Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Bienvenue sur le site dédié à l’artiste tunisien Boubaker El Mouldi, virtuose, violoniste, Auteur-compositeur tunisien (5 mars 1929 – 30 mars 2014)

Bienvenue sur le site dédié à l’artiste tunisien Boubaker El Mouldi, virtuose, violoniste, Auteur-compositeur tunisien (5 mars 1929 – 30 mars 2014)

Au cours de sa carrière, Boubaker El Mouldi a aidé les jeunes talents à se révéler au grand public. Ainsi, nous avons le plaisir de retranscrire un article du Journal tunisien « L’Action » du Jeudi 9 juillet 1970, rédigé par Abd-Essattar LATRECH au sujet de l’engagement de Boubaker El Mouldi pour le développement de la vie artistique tunisienne.
Cet article, au cours duquel il critique ouvertement certains responsables artistiques tunisiens pour leur inaction, leur incompétence, lui a valu cinq années d’exil forcé en France et dans les pays du Golfe puisqu’il a été écarté de la Maison de la Radio Tunisienne de 1970 à 1975.
Cela lui vaut encore l’animosité et l’antipathie de certaines personnes n’ayant pas compris que la musique tunisienne appartient au peuple tunisien. En effet ces derniers ne mentionnent pas le nom de Boubaker El Mouldi lorsqu’il s’agit de parler de sa contribution importante à l’histoire du patrimoine culturel tunisien.

BOUBAKER EL MOULDI : IL Y A UN MANQUE FLAGRANT D’ENCOURAGEMENT

Boubaker El Mouldi est connu pour être un détecteur de talent. Un « geiger » en quelque sorte. Cette réputation est justifiée car, de tout temps, Boubaker a présenté une pléiade de jeunes des deux sexes au sein de sa troupe. La troupe musicale de la Jeunesse qu’il a créée voici onze ans.

Boubaker apprit à jouer du violon grâce à Cheikh Jemail en 1949 et, en faisant de très rapides progrès il fut recruté à la radio l’année d’aprèes. Il étudia parallèlement le solfège chez les professeurs Bounnoura, Orlando et Lestrino.
Dès 1951 il compose deux morceaux de musique : Layali Tunis et Layali Soudan. Ce dernier surtout lui vaut un gentil succès. Puis ayant une bonne base en solfège il compose des chansons pour Tijani el Bech, Fathia Khayri, Hassiba Rochdi, Hana Rached etc… Et c’est les tournées qui le mènent un peu partout à travers les pays du Maghreb et d’Europe. Son dernier voyage remonte au 1er mai dernier lorsqu’il emmena avec lui à Annaba Zouhira Salem, Noura Soltane, Choukry, Mohamed Azouz et un ballet folklorique dans le cadre des échanges culturels entre la Tunisie et l’Algérie. Ceci sans parler des voyages qu’il fit avec l’orchestre de la radio.

Boubaker a des idées bien précises sur la chanson Tunisienne et il ne s’en cache pas : « La musique tunisienne est dix fois plus appréciée à l’étranger qu’en Tunisie. Au Millénaire du Caire, nos responsables s’en sont rendus compte. Heureusement d’ailleurs car ils ont le complexe de l’importé et ignorent le goût du public. Notre musique est valable quoi qu’en dise le responsable du service musical de la radio qui n’a aucune formation musicale. L’encouragement est banni (c’est un mot qu’on retrouve sur toutes les bouches). Ils ne savent même pas jauger les qualités d’une chanson. Et c’est dommage. »

Abordant le sujet du lancement de jeunes talents, Boubaker m’a affirmé que depuis 1959 il n’a cessé d’encourager les jeunes susceptibles de s’affirmer par la suite sans aide financière aucune. De Kamel Raouf à Narimane, en passant par Ilham et Salamat en 1959 puis la série : Shiraz, Awatef, Achwek , Mongi Soussi, Choukry, Badr et Hamdi, tous lui sont redevables. « Il y a des voix qui méritent d’être travaillées d’abord, encouragées ensuite. Encore faut-il que les responsables prenne la peine de leur accorder tant soit peu d’attention. En 1967, lors de l’inauguration du local de ma troupe, si Salah El Mehdi m’a encouragé et a enregistré par écrit sur le livre d’or qu’il allait nous accorder une aide financière et morale mais c’est tout à fait le contraire qui s’est produit. Au début de 1970 j’ai sollicité une émission hebdomadaire de une heure à la T.V. consacrée aux jeunes de Larbi Ben Abderrazak ex directeur de la programmation. Nous sommes tombés sur un accord de trente minutes à la radio et de une heure par quinzaine à la TV.
Malheureusement il fut muté à l’information, et on en resta là avec M. Hamadi Essid. Que dire de plus? »

 

Bienvenue sur le site dédié à l’artiste tunisien Boubaker El Mouldi, virtuose, violoniste, Auteur-compositeur tunisien (5 mars 1929 – 30 mars 2014)