saberregai.jpg

Saber Rebaï صابر الرباعي, (né le 13 mars 1978 à Sfax) est un chanteur et compositeur tunisien de jeel music. Il vit et travaille actuellement au Liban et effectue des tournées partout dans le monde : pays arabes (dont une tournée en Palestine), Europe, Amérique, Australie ou encore Corée du Sud.

Il se produit également dans les plus prestigieuses salles, comme l'Olympia à Paris, au théâtre de Carthage et à la salle de l'Opéra du Caire. Il est toujours singulier et ambitieux, capable par sa présence et sa voix de symboliser la magie de toutes les émotions humaines à travers les plus belles des mélodies. Habitué des plus grandes scènes, cet artiste tunisien est capable de drainer un public record à chacune de ses représentations. 

« Ma musique, insiste-t-il, n'est pas extraterrestre, ni archaïque, ni futuriste, mais elle contient une petite virgule de l'époque. C'est l'ancien mélangé à l'air du temps. ». À preuve : son tube « Sidi Mansour » (issu d'une musique traditionnelle d'une confrérie soufies de son pays), ou l'album "Athada el alem" qui figurent en tête des meilleures ventes discographiques. Il est devenu au cours de sa carrière musicale, la coqueluche du public tunisien. Saber Rebaï s'inspire également du Mezzoued.


saber.jpg 

 

Biographie et évolution musicale

Né dans une famille de musiciens, son père jouait du oud et son frère était chanteur, Saber Rebaï a commencé à chanter et à jouer du oud et du violon alors qu'il n'avait que 12 ans.

A dix sept ans, passionné de Mohammed Abdelwahab, Abdel Halim Hafez, Wadi' as Safi, il devient chanteur professionnel. Très tôt la qualité de sa voix est appréciée par les grands chanteurs, paroliers et compositeurs de la chanson arabe et il passe de sa Tunisie natale au Liban à l'Égypte et aux pays du Golfe. Il y récolte d'innombrables succès.

L'alchimie d'une rencontre entre un art assumé et un public vibrant se renouvellera désormais à chaque occasion et sur tous les continents : Saber Rebaï n'est pas la coqueluche d'un moment, le chanteur d'un tube, il est une valeur sûre, une voix que l'on retrouve avec délectation, qui vous fait éprouver tout l'arc en ciel des émotions, sans mièvrerie, sans dramatisation, avec cette merveilleuse aisance aérienne qui caractérise un répertoire à la saveur jamais démentie.

Du premier jour, le talent est là, indéniable et fracassant. Mais Saber Rebaï, qui ne s'endort jamais sur ses lauriers, va s'adonner totalement à sa passion avec foi et courage, en optant pour les chemins difficiles de l'art et du savoir, hors les voies faciles auxquelles la plupart des vedettes de sa génération ont succombé sous nos cieux, en enchaînant les engagements sans plan de carrière, sans gestion d'image, sans surtout, gestion de la qualité du répertoire. Après un Baccalauréat général, il entreprend naturellement des études universitaires de musicologie : la culture et la connaissance sont pour lui des voies royales à emprunter pour donner toute la mesure de ses capacités. Non content de chanter divinement, il veut apprendre, encore et toujours ; il veut composer et interpréter ; il veut exprimer un univers qu'il porte et qui est fait de l'étoffe arachnéenne des rêves.

saber1.jpg

 

Saber Rebaï a composé la musique de plusieurs de ses chansons dont Kelma qui a connu un immense succès et il a été sacré, par la presse arabe super star de la chanson arabe.

Son album Hayyarouni a été très bien accueilli et le producteur jordanien Hussein Daeibiss a produit les vidéo-clips de deux de ses chansons Hayyarouni et Atazakkarak. Ses deux chansons Sidi Mansour et Ez al habayeb font, pendant plusieurs mois, les meilleurs ventes de la chanson arabe et son dernier album paru en 2001 Khalass tarek est une grande réussite.

Saber Rebaï, après avoir sillonné le monde arabe a entrepris des tournées aux États-Unis, au Canada, en Australie, en Corée et en Europe, récoltant distinctions et prix.

Le 7 février 2006, il se présente à l'Olympia de Paris, où était présente une foule en délire, salle comble, youyous stridents,... jeunes filles et garçons en transe, dansant à cœur éperdu séduits par sa capacité à interpréter les répertoires de Hédi Jouini et Ali Riahi.

Son frère, Tarek Rebaï, est le directeur du bureau tunisien de Rotana :  Phonie.

En 2009, il est désigné par l’UNICEF comme ambassadeur de bonne volonté des pays du Maghreb. De grandes vedettes du cinéma, de la chanson tels que Hssine Fahmi, Douraied Laham, Ragheb Alama... ont porté ce titre et ont contribué à mettre en place des actions droits de l’enfant partout dans le monde en organisant des œuvres caritatives.

 

saber22.jpg

Prix

Il reçoit plusieurs prix et récompenses pour ne citer que :

  • le titre de meilleur chanteur arabe (Beyrouth, 2004)
  • le Prix présidentiel pour la meilleure œuvre culturelle en Tunisie (27 mai 2003)
  • le Prix du microphone d'or (Le Caire, 1997)
  • le Prix de la critique au Festival de la chanson tunisienne (1996)


Albums

  • Athada el alem
  • Bibassata
  • Sidi Mansour
  • Share' Elgharam
  • Ajmal nesaa aldounia
  • Hayarouni
  • Yelli Jamalek
  • Khals tharek
  • El Ghorba (juillet 2007) 


Liens internet

Tag(s) : #Musiques tunisiennes
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog