa
Accordages Turcs et Cümbüş 

  • Ancien accordage Turc ckassique: La Re Mi La Re Sol
  • Nouvel accordage Turc classique: Fa# Si Mi La Re Sol
  • Accordage Turc/Arménien: Mi La Si Mi La Re
  • Accordage Turc/Arménien: Do# Fa# Si Mi La Re
  • Accordage Cümbüş: Re Mi La Re Sol Do

 

Liens internet

Tag(s) : #Instruments de musique
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog