Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Battre son épouse est une preuve d’amour, affirme la chanteuse Imane Bent El Howat

Battre son épouse est une preuve d’amour, affirme la chanteuse Imane Bent El Howat

La violence conjugale, qu’elle s’exerce de façon verbale ou physique, est une réalité quotidienne pour des milliers de Marocaines.

Un symbole dans la pratique BDSM. Un fouet à plusieurs lanières, avec un nœud au bout de chacune. On dit que les pirates s’en servaient pour punir les indisciplinés.

Jean-Christophe Grangé, Miserere, Albin Michel, 2009, p. 51

Dans une interview accordée au site Chouf Tv, Imane Bent Lhowat affirme ne pas parler des coups de violents, mais des petites gifles du mari ou de l’amant qui sont données par amour. « Comment une femme va savoir que son mari tient à elle ? c’est par son comportement envers elle. Je ne parle pas des coups de violents. Il peut la bousculer, la gifler (..). Je parle des coups ’doux’ de l’amour, de ceux que l’on utilise quand on est amoureux ». La nouvelle chanson de Bent Lhouate qui fait scandale

Dans cette vidéo, la comédienne et activiste féministe Mounia Magueri joue le role d’une victime de violence domestique, d’un mari violent, d’un officier de police, et d’un procureur—soulignant ainsi le problème de la violence conjugale sous plusieurs angles. Le cas décrit dans ce scénario est fictif, mais tous les arguments présentés par les différents personages reflètent fidèlement les recherches et témoignages recueillis par Human Rights Watch.