Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Hommage à ma tante Jeanne-Marie Huriaux, cette résistante de la poésie des dialectes de Wallonie

Hommage à ma tante Jeanne-Marie Huriaux, cette résistante de la poésie des dialectes de Wallonie

Huriaux, Jeanne-Marie (1922-2016)

Huriaux, Jeanne-Marie (1922-2016)

 
Cette figure du féminisme belge parlait et écrivait avec aisance les dialectes wallons et en particulier celui du Roman Païs, cette région de Belgique située en Région wallonne, calme, verdoyante et vallonnée. Ce dialecte s'appelle le wallo-picard. Cette angue est restée assez proche de la forme qu'elle avait durant le Haut Moyen Âge.
 
Jeanne-Marie Huriaux était une cousine germaine à feu mon Grand-père Fernand Scolas et une amie chère à ma Grand mère Marie-Barbe Roland. Elle avait deux soeurs, Madelon et Elvire que j'ai très bien connu également. C'est avec elle que je jouais mes premières parties de Scrabble.
 
Jeanne-Marie Huriaux est née le 9 septembre 1922 (le même jour qu'Yvette Horner) dans le quartier Saint-Jacques de Braine-l'Alleud. C'est dans le dialecte de ce quartier qu'elle grandit et écrira plus tard ses poésies. Elle fréquenta tout comme sa sœur Elvire, l'établissement des Sœurs de Marie à Braine-l'Alleud.
Ce que l'on savait moins d'elle, c'est qu'elle fut agent d'un réseau de renseignement pendant la seconde guerre mondiale et servit la Résistance pendant le second conflit mondial. Elle était secrétaire de direction à l'Union minière à Bruxelles jusqu'à la fin de sa carrière. Elle a été plusieurs fois championne de Belgique de sténographie et dactylographie. Elle a également enseigné ces matières pour les cours de promotion sociale.
 
Elle commença sa carrière de poétesse au moment de sa mise en retraite. Elle a écrit de nombreuses poésies, en français et en dialecte wallon. Certains ont été repris dans deux recueils. Elle accomplissait un travail remarquable intergénérationnel dans les écoles primaires pour qu'ils renouent avec le dialecte encore parlé par les personnes âgées.
 
Jeanne Marie Huriaux a publié Reflets en 1981, Oh ! Muse en 1982, Poésies wallonnes en 1983 et Memwères d'ène djounête en 1988.  Elle a obtenu plusieurs prix littéraires pour ses œuvres écrites en français et en wallon. 
 
Jeanne-Marie était aussi une afficionado de musique et de photographie et était animée de curiosité intellectuelle et « Elle adore exprimer ses sentiments.  Pour elle, écrire des poèmes est en quelque sorte une libération.  Et cette libération, qui s'accomplit sous le signe d'une spontanéité jaillissante, est nécessaire à son équilibre. »  (Le Soir, 10-03-1983).