Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
"Cachito, Cachito" de Consuelo Velázquez Torres par Eugenia León

"Cachito, Cachito" de Consuelo Velázquez Torres par Eugenia León

Cachito, Cachito, Cachito mío
Pedazo de cielo que Dios me dio
Te miro y te miro y al fin
Bendigo bendigo la suerte de ser tu amor

Me preguntan por que eres mi cachito
Y yo siento muy bonito al responder
Por que eres de mi vida un pedacito
Que yo quiero como a nadie he de querer

Cachito . . . cachito mío
Tu eres el amorcito de mamá . . . y de papá
Cachito . . . .Cachito mío
Tu eres el amorcito de papá . . . y de mamá

A tu lado yo no sé lo que es tristeza
Y las horas se me pasan sin sentir
Tu me miras y yo pierdo la cabeza
Y lo único que puedo es repetir

Consuelo Velázquez Torres est une pianiste et compositrice mexicaine (Ciudad Guzmán/Zapotlán el Grande, Jalisco, 21 août 1916 - Mexico, 22 janvier 2005). 

Quand elle avait quatre ans sa famille déménagea à la capitale de l'État de Jalisco, Guadalajara. À cette époque on décela chez elle une bonne oreille et de grandes aptitudes pour la musique, si bien qu'à six ans elle commença à étudier la musique et le piano à l'académie Serratos à Guadalajara.

Après neuf ans d'études, elle déménagea à Mexico, où elle continua ses études et obtint son diplôme de pianiste concertiste et maître de musique. Elle donna son concert de fin d'études au Palacio de Bellas Artes de la capitale et peu après elle commença sa carrière de compositrice de musique populaire. En tant que concertiste, elle fut soliste à l'Orchestre Symphonique National du Mexique et à la Philharmonique de l'Universidad Nacional Autóma de México.

Elle est beaucoup plus connue pour ses compositions. Ses premières, No me pidas nunca, Pasional et Déjame quererte, étaient de nature sentimentale. Ensuite apparurent, entre autres, des chansons comme Bésame mucho, Amar y vivir, Verdad Amarga, Franqueza, Chiqui, Cachito, Que seas feliz (reprise par Luis Miguel dans son album « México en la piel »), Enamorada, Orgullosa y bonita et Yo no fui (chanson dansante popularisée au début par Pedro Infante et plus récemment par Pedro Fernández). La participation de Velázquez est remarquée dans le film argentin de 1938 Noches de carnaval, dirigé par le cinéaste Julio Saraceni et dans les films mexicains du metteur en scène Julián Soler Se le pasó la mano de 1952 et Mis padres se divorcian en 1959, en plus du documentaire sur sa vie Consuelo Velázquez de 1992 et de sa participation comme compositrice dans divers films réalisés également au Mexique.