Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
La tragédie de Mocoa. La déforestation à l'origine du drame.

La tragédie de Mocoa. La déforestation à l'origine du drame.

« Qu’est-ce qui s’est passé ? La nuit dernière (vendredi) il a plu 130 millimètres, alors qu’il pleut habituellement 400 mm en un mois. Qu’est-ce que cela signifie ? 30% des précipitations mensuelles ont eu lieu la nuit dernière, provoquant la crue soudaine de plusieurs cours d’eau, la Mocoa, Mulato, Sanguyaco et les gorges environnantes et qui a produit un glissement de terrain. »

Juan Manuel Santos

Mocoa est le chef-lieu du département de Putumayo en Colombie.

A Mocoa en Colombie, un dernier bilan officiel fait état de 273 morts, 262 blessés et 220 disparus. Après 72 heures, il n’y a quasiment plus aucune chance de retrouver des survivants.  De son côté, la Croix-Rouge dénombre 220 disparus, estimant par Mocoa est une ville de 40 000 habitants, privée d’électricité, d’eau potable et des denrées les plus élémentaires. Des centaines de familles se retrouvent endeuillées et privées d’habitation.  qu'environ 45 000 habitants de Mocoa ont été affectés par la coulée de boue. 

M. Santos a décrété la situation d'urgence économique, sociale et écologique, nommant son ministre de la Défense, Luis Carlos Villegas, en charge de la reconstruction.

Le gouvernement a en outre approuvé le versement de 40 milliards de pesos (environ 13,7 millions de dollars) à l'UNGRD, qui dirige la réparation des infrastructures de la ville privée d'eau courante et dont 80% de la population ne dispose toujours pas d'électricité.

Les environnementalistes qui luttent contre la déforestation en Colombie confirment que cette catastrophe était « prévisible ». Ainsi, Corpo Amazonia et le gouvernement du Putumayo avaient rendu un rapport établi en juin 2016 aux autorités locales et nationales. Avec l'aide du Service géologique colombien, les risques de glissements de terrain et d'inondations autour de Mocoa y avaient été modélisés. Cette étude recommandait aussi l'évacuation d'une partie de la municipalité de Mocoa, notamment du quartier San Miguel le plus touché par la coulée de boue, et le relogement de ses habitants. Alors que les autorités locales savaient que cette zone était particulièrement exposée à une inondation car construites sur l'ancien emplacement des lits des rivières avoisinantes, aucune mesure de prévention n'avait été mise en place.