Présentation

Recherche

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>

Recommander

Syndication

  • Flux RSS des articles

Musiques marocaines

Lundi 24 juin 2013 1 24 /06 /Juin /2013 23:32
Par Last Night in Orient - Publié dans : Musiques marocaines - Communauté : Musiques Marocaines
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 16 mai 2013 4 16 /05 /Mai /2013 06:30

Les artisans marocains sont toujours heureux d'arriver sur leur lieu de travail, d'exercer le métier de leur choix, et de présenter leur créations. Même si la journée peut paraître plus ou moins longue et rude en fonction du climat saisonnier. C'est d'abord une question de rythmiques au quotidien.

Mario-Scolas-a-Meknes.JPG

A une époque, bien avant l'apparition de la radio et de la télévision, bénéficier d'un moyen de distraction ou d'un loisir, était une nécessité. Pour se faire, le chant, la narration, le conte, la poésie ont été le moyen de distraction pour ces artisans et paysans après leur labeur. Comme je l'ai déjà expliqué, le chant malhoun a par ailleurs été conçus en fonction des rythmiques du labeur, parfaitement rendus par les rythmes des claquements des mains et des pieds mais aussi imités sur les pas des animaux domestiques de champs, autour du mouvement d'un moulin à l'huile ou à blé.

Cette rythmique musicale était d'abord un mouvement naturel avant la création des mouvements artificiels rendus par les instruments de musique. Au début du malhoun, il n'y avait que la voix chantée chez ces artisans qui n'avaient pas les moyens de posséder des instruments de musique. Les premiers instruments de musique étaient de facture locale et en céramique produite à moindre coût. La "Tarija" remplit ce besoin.

http://img.over-blog.com/500x666/1/50/59/42/Mohamed-el-fassi/autres/Tarija---mario-scolas.jpg

La tarija est un petit instrument de musique à percussion digitale en forme de petit tambourin en sablier recouvert d'une peau en intestin de chèvre dont la casse est une poterie vernissée, souvent de mauvaise facture. Le diamètre de la poterie est de 15 centimètres. L'instrument est équipé d’une membrane qui produit un timbre résonateur interne. Les débutant dans l'art du malhoun apprennent pour leur éducation musicale cette percussion, qui ne produit qu'un son unique. Instrument privilégié de plusieurs confréries soufies dans la musique traditionnelle marocaine.

Petite anecdote : à Essaouira, lors de la fête des 10 jours, chaque homme, femme et enfant possède une tarija dont à la fin d'une longue procession clôturant cette fête et dont chaque instrument est jeté dans le feu !


Rythmes de musique de transe gnawa

http://a406.idata.over-blog.com/1/50/59/42/calligraphies/divers/Mario-Scolas-gnawa.JPG

Voir aussi

Par Mario Scolas - Publié dans : Musiques marocaines - Communauté : La musique en nous.
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 16 mai 2013 4 16 /05 /Mai /2013 05:56

La Taktouka est un art populaire ancestral venu des montagnes du nord-ouest du Maroc. Cette musique est produite par des instruments de musique traditionnels comme le guembri et la tarija auxquels sont venus de greffer des instruments plus modernes comme le banjo. A Tanger comme à TétouanOuazzane et Asilah, les belles chansons de l'Aïta Jabalia résonnent toujours dans les cafés des quartiers populaires.

Aïta Jabalia connu plus couramment sous le nom de Taktouka Jabalia qui est un folklore chamali. cette musique évoque souvent le marabout Moulay Abdeslam Ben Mchich Alami. Les Jbala comme leur nom l’indique, sont les « montagnards » ou « les habitants des montagnes ». Ce nom qui se réfère plutôt à la géographie qu’à un aspect ethnique donné, est passé pourtant pour une identité culturelle parce qu’il n y a aucune autre population appelée « Montagnards » au Maroc.

Le terme Jbala peut posséder une connotation péjorative (paysans, blédards...) d'où une certaine récalcitrance à dévoiler ses origines chez ces autochtones. Cependant, ils sont souvent trahis par leur accent particulier. Cet aspect péjoratif a été véhiculé par les habitants des villes (bourgeoisie arabo-andalouse). La réhabilitation politique des zones nord après la disparition de Hassan II a toutefois contribué à réhabiliter cette culture.

Comme la plupart des traditions musicales populaires du Maroc, la Taqtuqa el-Jabalya ne semble pas avoir d'origine précise historiquement attestée, sa vague actuelle apparaît à l'époque moderne liée à la diffusion radiophonique lorsqu'elle fait l'objet de certaines émissions par la station régionale, peu avant la Seconde Guerre mondiale. On peut compter Haj Mohamed el Ghayyati parmi les célébrités de l'époque.

http://img.over-blog.com/500x406/1/50/59/42/albums/mohamed-el-Houari.jpeg

Mohamed El Houari et la Aïta Jabalya

Dans le firmament d'Ouazzane, un artiste parmi tant d'autres. Il s'agit de Mohamed El Houari, fleuron de ce genre musical.

 

Par Mario Scolas - Publié dans : Musiques marocaines - Communauté : Musiques Marocaines
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Lundi 13 mai 2013 1 13 /05 /Mai /2013 22:40

chanteur-amiral.jpg

Par Last Night in Orient - Publié dans : Musiques marocaines - Communauté : Mon Maroc
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 12 mai 2013 7 12 /05 /Mai /2013 12:33
Par Last Night in Orient - Publié dans : Musiques marocaines - Communauté : Musiques Marocaines
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés