Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Maintien de l'exclusion de Stéphane Mercier, professeur homophobe et anti‐IVG à l'UCL

Maintien de l'exclusion de Stéphane Mercier, professeur homophobe et anti‐IVG à l'UCL

Pourquoi c'est important ? Pour justifier leur décision, les autorités de l’UCL font valoir que « la note dont l’UCL a connaissance est en contradiction avec les valeurs portées par l’Université. Le fait de véhiculer des positions contraires à ces valeurs dans le cadre d’un enseignement est inacceptable »(communiqué de presse du 21 mars). Quelles sont ces valeurs ? Sur le site de l’UCL, on peut lire : « Les valeurs qui sous-tendent la vision de l’UCL sont l’ouverture aux autres et à la différence, la solidarité, la liberté et le respect. Les académiques disposent de la liberté académique, inscrite dans la Constitution, c’est-à-dire la liberté de pensée dans la recherche d’une vérité construite scientifiquement et non soumise à la norme du moment. » Dans le cadre universitaire, « l’ouverture aux autres et à la différence ».

Pourquoi c'est important ? Pour justifier leur décision, les autorités de l’UCL font valoir que « la note dont l’UCL a connaissance est en contradiction avec les valeurs portées par l’Université. Le fait de véhiculer des positions contraires à ces valeurs dans le cadre d’un enseignement est inacceptable »(communiqué de presse du 21 mars). Quelles sont ces valeurs ? Sur le site de l’UCL, on peut lire : « Les valeurs qui sous-tendent la vision de l’UCL sont l’ouverture aux autres et à la différence, la solidarité, la liberté et le respect. Les académiques disposent de la liberté académique, inscrite dans la Constitution, c’est-à-dire la liberté de pensée dans la recherche d’une vérité construite scientifiquement et non soumise à la norme du moment. » Dans le cadre universitaire, « l’ouverture aux autres et à la différence ».

Contexte

Selon une opinion largement répandue dans les pays occidentaux, l’homosexualité serait aujourd’hui plus libre que jamais : partout présente et visible, dans la rue, dans les journaux, à la télévision, au cinéma, elle serait même tout à fait acceptée, ce dont témoignent apparemment, dans plusieurs pays, les récentes avancées législatives sur la reconnaissance des couples de même sexe. Certes, quelques ajustements demeurent nécessaires pour éradiquer les dernières discriminations, mais avec l’évolution des mentalités, ce ne serait en somme, selon certains, qu’une simple affaire de temps, le temps de faire aboutir un mouvement de fond lancé depuis plusieurs décennies déjà.

Pour l’observateur un peu plus attentif, la situation est globalement bien différente : et à vrai dire, le XXe siècle a sans doute été une des périodes les plus violemment homophobes de l’Histoire : déportation dans les camps de concentration sous le régime nazi, goulag en Union soviétique, chantages et persécutions aux Etats-Unis à l’époque de McCarthy... Evidemment, tout cela peut sembler loin. Mais bien souvent, les conditions d’existence dans le monde d’aujourd’hui restent très défavorables.

Les faits :
Stéphane Mercier, professeur à l'UCL (Université Catholique de Louvain‐la‐Neuve), a fait beaucoup parler de lui ces derniers jours, depuis qu'a été rendu public un extrait de sa note de philosophie à destination des étudiant.e.s en 1ère BAC dans lequel l'avortement est qualifié de "meurtre", "plus grave que le viol". Il a par la suite été dénoncé par un collectif de 11 élèves rapportant que dans son cours du 16 mars, le professeur a tenu un plaidoyer homophobe, comparant notamment l'homosexualité à l'inceste. Enfin, Stéphane Mercier a pris la parole dans le cadre de la "Marche pour la vie" de dimanche, estimant qu'il est "de [sa] tâche en tant que philosophe de méditer librement sur le sens et la dignité de la vie" et qu' "une université catholique devrait selon [lui] également défendre la dignité de la vie", provoquant ainsi l'UCL qui a entamé une procédure disciplinaire à son égard et suspendu son cours suite à la polémique.

Notre position :
Nous nous inquiétons de la montée de mouvements réactionnaires et de leur structuration et constatons avec effroi que ces discours sont parvenus à infiltrer un cours à l'université. Nous nous devions donc de réagir promptement, de renforcer nos remparts contre ces atteintes à nos acquis fondamentaux : c'est pourquoi Arc‐en‐Ciel Wallonie, les CHEFF et leur pôle néo‐louvaniste le CHELLN, ont initié cette pétition.

Nous tou.te.s, signataires de cette pétition, réprouvons fermement ce type de discours réactionnaire et homophobe, militant, proféré dans un auditoire universitaire à destination d'étudiant.e.s de 1ère BAC venu.e.s se former à la philosophie. L'école se conçoit comme un lieu d'émancipation ; l'expression des conservatismes n'y a pas sa place. C'est pourquoi nous soutenons la position actuelle de l'UCL qui a retiré sa confiance à Stéphane Mercier en suspendant son cours et en entamant une procédure disciplinaire à son égard. Nous voulons un enseignement supérieur libre, imprégné d'esprit critique, loin des dogmes, pour le respect d'autrui et espérons que l'UCL maintiendra sa décision au terme de la procédure.

La présente pétition sera envoyée à Monsieur Vincent Blondel, recteur de l'UCL, ce vendredi 31 mars. Nous invitons les particuliers et toutes les associations de jeunes, d'étudiant.e.s, de femmes, LGBTQI (Lesbiennes, Gays, Bi, Trans, Queers, Intersexué.e.s), actives en matière d'EVRAS (Education à la Vie Relationnelle, Affective et Sexuelle), à signer cette pétition afin d'encourager l'université dans la voie qu'elle a empruntée et qui consiste à mettre Stéphane Mercier à l'écart de son enseignement.