Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LNO

LNO

Menu
Coquelicots pour la Paix

Coquelicots pour la Paix

Le coquelicot a été adopté, en particulier dans les pays du Commonwealth, comme symbole du Souvenir des combattants tombés sur le champ de bataille, tout spécialement lors de la Grande Guerre. Cette adoption a des origines multiples et internationales.

Dans un premier temps, on remarqua lors des guerres Napoléoniennes que le coquelicot poussait sur les tombes des soldats morts au combat, probablement du fait de la remontée de calcaire provoqué par la fouille des tombes.

Ce phénomène réapparut une centaine d'années plus tard lors de la Grande Guerre, sur les tombes mais également sur le bord des tranchées. Il y a 100 ans, dans les champs de l'Yser, le coquelicot était la seule fleur à s'accommoder parfaitement des terres bouleversées par la bataille et les duels d'artillerie. De mémoire d'homme, on n'en avait jamais vu autant ! Les pavots rouges en nappes inouïes, s'épanouissaient comme autant de symboles du sommeil des morts et du sang trop répandu.

 

Dans les champs de Flandre fleurissent les coquelicots
Entre les croix , en rangées serrées ,
Qui marquent notre place ;et dans le ciel
Les alouettes toujours bravement chantant, volent
A peine entendues parmi les canons au-dessous.

Nous sommes les Morts. Il y a peu de jours
Nous vivions, ressentions l'aurore, regardions les feux
du soleil couchant
Aimions et étions aimés, et maintenant nous gisons
Dans les champs de Flandre.

Relevez notre querelle avec l'ennemi :
A vous, de nos mains défaillantes, nous jetons 
Le Flambeau : qu'il soit vôtre pour le tenir haut !

Si vous manquez à votre parole, à nous qui sommes morts
Nous ne pourrons reposer, quoique grandissent les coquelicots
Dans les champs de Flandre.

 

John McCrae

Dodengang, boyau de la mort

Dodengang, boyau de la mort