Warda al-Jazairia (وردة الجزائرية, La rose algérienne) connue sur son prénom Warda (وردة ) est une chanteuse algérienne née le 22 juillet 1940 à Puteaux en France.

Avec plus de 300 chansons à son répertoire, elle donne des concerts dans les salles de concert les plus prestigieuses au monde. Celle qu'on qualifie de diva du monde arabe de la chanson d'amour est appréciée par les amateurs de tarab; Warda demeure l’une des rares chanteuses capables de surmonter les barrières linguistiques et musicales. Adulée de ses admirateurs elle suscite la passion chez ses nombreux fans du monde entier qui louent son art, son talent et sa voix magique. “Elle représente une certaine unité du monde arabe. Et aussi un brassage culturel essentiel”. Elle a vendu plus de 20 millions d'albums à travers le monde pour un répertoire comprenant plus de 300 chansons.

Parmi les titres qui l'ont rendue célèbre nous pouvons citer : "lola el malama""batwannes bik"(reprise également par George Wassouf), "harramt ahibbak", "wahashtouni" ou encore "awqati btehlaw".

warda.jpg

Biographie

Warda est née en 1940 de l'union d'un père algérien nommé Mohammed Ftouki qui était originaire de Souk-Ahras et d'une mère libanaise en 1940. C'est sa mère par ailleurs qui lui enseigna dès son plus jeune âge, ses premières chansons.

Elle commence à chanter en 1951, à l'âge de onze ans, au Tam-Tam, un club du Quartier Latin de Paris qui était tenu par son père. Elle se fait rapidement connaitre sur scène pour ses chansons patriotiques algériennes. C'est à cet endroit qu'elle gagna rapidement son surnom artistique de "Rose d'Algérie". Ce club était un lieu artistique très populaire durant la guerre d'indépendance de l'Algérie auprès des grands noms de la musique arabe de cette époque.

En s'installant au Caire, Warda elle gagne une réputation de superstar.

En 1958, suite à ses chansons, elle est obligée de quitter la France pour s'installer à Beyrouth. Après l'indépendance de l'Algérie, elle retourne au pays et se marie en 1962. Son époux lui interdit alors de chanter.

En 1972, le président algérien Houari Boumediene, lui demande de chanter pour commémorer l'indépendance du pays, ce qu'elle fait accompagnée d'un orchestre égyptien. Suite à cela, son mari demande le divorce ; c'est ainsi qu'elle décide de consacrer sa vie à la musique.

Elle part vivre en Égypte, où elle rencontre le compositeur Baligh Hamdi avec qui elle se remarie. Dans le pays des pharaons, elle connait un grand succès en travaillant avec les plus grands compositeurs arabes, comme Mohamed Abdel Wahab ou Sayed Mekawi. Elle tient aussi quelques grands rôles dans des films égyptiens.

Une nuit, le chanteur Mohamed Abdel Wahab est dans le public. À la fin de la représentation, il lui propose de composer pour elle et elle perçoit sa proposition comme un immense honneur. Wahab deviendra ainsi son "parrain" et pour lui, le prix de la gloire est de travailler dur : ses méthodes de travail sont rigoureuses, quasi tyranniques, mais Warda lui sera reconnaissante. C'est à cette époque qu'elle décide d'apprendre l'arabe écrit et "d'effacer" son accent algérien. Jusqu'alors, Warda interprétait ses chansons d'après des textes transcrits phonétiquement en alphabet latin. Désormais, elle le fera avec des textes écrits en langue arabe.

En 1995, à Paris, Warda se fait remarquer en concert au Palais des Congrès. Ce concert fait l'objet d'un enregistrement DVD par Mega Net.

Warda est l'artiste arabe qui a reçu le plus gros cachet (75 000$) pour sa participation dans une émission télévisée (dandana). Un responsable de la chaîne de télévision MBC a déclaré que ce cachet est un signe d'hommage à une grande artiste arabe, qui a connue des problèmes de santé (greffe de reins) nécessitants une hospitalisation onéreuse. Accompagnée de l’orchestre dirigé par Khaled Fouad, elle a présenté en 2005 sur la scène du Festival International de Baalbeck ses principaux titres.

En 2008, le public la découvre également dans "Al dhameer Al Arabi".

2009, Warda Al-Jazairia revient en force sur la scène musicale arabe. La diva a récemment signé avec la fameuse boite de production musicale Rotana. Selon les termes du contrat, la société produira deux albums dont un est constitué de duos avec des jeunes chanteurs arabes. Elle collabore volontiers avec de jeunes compositeurs d'Egypte et du Liban, notamment Marwane Khoury et Walid Said. Elle a, par ailleurs, souligné qu'il ne faut pas tomber dans le piège des comparaisons entre la vieille garde et les nouvelles générations de la musique arabe, incitant les producteurs à donner une chance aux différents styles car chaque génération a ses "spécificités".

Dans un hôtel au Caire, en marge d’un banquet organisé le 6 mai 2010 à l’honneur des hommes d’affaires arabes, Warda a critiqué l’horrible campagne médiatique égyptienne contre l’Algérie suite au match d’appui entre les deux équipes nationales. Elle a annoncé, dans une déclaration à Echorouk, son boycott des médias égyptiens, y compris les chaînes satellitaires et les journaux, qui « ont porté atteinte au peuple algérien et l’ont qualifié de terroriste. »

La chanteuse a dénoncé cette attitude qui a eu un impact négatif sur les relations entre les deux peuples à cause de l’intolérance et de l’exagération. Warda a exprimé son vœu, à savoir que « les Égyptiens supporteront l’Algérie au Mondial, qui se tiendra en Afrique de Sud très bientôt, car je serai parmi les supporteurs des Verts, qui procureront de la joie pour l’Algérie et pour toute la nation arabe. »

Pour rappel, la célèbre artiste a subi une pression et une intolérance médiatique de la part des médias égyptiens suite au match d’appui entre l’Algérie et Égypte au Soudan. Elle a été menacée d’un départ forcé parce qu’elle a supporté les Verts contre l’équipe égyptienne. Ce qui lui a causé une crise psychologique et l’a obligée à s’enfermer chez elle pour une longue période. Le musicien Hilmi Bakr a dénoncé, à travers les journaux égyptiens, cette campagne médiatique et a décrit son état psychique lors d’une visite à son domicile.

Cependant, certaines voix refusent d’oublier l’attitude de Warda surtout après qu’elle eut rejeté la composition de l'égyptien Tamer Hosni dans son dernier album.

La chanson de Warda Al Jazairia, "Amal" de son nouvel album est diffusée sur la chaîne radio Rotana Delta. "Amal" est la première collaboration de Warda avec l'artiste libanais Marwan Khoury qui a écrit et composé le titre. Son frère Dany l'a arrangé. 

Décembre 2011, le chanteur tunisien Saber Rebaï achève la composition du duo qu’il chantera en duo avec la diva algérienne pour le compte du label discographique Rotana Music.

La diva Warda al-Jazairia n'est plus ! R.I.P.

 

Elle fait un come-back éclatant à la fin des années 90 avec Nagham el hawa, le titre d'un album de compilation qui mêle orchestration classique et arrangements modernes. Elle a travaillé en étroite collaboration avec le compositeur Salah el Sharnoubi, l'auteur lyrique Omar Omar Batiecha, le musicien Tarek Akef et le producteur Mohsen Gaber (Alam el Fan), une association de talents qui a donné naissance à trois de ses albums recevant la récompense du "meilleur album de l'année"  en 1991, 1992 et 1994.

 

‎Warda El Djazairia كان يا مكان.

Quelques titres qui l'ont rendue célèbres

Aho Da El Kalam
Allah Yegazek
Ahebak Foq Ma Tetsaoar
Aergaa Le Hayatak
Aayza Aheb
Batwanes Bek Hfla
Bawadaak
Batwanes Baik
Awsefak
Ana Lya Men Ghaerak
Ana Aarfa
Benkhaf Min El Ain
Bawadaak Music
Fain Ayamak
Eshtrony
Entahyna
El Remsh
El Loom Alyna
El Hanen
Ehdono El Ayam
Hekayte Maa El Zaman
Haramt Ahebak
Gawabaty
Garab Nar El Ghera
Farq El Seneen
Hobak Addar
La Tewadaany Habeby
Kol Ateba El Alb
Hobak Wasal Madah
Hobak Salehny
Nar El Ghera
Menak Le Lah
Men Radak Rodoh
Mehtagalak
Mawasem
Malet Min El Ghorba
Ma Testahelsh
Low Mehtagle
Low Kan Alaya
Lola El Malama
Wahda Be Wahda
Tabaan Ahbab
Tab Wa Ana Maly
Sotak Nadany
Salam El Ahbab
Sahe El Nom Ya Alby
Welad El Halal
Wahshtony
Ya Leil Taol
Ya Leil
Ya Khosara
Zarny Fil Doha
Yal Habeb
Yah Al Donia
Ya Sidy
Dandana
Tag(s) : #Musiques algériennes
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog